Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

2016 The Fire Within
 

- Membre : Alkaloid, Serocs, Seven Witches, Mike Lepond's Silent Assassins , Spawn Of Possession, Symphony X, Vengeance, Triptykon, Waken Eyes, Ross The Boss, Paradox, Obscura, Atramentus, Chthe'ilist, Civilization One, Defeated Sanity, Elegy, First Fragment, Hate Eternal, Necrophagist
- Style + Membre : Death Dealer, Hibria, Mindmaze, Northtale
 

 Site Officiel (40)
 Bandcamp (43)

ETERNITY'S END - The Fire Within (2016)
Par JEFF KANJI le 6 Février 2022          Consultée 360 fois

Nous sommes arrivés à un stade d'évolution du Metal qui fait que les possibilités de dépasser les limites de la guitare électrique sont chaque jour repoussées. Le shred est plus que jamais au cœur d'une recherche musicale qui cherche à incorporer au Metal des influences d'autres musiques savantes, comme le Baroque ou le Classique. Après le traumatisme causé dans la communauté Death par le séminal "Epitaph" de NECROPHAGIST, ils sont plusieurs à chercher à percer le secret d'une musique à la fois extrême, incroyablement bavarde et digeste, mais tout aussi raffinée que brutale. Après les Américains d'INFERI, qui peinent à émerger et à révéler leur talent après une première existence chaotique, c'est OBSCURA qui devient le boss du game. La formation d'athlètes du Death Metal réunie autour de Steffen Kummerer consacre l'avènement d'une nouvelle ère, celle du Tech Death.

Au sein d'OBSCURA, le second s'appelle Christian Münzner, un stakhanoviste adorateur de BACH qui a tellement travaillé son instrument qu'il en a développé une dystonie focale limitant l'usage de son majeur gauche et qui avait déjà à son tableau de chasse la participation au sommet discographique de NECROPHAGIST. Il passera les années 2010 à naviguer entre OBSCURA, qu'il quittera un moment pour fonder l'ébouriffant ALKALOID, participera à la mandale "Incurso" de SPAWN OF POSSESSION, en plus d'assurer des piges studio et live avec plusieurs formations (dont MAJESTY, CIVILIZATION ONE ou encore PARADOX). Ainsi l'un des saint-patrons du Tech Death serait un amateur de Heavy ?

C'est bien ce qu'on va voir quand, après avoir quitté OBSCURA en 2014, non content de récolter les louanges pour sa propre vision du Tech Death qui l'a amené à ce niveau de notoriété et de déférence, Christian Münzner se fend d'un projet qui lui tient à cœur : fonder un groupe de Power Metal. Les compositions amassées au fil des ans semblent pouvoir se matérialiser donc courant 2015. Il s'associe avec un nom du Power Prog plutôt réputé là aussi en la personne d'Ian Parry ; la voix d'ELEGY et de CONSORTIUM PROJECT était parfaite entre lyrisme, puissance et habileté (ce refrain sur "The Dark Tower"), si bien que malgré une écriture très dirigée de Christian, qui a facilement trouvé qui pourrait l'accompagner (coucou les copains d'ALKALOID), Ian Parry a pu apporter sa patte et même écrire les paroles de "White Lies". Donc nous n'avons rien que Hannes Grossmann, Christian Münzner et Ian Parry dans le même groupe, de quoi faire saliver les plus exigeants d'entre vous.

Et clairement, Christian Münzner ne se plante pas, peaufinant chacun des détails (jusqu'à embaucher l'artiste responsable du dernier DRAGONFORCE en date), assumant une production plus fidèle à l'esthétique Power Metal que Tech Death, même si l'on retrouve cette caractéristique d'un son très propre et particulièrement de guitares incroyablement précises (un petit détour par la passe d'armes entre Münzner et Jimmy Pitts sur "Twilight Warrior", un titre mené à fond de train par nos protagonistes et qui ne connaissent quasi aucun équivalent de virtuosité à des tempi aussi enlevés, hormis ANGRA je dirais).

"The Fire Within", en dix titres, a clairement bien plus de choses à raconter que nombre de formations du même genre, se pare de touches subtilement baroquisantes, harmonise avec une confiance insolente les lignes de guitare les plus véloces. Ce qui veut dire aussi que ce disque se mérite. Il m'a fallu attendre la cinquième écoute pour ne plus être débordé par la débauche d'énergie et de générosité du combo allemand, pour repérer que sur ses passages ternaires ETERNITY'S END aurait presque des côtés GAMMA RAY, où la technicité des guitares se met au service d'une musique Heavy et enlevée. C'est la même chose ici, le niveau est juste plus élevé, ce qui ne veut pas dire que la bande à Christian Münzner propose autant de mélodies mémorables.

Et c'est peut-être bien le seul grief que j'ai envers ce disque rutilant par bien des aspects. "The Fire Within" est bavard (bien servi avec les petites incartades de Per Nilsson, l'éminence grise de SCAR SYMMETRY), mais pas forcément original dans ses idées ("Chains Of The Earth", plaisant mais aux mélodies vues et revues). Son statut d'outsider sera tristement renforcé au moment de signer avec le petit label Power Prog, qui dans une tornade d'amateurisme, flinguera totalement la promotion de ce disque, le collectif ne sachant toujours pas, à l'heure actuelle, combien d'exemplaires il a vendu de "The Fire Within". Qu'à cela ne tienne, on n'abat pas Christian Münzner aussi facilement, qui n'aura aucun scrupule à tout défaire pour revenir encore plus fort deux ans plus tard.

A lire aussi en POWER METAL par JEFF KANJI :


BLIND GUARDIAN
A Past And Future Secret (1995)
L'attente devient insoutenable




GAMMA RAY
No World Order! (2001)
Power metal

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Ian Parry (chant)
- Christian Münzner (guitare)
- Jimmy Pitts (claviers)
- Linus Klausenitzer (basse)
- Hannes Grossmann (batterie, percussion)
- -
- Per Nilsson (solo clavier sur 3, claviers additionnels, chœurs)


1. The Fire Within
2. Demonblade
3. The Hourglass
4. Eagle Divine
5. White Lies
6. Twilight Warrior
7. Chains Of The Earth
8. The Dark Tower
9. Moonstruck
10. The Fall Of The House Of Usher



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod