Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

2021 Tormenta
 

- Style : Andrew W.k., Alice Cooper, Warrior Soul

SWEET NEEDLES - Tormenta (2021)
Par DARK BEAGLE le 31 Janvier 2022          Consultée 2302 fois

Ah… Les étiquettes… Il faut toujours tout séparer, compartimenter, différencier. Si un son diffère d’un autre, il convient de lui trouver une nouvelle catégorie. Tiens, prenons BLACK SABBATH. Ils étaient plus lourds que leurs comparses de LED ZEPPELIN et DEEP PURPLE ? Hé ben, on va dire qu’ils jouent du Heavy Metal. Ça commence comme ça. Vous lâchez la bride à un journaliste et il vous invente cinquante genres dans la journée. Sérieux. Faut vous faire soigner les gars. Mais le pire, ce sont les sous-genres. Prenons le Death : entre le Mélo, le Brutal, le Technique… On se croirait face à un catalogue Lego… Puis il y a des groupes comme SWEET NEEDLES qui arrivent et qui me donnent envie de les serrer dans mes bras. Parce que la musique que ces Parisiens pratiquent prend tellement de directions différentes qu’on ne peut les mettre que sous une seule étiquette : Hard Rock.

En effet, bien malin qui arrivera à trouver un autre genre de façon définitive à la musique pratiquée par la formation. Nous trouvons un peu de tout, beaucoup de tout même. Riche d’une expérience scénique non négligeable malgré la pandémie (ils auront joué avec Glenn HUGHES, H.E.A.T ou encore BLACK BOMB A…), la bande, menée par les jumeaux Bonnot (ok, elle était facile) prend un malin plaisir à brouiller les cartes à la moindre occasion. Et ça fait plaisir. Plaisir d’être malmené sans que les musiciens en face aient besoin de faire dans la brutalité, même s’il y en a parfois. Juste le fait de ne pas savoir où l’on va, de ne pas pouvoir anticiper à quoi ressemblera le morceau suivant est assez jouissif. Aller de surprise en surprise, découvrir, adhérer ou non à un titre pour être soufflé par le suivant, qui prend totalement par surprise.

Tiens, on va s’attarder un peu sur la pochette. Personnellement, j’y vois un croisement entre le "Point Of Know Return" de KANSAS et celle de "Angel Rat" de VOIVOD, autant dire qu’il y a un sacré grand écart entre ces deux formations. Sans aller à ces deux extrêmes, il y a un peu de ça dans la musique de SWEET NEEDLES. C’est un véritable bouillon de culture, où les diverses influences des jeunes musiciens se mélangent, s’accouplent entre elles pour donner naissance à des morceaux qui sonnent de façon personnelle tout en évoquant par moments leurs modèles, dont pas mal semblent provenir des années 90 et du début des 2000. Difficile en effet de ne pas songer à RED HOT CHILI PEPPERS sur les couplets de "Headache", avec cette guitare très Fusion et ce chant sautillant qui se transforme en quelque chose de salement couillu sur le refrain. Un très bon kiff.

"Tormenta" est donc un disque qui est tout sauf rectiligne. Dès le début, on devine qu’il y a anguille sous roche. Le title track démarre avec un riff bien gras, très Stoner dans l’esprit, pour virer Punk vindicatif l’instant suivant. SWEET NEEDLES commence ainsi à distribuer les mandales, l’enchaînement avec "Not The Only One" est tout à fait naturel même si le propos est plus posé, avec un refrain plus travaillé, tout en chaleur, et dopé par une production monstrueuse pour un jeune groupe (les Alias Studio sont vraiment très performants !). En fait, ce disque donne soit envie de sauter partout ("Shake It ! Groove It !"), soit d’engager un pogo d’enfer ("Egotrip") dont on ne ressortirait pas forcément indemne. Et le tout, en restant parfaitement cohérent.

L’ensemble se veut donc très remuant, comme en atteste "Thirteen" qui donne l’impression que THIN LIZZY se frotterait au répertoire de PANTERA, ou l’inverse, tout dépend de vos affinités avec ces deux formations qui auront marqué l’histoire du Metal. Les influences 80 sont bien présentes, elles sont modernisées, un peu à l’instar de ce que propose ASKING ALEXANDRIA sur son dernier opus, sans toutefois tomber dans le piège d’une certaine redondance ("Another Land" est tout à fait dans cette lignée et ferme l’album en beauté). Cependant, là encore cela semble trop facile pour SWEET NEEDLES qui cherche la difficulté en proposant un morceau long et étrange, le très atmosphérique "Black Haze", une des perles de ce disque. Il y a quelque chose de "Planet Caravan" sur certains couplets, avant que cela parte en sucette à grands renforts de hurlements.

À la fois vintage et moderne, SWEET NEEDLES est tout bonnement inclassable. Les racines du groupe descendent loin, s’enfoncent en profondeur dans le genre, tapant à droite à gauche ("From Hisingen To Paris" a quelques relents RAGE AGAINST THE MACHINE dans le côté rappé du chant). Enfin bref, ce n’est pas explicable. Si vous aimez les années 80 et que ça ne vous fait pas peur quand c’est joué de façon moderne, foncez. Si vous aimez le Metal Alternatif et ses sautes d’humeur, plongez dans ce disque. Si, en revanche, vous aimez quand c’est cadré, que vous voulez savoir dans quoi vous mettez les pieds, l’expérience peut être un brin déstabilisante. Il ne faut pas avoir peur. On prend sa respiration, on ferme les yeux, on fait un pas en avant et…

"Tormenta" est l’une des bonnes surprises de la fin 2021. Un album que l’on n’a pas vu venir et qui a dû passer sous le radar de bon nombre d’entre vous. N’hésitez pas à jeter une oreille sur ce disque qui est un véritable condensé d’énergie brute, aux vocaux assez clivants, passant volontiers d’une voix de crooner à des beuglantes presque insensées dans le décorum musical, mais qui fonctionnent vraiment bien. Une bien jolie découverte donc, qui joue admirablement avec les nerfs en se détachant de tout concept d’étiquetage un peu trop présent dans le Metal et qui finit par ne plus vouloir dire grand-chose. SWEET NEEDLES a un potentiel énorme, ce premier essai est une carte de visite des plus alléchantes. Il reste à savoir si les Parisiens sauront rebondir et garder leur identité dans le futur.

A lire aussi en HARD ROCK par DARK BEAGLE :


HEART
Live In Atlantic City (2019)
Nos marraines à la noce !




Rory GALLAGHER
Tattoo (1973)
Dans la peau et pas ailleurs


Marquez et partagez






 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Oscar Bonnot (chant)
- Arthur Bonnot (guitare)
- Simon Dagallier (guitare)
- Arthur Calonne (basse)
- Hippolyte Bordes (batterie)


1. Tormenta
2. Not The Only One
3. Shake It ! Groove It !
4. Egotrip
5. Be Bop
6. Headache
7. Thirteen
8. Better Late Than Ever
9. Black Haze
10. From Hisingen To Paris
11. Another Land



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod