Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


ALBUMS STUDIO

2020 1 Rise Of The Beast
2023 The New World Order

SINGLES

2021 Farewell
 

- Style : Avantasia, Absolva, Halford, Judas Priest, Diviner
- Membre : Sinbreed
- Style + Membre : Firewind, Seventh Avenue
 

 Site Officiel (258)
 Facebook (613)

The LIGHTBRINGER OF SWEDEN - The New World Order (2023)
Par GEGERS le 22 Mars 2023          Consultée 1493 fois

Sur son premier album, The LIGHTBRINGER OF SWEDEN avait tout bon puisque le groupe mêlait avec bonheur un insolente audace juvénile et un professionnalisme remarquable, tant dans l'enregistrement que dans l'interprétation de son Heavy Metal puissant et percutant. Lars Eng, tête pensante de ce one-man-band devenu au fil des rencontres un véritable groupe, n'a pas manqué de culot en allant démarcher l'exceptionnel Herbie Langhans, pourtant presqu'autant occupé qu'un Ronnie Romero à temps partiel, c'est dire (et notamment artisan du renouveau flamboyant de FIREWIND). Sans exploser à la face du monde, "Rise Of The Beast" a fait son bonhomme de chemin pour s’imposer peu à peu comme un incontournable de l’année 2020 et une véritable leçon en matière de Heavy traditionnel, autant respectueux des glorieux anciens que désireux de s’ancrer dans une époque qui lui semble pourtant peu favorable, son intransigeance n’étant guère en odeur de sainteté.
Lars Eng, en solitaire, a ainsi pris le temps de s’éclipser le temps de concevoir et mettre en boîte ce successeur qui, se libérant un peu du concept établi sur "Rise Of The Beast", marque pourtant une évolution discrète dans une continuité pleinement assumée. En résulte un album peut-être moins consistant que son prédécesseur, certainement légèrement trop long, mais pour autant construit avec sincérité, interprété avec grand talent, et produit par des mains d’orfèvre. Outre l’indicible beauté de la prestation flamboyante de Herbie Langhans (puis-je user d’adjectifs plus laudatifs pour vous transmettre mon intérêt pour la voix du bonhomme ?), l’album est également marqué par l’arrivée d’un nouveau venu à la guitar-lead, Carsten Stepanowicz, issu de la scène Black Metal allemande et par ailleurs camarade de jeu de longue date de l’excellent chanteur pré-cité.

Ainsi et s’il serait possible, lors des premières écoutes, d’envisager "The New World Order" comme une version un peu plus terne de "Rise Of The Beast", cet album s’impose rapidement comme une étape supplémentaire dans l’ascension d’un groupe qui semble ici parfaitement sûr de ses appuis. Il faut dire que cette nouvelle réalisation souffre d’une introduction dont le kitsch, qui pouvait fonctionner sur l’album précédent, penche ici du côté du ridicule, provoqué notamment par l’incroyable volume de fautes d’anglais sur ces quelques lignes de textes (et nous qui pensions les Scandinaves bilingues !). L’évidence pointe néanmoins rapidement le bout de son nez : "The Beast Is Rising" mais plus encore "Free The Angels" qui lui succède, sont une démonstration de force particulièrement séduisante. À la force et à l’intransigeance des riffs, dont la puissance est décuplée par la prestation vocales (les voix, souvent doublées en harmonie, font l’objet d’un soin particulier), s’oppose un souci permanent de l’accroche mélodique et de l’intérêt des refrains, ainsi que le soin évident apporté aux guitares lead, qui s’envolent plus souvent qu’à leur tour en soli fulgurants et toujours pertinents.

On perd ainsi quelque peu le fil narratif, de toute manière accessoire, à l’écoute de titres tels que "Strike Back", hommage à peine déguisé au SAXON de la grande époque, "Lucifer", dont le lick de guitare se pose pour sa part en référence au HELLOWEEN période "Keepers", ou la power-ballad "Where The Eagles Fly", sur laquelle le travail du chant peut rappeler le travail de Matt Barlow avec ICED EARTH. Vraiment, The LIGHTBRINGER OF SWEDEN sait y faire et le prouve en un tour de main, à travers des morceaux dont l’accroche mélodique évidente n’enlève rien à la substance et cette impression de voir les titres gagner en profondeur au fil des écoutes.

Reconnaissons une durée un peu longue, et il semble évident que, en fin d’album, un titre tel que le mid-tempo "Back From The Dead" ou "The Caveman", influencé par le Hard Rock mélodique, aurait pu être retiré de la tracklist sans que l’on ne trouve grand-chose à redire. Il aurait été dommage, en revanche, de se passer du titre final, "Fly Away", qui illumine la fin d’écoute par un refrain d’une beauté exceptionnelle, peut-être le plus réussi de l’album.

The LIGHTBRINGER OF SWEDEN est un groupe précieux, car il permet à ceux qui comme moi usaient encore leurs couches dans les années 80 à vivre par procuration cette époque foisonnante. Lars Eng, sans pression, évitant le syndrome de la page blanche, sait créer des morceaux au sein desquels une petite étincelle, une mélodie, une accroche vocale, donne naissance à un brasier qui brûle encore chez l’auditeur longtemps après l’écoute de l’album. Loin de ces compositions lisses qui tentent vainement de prouver que la composition d’un album Heavy de qualité repose sur quelque formule d’alchimiste, les Germano-suédois, par quelques aspérités, donnent naissance à un deuxième album authentique et très réussi, en dépit des quelques petites réserves formulées. Lars Eng, à défaut de réinventer la roue, sait faire parler la poudre !

A lire aussi en HEAVY METAL par GEGERS :


CRYSTAL EYES
Chained (2008)
Seconde chance...




WARLOCK
Triumph And Agony (1987)
Le bonheur, façon teutonne


Marquez et partagez




 
   GEGERS

 
  N/A



- Herbie Langhans (chant)
- Carsten Stepanowicz (guitare)
- Lars Eng (guitare)
- Johan Bergqvist (basse)
- Tobbe Jonsson (batterie)


1. The Continuing
2. The Beast Is Rising
3. Free The Angels
4. Heroes Of The Past
5. Strike Back
6. Where The Eagles Fly
7. Lucifer
8. Back From The Dead
9. The Caveman
10. Fly Away



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod