Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

1998 Blacken The Angel
2004 Serpent's Embrace
2009 Phoenix
 

- Style : Cradle Of Filth
 

 Bandcamp (17)
 Facebook (15)
 Site Officiel (16)
 Myspace (18)
 Youtube (14)

AGATHODAIMON - Blacken The Angel (1998)
Par STORM le 10 Septembre 2023          Consultée 573 fois

AGATHODAIMON ont toujours été les gentillets de la bande ne leur en déplaise. Les créneaux d’agressivité, de violence, de folie ne leur étaient pas destinés et semblaient d’ailleurs complètement hors de portée pour ce groupe. Bardé d’un Black Metal mélodique à tendance symphonique plutôt mid-tempo, nos Allemands n’ont pas joué l’effroi de leurs confrères scandinaves, ni la surenchère vampirico-britannique de l’époque (CRADLE OF FILTH, HECATE ENTHRONED). Pourtant quelque chose du romantisme allemand transpire dans les riffs de AGATHODAIMON, un je-ne-sais-quoi qui respire le Sehnsucht, le vague à l’âme, les souffrances du jeune Werther (1), ou le drame de Don Carlos (2). Les compositions cherchent donc à nourrir une réflexion tout à la fois romantique et gothique.

Et si je dois égayer cette chronique, je pourrais vous assurer que "Blacken The Angel" dispose de titres fort charmants. Pour exemple le titre introductif, "Tristețea Vehemență", qui développe une belle maîtrise instrumentale et se veut un guide d’émotions fragiles et néanmoins intéressantes. Ce morceau est déclamé en anglais et roumain, la faute au parolier répondant au doux sobriquet de Vlad Dracul, cela pourrait par un jugement peu savant indiquer une accointance avec les Carpathes mais ce serait tellement nullissime d’imaginer une chose pareille, car clairement AGATHODAIMON tente de jouer la carte d’un Black Metal original sans jamais trop y parvenir. La faute assurément à des longueurs regrettables dans pas mal de compositions. Certaines semblent épargnées, je pense notamment à "Banner Of Blasphemy" qui est maîtrisée et développe une ambiance imparable, malgré il faut bien le dire un growl un peu à la traîne manquant de profondeur et d’impact. Néanmoins, cette track est la pièce-maîtresse de l’album, l’insertion des synthétiseurs développe enfin un peu de maléfice dans un album qui en manque cruellement. "Ribbons/Requiem" qui ferme la marche de l’album est quant à lui évocateur d’une belle maîtrise instrumentale, le riffing est bon, le rythme du morceau est bien travaillé et l’écoute est excellente. Une très belle balade sonore d’un Black Metal raffiné et enfin captivant.

D’autant plus que la production est bonne et signée Nuclear Blast, mesdames messieurs excusez du peu ! Le placement des instruments est parfaitement audible et maints détails sont à portée d’écoute. Les Teutons avaient donc de quoi magnifier leurs compositions mais, malgré la signature d’un contrat probablement juteux, l’album ne décolle jamais après les deux premiers morceaux. Cela en devient même gênant voire soporifique sur "Near Dark" où je perds le groupe dans sa logique. Ce titre dure plus de quinze minutes et arrive en troisième position dans le placement des titres, une incongruité absolue. "Near Dark" ou comment perdre l’auditeur rapidement, les breaks semblent collés entre eux et des minutes semblent remplies de passages mièvreux.

Le "Blacken The Angel" de AGATHODAIMON m’avait pourtant toujours fait rêver notamment sa pochette qui m’évoquait la possibilité d’une belle rêverie et une ouverture à l’imaginaire. Jouissant d’une bonne distribution grâce à son label, je la voyais souvent trôner en bonne place dans les magazines de l’époque, mais l’écoute de l’album ne m’a jamais enchanté. Non pas que les mélodies soient médiocres mais une forme de monotonie pointe rapidement à l’horizon et a une fâcheuse tendance à endormir l’écoute. Premier essai donc assez mitigé mais le groupe redressera quelque peu la barre par la suite avec une meilleure lisibilité de son approche musicale.

Note réelle : 2,5/5.

(1) Johann Wolfgang Von Goethe : "Les souffrances du jeune Werther" - 1774.
(2) Friedrich Von Schiller : "Don Carlos" - 1787.

A lire aussi en BLACK METAL par STORM :


ARATHORN
Niemals Kroenender Als Was Einst War (1997)
Black/ pagan metal




ARCKANUM
Kostogher (1997)
Promenons-nous dans les bois !


Marquez et partagez




 
   STORM

 
  N/A



- Hyperion (guitraes)
- Sathonys (guitares)
- Akaias (chants)
- Vampallens (claviers)
- Marko T. (basse)
- Matthias R. (batterie)
- Vlad Dracul (paroles)


1. Tristețea Vehemență
2. Banner Of Blasphemy
3. Near Dark
4. Ill Of An Imaginary Guilt
5. Die Nacht Des Umwesens
6. Contemplation Song
7. Sfințit Cu Rouă Suferinții
8. Stingher/ Alone
9. After Dark
10. Ribbons/ Requiem



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod