Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ PROG ROCK  |  LIVE

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Gillan, Deep Purple
- Style + Membre : Rainbow
 

 Site Officiel Ian Gillan (510)

IAN GILLAN BAND - Live At The Budokan (1978)
Par DAVID le 23 Avril 2004          Consultée 2630 fois

Ian Gillan sort le 1er live de sa carrière solo dans le but de faire une synthèse de sa période expérimentale et de pouvoir ensuite passer à autre chose. Live at the Budokan fait quasiment office de best of de ses 3 premiers albums solos : Child in time, Clear air turbulence et Scarabus. Soyons franc, sa période jazzy et progressive n'est pas celle que je préfère mais elle contient quand même des merveilles et d'autres moments un peu ennuyeux. Une chose est sure, Ian Gillan avait poussé le bouchon très loin au niveau de la créativité et il finira lui-même par se sentir à l'étroit au milieu de ses musiciens et de leurs expérimentations tout azimut. Live at the Budokan a été enregistré au Japon et c'est bien logique puisque la musique très rythmée et speedée du Ian Gillan Band, agrémentée régulièrement de sonorités chinoises avait tout pour plaire au marché nippon. Nus autres, occidentaux, aurons cependant un peu plus de mal à digérer cette cadence infernale puisque la plupart des chansons n'ont rien de rock. Les fans de Deep Purple ne s'y retrouveront pas forcément.

Le chant de Ian Gillan est assez spécial, très saccadé en fonction des rythmiques jazzy et il utilise une voix très rauque. Évidemment, ça déchire mais ce n'est pas sur ce live que se trouve ses meilleures performances vocales. Le batteur a un jeu très éloigné des standards du rock puisqu'il utilise souvent des rythmes syncopés ce qui permet de donner beaucoup de pêche aux chansons. On se demande même des fois si tout cela n'est pas un peu trop rythmique puisque ça part un peu dans tous les sens, comme sur les funky My baby loves me et Over the hill. Sans compter certains solos de guitares et de claviers qui me laissent de marbre (sur Money Lender notamment). Heureusement le groupe sait aussi se calmer dans de sublimes passages très doux et progressifs. Les influences jazz ne concernent pas tous les morceaux, du coup certains titres laissent plus facilement transparaître un psychédélisme ambiant (Scarabus) ou un groove rock 'n' roll terriblement dynamiques qui ne s'attarde pas sur les exploits techniques des musiciens (Twin Exhausted, Mercury High).

On n'échappera pas non plus à l'infâme reprise de Child in time version ballade guimauve qui n'a rien d'inédite puisqu'elle figurait déjà sur le 1er album du même nom. Par contre, 2 autres reprises de Deep Purple viennent clôturer en beauté le live et cette fois, le groupe reste fidèle aux versions originales, sans mettre toutefois de rebooster les rythmiques façon jazzy. Inutile de dire que dans ces versions, Smoke on the water et Woman from Tokyo tuent !!! Ces reprises sont d'autant les bienvenues puisqu'il ne faut pas oublier qu'à l'époque, Ian Gillan était censé ne plus jamais chanter dans Deep Purple. Après la sortie de ce live très intéressant et musicalement très riche (mais non dénué de défauts), il finira par abandonner l'idée de devenir un chanteur de jazz et effectuera un remarquable retour vers ses racines rock et heavy pour le plus bohneur de ses fans.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par DAVID :


MARILLION
Clutching At Straws (1987)
Jazz prog rock




IAN GILLAN BAND
Clear Air Turbulence (1977)
Jazz prog rock


Marquez et partagez




 
   DAVID

 
  N/A



- Ian Gillan (chant, harmonica)
- Ray Fenwick (guitare, chant)
- John Gustafson (basse, chant)
- Colin Towns (claviers, chant)
- Mark Nauseef (batterie, percussion)


1. Clear Air Turbulence
2. My Baby Loves Me
3. Scarabus
4. Money Lender
5. Twin Exhausted
6. Over The Hill
7. Mercury High
8. Child In Time
9. Smoke On The Water
10. Woman From Tokyo



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod