Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Poison, Zan Clan, Mc Queen Street, Reptile Smile

FASTER PUSSYCAT - Wake Me When It's Over (1989)
Par THE MARGINAL le 27 Juin 2003          Consultée 4637 fois

En 1987, Faster Püssycat était apparu dans le monde hard/heavy avec un premier album éponyme tapageur et prometteur. Celui-çi a fait son chemin mais fut plus ou moins eclipsé par "Appetite for destruction" qui a tout raflé. Conscients que la concurrence devient de plus en plus impitoyable, Taime Downe et ses sbires mettent les bouchées doubles et décident de se surpasser pour la conception de "Wake me when it's over", leur 2ème opus.

Celui-çi marque une évolution du quintette californien puisque les compos sont plus matures , plus travaillées. Dès l'écoute du 1er morceau "Where there's a whip there's a way", Faster Pussycat tape du poing sur la table: Heavy-rock pechu appuyé par un réél sentiment d'urgence et conclu par un riff final qui un clin d'oeil à la Bay Area. Pas de doute, la personnalité de ce quintette est nettement plus affirmée.

Et cela se confirme avec les titres suivants: "Little dove" sur lequel on entend la talk-box, "Pulling weeds", le swinguant "Poison ivy" qui plonge dans les racines du rock n'roll et qui est enjolivé par quelques notes virevoltantes de piano, "Tattoo" qui ne déparerait pas sur un opus de Hanoi Rocks, "Slip of the tongue" qui fleure bon le glam-rock retro et festif, ainsi que l'explosif "Ain't no way around it".

Par rapport au précédent album, Faster Pussycat a ce coup-ci écrit des ballades; trois exactement. Et celles-ci méritent qu'on s'y attarde car elles sont de grande envergure. "Please dear" a un parfum très 70's avec ses accents bluesy/rock sudiste; "Arizona Indian doll", servi par le trio basse/batterie/piano, a une ambiance cabaret très plaisante. Quand à "House of pain", c'est selon moi la ballade la plus réussie: servie par de merveilleuses sonorités countrysantes, celle-çi nous dévoile un côté sensible, émouvant(au point d'en pleurer) de Faster Pussycat avec ses paroles évoquant le désarroi des enfants ayant des parents divorcés.

Avec "Wake me when it's over"(certifié disque d'or aux USA), Faster Pussycat a franchi un pallier supplémentaire. Cet album, servi par une production impeccable qui met en avant chaque musicien, voit la paire guitaristique Greg Steele/Brent muscat prendre plus de risques aussi bien au niveau des riffs acérés que des solos et les miaulements du félin chantant Taime Downe résonnent plus nettement. Ajoutez à tout cela quelques notes de saxophone par çi, un peu d'harmonica par là et vous obtenez avec cet album le meilleur effort discographique de Faster Pussycat.

A lire aussi en HARD ROCK par THE MARGINAL :


GEORGIA SATELLITES
Open All Night (1988)
Un album roots très cool, très sympa




LILLIAN AXE
Poetic Justice (1992)
Du hard us de très haute volée


Marquez et partagez




 
   THE MARGINAL

 
  N/A



- Taime Downe (chant)
- Brent Muscat (guitare)
- Greg Steele (guitare)
- Eric Stacy (basse)
- Mark Michals (batterie)


1. Where There's A Whip There's A Way
2. Little Dove
3. Poison Ivy
4. House Of Pain
5. Gonna Walk
6. Pulling Weeds
7. Slip Of The Tongue
8. Cryin' Shame
9. Tattoo
10. Ain't No Way Around It
11. Arizona Indian Doll
12. Please Dear



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod