Recherche avancée       Liste groupes



      
GRUNGE  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


TEMPLE OF THE DOG - Temple Of The Dog (1991)
Par MOMO HEARTBREAKER le 15 Mai 2004          Consultée 2920 fois

Sous ce nom étrange se cache un projet monté par Chris Cornell (ex-Soundgarden). En effet, ce dernier avait prévu de sortir un album testament en compagnie de ces potes (Ament, Gossard, Mc Cready, Cameron) à la mémoire d’Andrew Wood, vieil ami de toute la grande famille et vocaliste / leader emblématique de Mother Love Bone, mort d'une overdose avant la parution de leur premier album sobrement intitulé « Apple ». Pour la petite histoire, ce disque marque l’intronisation d'Eddie Vedder au sein de la grande famille de Seattle. Ce dernier démontre au-delà de son superbe organe, une sensibilité au service d’un charisme qui permettront à Pearl Jam de s’envoler dans les charts US.

Pour en revenir à la musique, vu le contexte l’ambiance est très orienté ballade ou middle tempo. Vous l'aurez compris la part belle est faîte aux ambiances sombres voire crépusculaires donc forcément empruntes d’une forte dose de mélancolie. D’ailleurs, cette galette s’ouvre comme le souffle d’un orage d’été avec la divine power ballade "Say Hello 2 Heaven" où la voix de Chris Cornell vous prend directement aux tripes. Les guitares se font alors aussi sombres que profondes, la section rythmique adopte un groove digne des grands moments du dirigeable, bref un grand moment de musique au sens noble du terme. Es-ce un hasard si ce titre sera choisi en tant que premier single ? "Reach Down" prend le relais en nous proposant un long morceau épique fait de poussées de fièvres successives. Là encore, l’auditeur est secoué, estomaqué devant tant de grâce et de fureur réunie. Déboule ensuite, "Hunger Strike", deuxième extrait, est un fait un duo sur un fonds country / grunge entre les deux grandes voix de Seattle : Cornell & Vedder. Mélodie imparable, refrain typique des premiers albums de Pearl Jam, bref un hit qui a dévasté en son temps les ondes ricaines. Avec "Pushin’Foward Back", l’atmosphère se fait plus lourde matérialisé par des riffs et des rythmiques syncopés soutenue par un gros refrain : pas de doute avec ce titre, on remue sa crinière ou sa calvitie naissante pour les malchanceux comme moi (sniff !!!)...

Arrive le moment de l’entracte avec une série de titres plus calme certes mais toute aussi sombre. "Call Me A Dog" prend la forme d’une ballade vibrante centrée sur le personnage d’Andrew Wood. Ce titre déborde donc d’émotions : un magnifique adieu à un grand artiste et à l’ami trop tôt disparu. A noter que sur le refrain Chris Cornell pousse sa voix comme rarement. "Times Of Trouble" re-dévoile la grosse influence du dirigeable (notamment au niveau des ambiances que l’on peut trouver sur l’album "III" des divins anglais) sur les musiciens de Seattle. On reste dans le même registre avec "Wooden Jesus" . Cette ballade country rock démarre d’une manière très rythmique avec un bref solo de Matt Cameron et est relayé de grosses guitares crépusculaires directement inspirées du maître en la matière : Neil Young.

On rebranche les guitares pour un "Your Savour" aussi groovy que psychédélique. Typiquement seventies, cette composition est finalement celle qui se rapproche le plus de l’esprit des titres de feu Mother Love Bone. Notre palette d’émotions (en référence à la pochette très colorée) n’aurait pas été complète sans un détour par le blues. Cela tombe bien "Four Walled World" vient pallier à ce manque. Après un début façon piano bar, on assiste à des montées en puissances successives appuyé par la voix du père Cornell qui sublime littéralement ce titre. L’album se conclut par un très beau slow sobrement intitulé "All Night Thing" dégageant une impression de paix : cette fois ça y est : Andrew monte au ciel pour de bon (re-snif) !

Au final, un très belle initiative pour un projet musical qui ne cesse de dévoiler ses multiples richesses au fur et à mesure des écoutes. Pour ma part, je pense qu’il manque à cet excellent disque un ou deux titres plus musclés pour épicer la sauce (hé oui, les gars on ne se refait pas !) afin de maintenir l’attention de l’auditeur tout au long des 55 minutes que dure l’album.

A lire aussi en GRUNGE par MOMO HEARTBREAKER :


PEARL JAM
Binaural (2000)
Grunge




PEARL JAM
Versus (1993)
Grunge rock


Marquez et partagez




 
   MOMO HEARTBREAKER

 
   MULKONTHEBEACH

 
   (2 chroniques)



- Chris Cornell (chant, guitare)
- Jeff Ament (basse)
- Stone Gossard (guitare)
- Mike Mccready (guitare)
- Eddie Vedder (chant)
- Matt Cameron (batterie)


1. Say Hello 2 Heaven
2. Reach Down
3. Hunger Strike
4. Pushin' Foward Back
5. Call Me A Dog
6. Times Of Trouble
7. Wooden Jesus
8. Your Saviour
9. Four Walled World
10. All Night Thing



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod