Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH & GROOVE  |  STUDIO

Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

2017 With All Their Might
 

- Style : Cannibal Corpse, Lamb Of God, Pantera

DYSCARNATE - With All Their Might (2017)
Par KOL le 21 Mars 2023          Consultée 888 fois

À la recherche de la formule ultime, celle qui permettrait aux masses impies de saisir l’essence même de la puissance et de la dévastation, le professeur déchu en musicalité Peter McManus se démenait comme un beau diable dans l’ancienne chambre froide abandonnée dix ans plus tôt qui lui servait de laboratoire, à la périphérie urbaine bien isolée de tout contact extérieur. Les carrelages type metro s’effritaient sous le poids de l’humidité et des années, offrant un spectacle décrépi à qui oserait s’aventurer en de pareils lieux. Dans l’espace à moitié vide, des tables à roulettes en inox se battaient en duel, offrant un réceptacle morbide à ses précédentes expérimentations. Rap Metal dans un bocal verdâtre, Metalcore dans un alambic aux relents rances, Heavy Black au fond d'une cuve, tout y était passé…

S’affairant de toute son attention malgré ces relatifs échecs successifs, il fallait reconnaître au gaillard une persévérance sans faille. Car ceux-ci avaient été nombreux. Il avait eu tendance à sur-doser sa recette en brutalité instrumentale pure, ruinant ainsi l’équilibre recherché. Puis il avait forcé le trait sur les cris de barbares, allant jusqu’à provoquer une forme de gênance auprès de ses cobayes, qui ne surent contenir leur incrédulité en pouffant comme des ados. Enfin, il s’était essayé à compenser cette violence avec des mélodies surannées, comme pour presque s’excuser de toute la colère exprimée. Encore raté.

Mais cette fois-ci, Peter tenait le bon bout, il le sentait : il lui fallait mâtiner du Death d’un Groove ravageur. L’aboutissement de vingt ans de travail était à présent à portée de main. Il ne lui restait plus qu’une fiole à intégrer à sa décoction, et il n’allait pas se rater, foi de McManus. Les petits prétentieux qui la ramenaient sur les réseaux sociaux étant parvenus à créer le Crossover Thrash n’avaient qu’à bien se tenir. Et quitte à rajouter de l’intensité, autant y aller franchement. Priant pour que ses efforts ne soient pas vains, il referma la fiole et partit s’effondrer dans un recoin humide, exténué, le temps de laisser reposer sa potion. Il avait décidé de la nommer DYSCARNATE. Ça sonnait bien, DYSCARNATE.

Il émergea quelques heures plus tard encore hébété, et se dirigea vers la cellule où il retenait quelques metalheads paumés depuis des mois, pour tester sur eux ses funestes essais. L’heure était venue d’exposer sa création. Bien évidemment, il n’en était pas à sa première itération. Il avait ouvert le dossier en 2004 en Angleterre et était parvenu à conserver une forte confidentialité durant près de dix ans, jusqu’à ce que certaines fuites émanent auprès du grand public, avec la sortie en 2012 de "And So It Came To Pass", qui avait fait son petit effet au sein du milieu Death underground anglais, contre son gré. La mixture n’était pas encore mature, et il savait combien les efforts se devaient d’être redoublés avant de pouvoir être exposés au monde entier. Mais en 2017, il était prêt. "With All Their Might" allait conquérir le monde. McManus installa ses enceintes face aux barreaux rouillés, poussa les potards à 11 et appuya sur "Play".

D’emblée, les trois gaillards à moitié endormis reculèrent de deux mètres, venant se plaquer contre le mur décrépi du fond, soufflés par la puissance du son émanant de sa configuration Hi-Fi old-school, se soulevant du sol pour venir se fracasser dès la première piste "Of Mice And Mountains". Vivre ou périr par le saint riff, telle était sa devise, et s’il devait perdre un ou deux péons dans la bataille, le choix était vite fait. Il saurait bien venir cueillir quelques âmes perdues à la sortie d’un concert d’ARCH ENNEMY (ndlr : celle-ci est gratuite, c’est pour moi). Le chant était partagé entre growls purement Death et hurlements Hardcore le plus souvent harmonisés, les guitares assénaient leurs schémas répétitifs en mode quasi Indus, tandis que la rythmique, bien moins pataude qu’il n’y paraissait, aurait fait headbanguer un zombie. Incontestablement, il était sur la bonne voie.

Mais rien ne pouvait préparer ces pauvres êtres à ce qu’ils allaient prendre dans la tronche avec "Iron Strengthen Iron", qui évoquait les plus belles heures de PANTERA en leur adjuvant cette morbidité malsaine que n’aurait pas renié CANNIBAL CORPSE, dans un registre plus mid-tempo, qui servirait de fil rouge au LP concocté. Les chevelus se dandinaient à présent comme des morts-vivants, hochant la tête machinalement, les nuques brisées par le poids s’abattant sur leurs cervicales. Il lui faudrait penser à un artwork illustrant cette sensation. Un marteau de dix tonnes ferait sans aucun doute l’affaire. Inutile de faire dans la subtilité.

Compte-tenu de l’intensité de la charge assénée, il lui serait important de bien doser son effort : huit titres et quarante minutes suffiraient amplement. Certes, il aurait pu ajouter quelques soli ici et là, ou varier un peu plus les bpm au long de la dégustation, mais son choix était délibéré. Maintenir une pression maximale de la première à la dernière seconde, sans laisser l’auditeur reprendre son souffle, c’est ainsi qu’il avait conçu son œuvre, et il s’en carrait bien le cul de ce que les fines bouches pourraient penser. Quelques ponts ou breakdowns vaguement travaillés suffiraient amplement à son sens. C’était à prendre ou à laisser.

L’écoute terminée, les cadavres s’effondraient au sol comme un seul homme. McManus était prêt. DYSCARNATE allait pouvoir partir à la conquête du monde, se répandant comme un virus à travers les festivals du monde entier. Le sentiment du travail accompli, il referma la porte des anciens abattoirs, sa fiole prestement rangée dans l’une des poches béantes de sa blouse qui n’avait plus de blanc que son col. Les tâches suspectes maculaient les manches et son corps. Il lui faudrait prendre une douche et se changer avant la réunion du conseil d’administration, afin de conserver sa couverture quelques mois supplémentaires.

A lire aussi en DEATH METAL par KOL :


CORPSEGRINDER
Corpsegrinder (2022)
Hannibal Corpse




CANNIBAL CORPSE
Chaos Horrific (2023)
Canniboule déballe

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   KOL

 
  N/A



- Matt Unsworth (batterie)
- Tom Whitty (guitare, chant)
- Al Llewellyn (basse, chant)


1. Of Mice And Mountains
2. This Is Fire
3. Iron Strengthens Iron
4. Traitors In The Palace
5. To End All Flesh
6. Backbreaker
7. All The Devils Are Here
8. Nothing Seems Right



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod