Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

2022 All Eyes On Me
 

- Membre : At Vance, Masterplan, Thunderstone

ALTZI - All Eyes On Me (2022)
Par GEGERS le 3 Avril 2022          Consultée 1155 fois

Il y a cette étrange impression de penser que le nom de Rick Altzi circule depuis plusieurs décennies sur les scènes Heavy Metal européennes, et pourtant ce n’est qu’en 2007 que le chanteur suédois a fait parler de lui en tant que nouveau membre du groupe AT VANCE, avec lequel il publiera trois albums. Vocaliste à la voix puissante et éraillée, il est un des talents les plus remarquables de sa génération, et fait frétiller de plaisir les amateurs de son style de chant taillé pour le genre musical pratiqué. Que ce soit au sein de MASTERPLAN (quel meilleur choix pour succéder à Jorn Lande ?), dans la formation de Herman FRANK, ou plus récemment en tant que membre du projet GATHERING OF KINGS, Rick Altzi est parvenu à se forger une belle réputation, même s’il a le plus souvent officié en tant que remplaçant dans des formations déjà bien établies. Le moment était donc venu pour le chanteur d’œuvrer pour lui-même, et de créer dans son propre intérêt. Étonnamment, c’est sur le terrain du Hard Rock mélodique qu’on le retrouve à l’œuvre avec "All Eyes On Me", un premier album solo rafraîchissant. Mais ce n’est là que la moindre des surprises.

Richement fourni, cet album à la pochette délicieusement surréaliste est un condensé à la fois pertinent et réussi de ce qui se pratique actuellement sur la scène Hard Rock mélodique. Il y a cette volonté de proposer une musique musclée, construite autour des riffs mettant en valeur la rugosité des guitares une énergie communicative. L’ensemble se voit contrebalancé par la présence de claviers apportant un équilibre intéressant, qui agissent plus comme acteurs de la construction d’ambiances "épaisses" et variés que comme un accompagnement. Pour le rendu, pensez aux claviers d’un groupe comme DYNAZTY, mais avec une touche de discrétion supplémentaire. Bref, il y a de la modernité dans cette sauce globalement traditionnelle. Marqué par des tempi somme toute similaires, tout du moins sur la première moitié de l’album, "All Eyes On Me" est bâti de manière à proposer non seulement un tremplin idéal pour permettre à la voix impressionnante de Rick Altzi de prendre son envol, mais aussi de manière à offrir des compositions solidement ancrées dans un genre parfois trop prévisible et galvaudé. Conçu avec les membres de son groupe, notamment le guitariste Pete Alpenborg (ARCTIC RAIN) et ce premier album presque solitaire voit le chanteur proposer des morceaux à la fois percutants et mélodiques, et parvient à maintenir la barre haute sur la durée, ce qui n’est pas un mince exploit les quatorze titres ici proposés s’étalant sur près d’une heure. En sus, et ce n’est pas là le moindre des atouts de l’album, chaque solo se voit interprété par un guitariste différent, qui apporte sa couleur au morceau.

Les saveurs atteignent tout de suite le palais, et l’introductif "Point Of No Return" est représentatif du propos artistique de l’album. Un riff heavy "juste ce qu’il faut", la voix faussement cassée du chanteur, qui œuvre tantôt comme une caresse, tantôt comme une claque, des refrains et motifs mélodiques irrésistibles et lumineux, l’ensemble agrémenté ici d’un solo flamboyant signé Olaf Lenk (AT VANCE). Ces ambiances se retrouvent sur "Crash And Fall", qui propose une belle alchimie entre les claviers et les guitares, même si ces dernières gardent le dessus. Dans une veine similaire, "Strangers In The Real World" propose un riff raisonnablement belliqueux, qui sert parfaitement la voix de ce bon Rick. Le solo, administré par Mathias IA Eklundh (FREAK KITCHEN), est à la fois sobre et profondément marqué par l’identité unique du guitariste. Et si d’autres grands noms viennent prêter main forte à Rick, à l’image de Oliver Hartmann (AVANTASIA, HARTMANN), Andy LaRocque (KING DIAMOND) ou Joel Hoesktra (WHITESNAKE), à aucun moment le talent immense des intervenants ne vient éclipser la force brute des morceaux, qui se tiendraient tout aussi bien en dépit de leur absence. Certains titres marquent naturellement plus profondément les esprits, mais il est ici question de ressenti personnel. Ainsi, "Desire", agrémenté d’un refrain très mélodique et d’un pont savoureux, est un grand moment, tout comme "Run To You" qui offre un formidable compromis entre intensité et émotion. Un peu plus FM, "The Wind And The Rain" est ce qui se rapproche le plus d’une ballade, avant que survienne "Where Dreams Never Die", la grande ballade qui clôt l’album avec brio. En contrepartie, l’auditeur se voit servir juste avant "Tossin’ And Turnin’", au riff quasiment Heavy Metal, qui permet à Joel Hoekstra de se dérouiller les doigts. Dans une veine similaire, "Final Warning" est une véritable démonstration de force, qui permet à Rick Altzi de crier son talent. Le bonhomme a non seulement du coffre, mais sait également moduler sa voix pour générer des émotions plus ou moins affirmées. Son timbre charismatique permet au chanteur d’œuvrer en maître sur cet album parfaitement taillé pour mettre en valeur les subtilités de sa voix.

Après quinze ans passés derrière un micro, il était bien temps que Rick Altzi chante sur des morceaux taillés sur mesure. Ces quatorze titres, qui constituent un album dense et sans aucun temps mort, seront sans doute une surprise pour ceux qui ont l’habitude d’entendre la voix du chanteur sur les albums de MASTERPLAN ou Herman FRANK. Il y a pourtant toujours eu dans son timbre cette qualité mélodique qui se retrouve ici décuplée sur ces morceaux parfaitement ajustés. Un Hard Rock mélodique qui voit néanmoins le bonhomme se mettre au service de compositions de qualité plutôt que de se mettre en vitrine, et qui se voit récompensé par l’absence de défauts, à l’exception peut-être d’un manque de variété dans les tempi sur la première moitié de l’album. Néanmoins, pas de quoi bouder son plaisir à l’écoute de cet album solidement ficelé.

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


DARK SKY
Once (2018)
Vas-y Franky, c'est bon !




SHANNON
Angel In Disguise (2008)
Harderock, c'est dans les Vosges


Marquez et partagez




 
   GEGERS

 
  N/A



- Rick Altzi (chant)
- Pete Alpenborg (guitares, claviers)
- Nalle Påhlsson (basse)
- Kevin Kott (batterie)
- Ulrick Lönnqvist (guitare)
- Victor Ohlsson (guitare)
- Teresia Svensson (choeurs)
- Kimberly Kott (choeurs)


1. Point Of No Return
2. Crash And Fall
3. Into The Fire
4. Run To You
5. Legacy,
6. You Don’t Believe In Love
7. Strangers In The Real World
8. Desire
9. Hurting Kind
10. Motherless Child
11. Wind & The Rain
12. Tossin’ And Turnin´
13. Final Warning
14. Where Dreams Never Die



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod