Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL SYMPHONIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

2010 Otherwise
 

- Style : Dyslesia, Karelia, Seyminhol
 

 Facebook (41)

SILENT FALL - Otherwise (2010)
Par JEFF KANJI le 7 Janvier 2022          Consultée 314 fois

Pour citer Mefisto "la Boîte À Demandes est l'une des meilleures idées que Nightall ait eu". Et même si l'on se dit parfois quelle va nous tuer tant vous êtes imaginatifs, curieux et plein de connaissances metalliques, elle est source de satisfactions pour tous ; de notre côté nous avons la sensation de lier un peu plus notre univers au vôtre (même si cela peut dans certains cas demander des années de patience) et de découvrir des artistes dont nous avions jusque là ignoré l'existence, qu'elle ait été éphémère ou que sa carrière soit importante Ainsi, au moment de préparer cette nouvelle semaine dédiée aux albums demandés par les lecteurs de Nightfall, je me suis amusé à faire une petite recherche dans la spacieuse boîte pour voir si le premier album de SILENT WINTER n'y avait pas été relevé. Et vous me voyez venir, la précision d'un Ctrl + F m'a fait tomber sur cette demande de 2010 concernant "Otherwise" par SILENT FALL.

Il se trouve que le groupe a connu une longue gestation sous le nom de WINTERLAND, faute de section rythmique complète à mettre en œuvre. Puis cet effectif s'est solidifié autour de deux membres de WILDPATH, à savoir Olivier Caron, multi-instrumentiste autant affairé aux guitares qu'aux claviers, et Adrien Eyraud qui contribue assez largement à donner une identité forte au combo. En effet, avec un registre medium-grave, il tranche assez nettement avec la plupart des vocalistes engagés sur le chemin du Heavy Metal. De la même manière la présence de deux claviéristes au sein de l'effectif pourrait laisser supposer une profusion symphonisante pas évidente à dompter. Et si les paysages et les atmosphères, plutôt travaillés peuvent rappeler l'ambiance nordique du SONATA ARCTICA (époque "Silence"/"Winterheart's Guild"), les guitares sont mine de rien très présentes, et l'alliance de cette ambiance plutôt froide et d'une écriture bien plus ouverte qu'elle n'y paraît ne m'enlève pas de la tête un parallèle avec une autre formation méritante qui n'aura jamais percé finalement : KARELIA. Sans le faire exprès, il y a même une cohérence esthétique entre le "Raise" des Alsaciens et le "Otherwise" des Franciliens.

Si "Otherwise" n'a connu aucune postérité, les départs successifs de Guillaume Tertis et de Fabio Carnielli n'ayant visiblement pas permis de retrouver l'alchimie et la volonté d'aller de l'avant nécessaire pour un groupe au stade du premier album pour faire avancer sa barque, il nous reste néanmoins ce roboratif "Otherwise", un disque où le Heavy/Power s'anime sous les textes d'Adrien Eyraud, sous les arrangements de clavier (voire les soli cf le réussi "Tears Of Fate") et des guitares toujours présentes. On a tout de même du mal cependant à dégager une tendance, des axes stylistiques pour nous aider à comprendre la musique de SILENT FALL, qui peine à nous donner suffisamment de clefs hormis l'organe il est vrai chaleureux d'Adrien.

SILENT FALL n'a pas percé, et une multitude de paramètres peuvent l'expliquer j'imagine. Mais ce manque de clarté artistique, qui d'un côté est un début de personnalité, n'est pas suffisamment abouti pour en faire un atout. Bien souvent, d'un morceau à l'autre on se demande dans quelle direction on va être baladé. Et pour autant, SILENT FALL n'a rien d'une formation Prog, ses schémas d'écriture sont toujours clairs et dosent très bien les différents ingrédients, il manque juste ce petit quelque chose en plus pour que tout ça provoque une étincelle de magie. Autre défaut relatif : le son est très net et n'accuse toujours pas le poids des ans, mais les choix de mix et d'écriture sont très typés années 2000. Et dans un certain sens, cela a pu être un problème. Là où HEAVENLY a su se moderniser avec réussite avec son "Virus", le "Otherwise" de SILENT FALL devait avoir, déjà au moment de sa sortie, un petit relent passéiste, ou tout du moins hors de la tendance qui ne l'a, je pense, pas servi.

Plusieurs morceaux peuvent donner cette sensation que tous les éléments sont présents mais parfois montés à l'envers ou le fruit de choix discutables, comme l'ambitieux "On The The Top Of The World" avec ses contretemps que le groupe cherche à imposer et ces petits arrangements Électro qui débarquent de manière incongrue dans un arrangement bien plus symphonique et grandiose. Ou encore ce chant féminin maladroit, mal édité et pas toujours très juste sur "This Could Have Been".

Si je semble dresser un portrait mi-figue mi-raisin de cet unique album de SILENT FALL, c'est sans doute parce que je déteste le fait de l'avoir beaucoup apprécié à la première écoute, l'effet bonne surprise en quelque sorte, et d'avoir vite réalisé qu'il manquait toujours cette étincelle, et de finir par me dire que ce groupe avait du potentiel. Car ce mot renferme en réalité tout un tas d'éléments qui ancrent SILENT FALL du côté des amateurs éclairés qui manquent de réflexion d'ampleur sur leur art et la façon de la rendre lisible pour ses auditeurs. Pour marcher, une formation ne peut souvent pas se contenter de proposer un art le plus pur possible, et c'est aussi ce qui fait le charme de "Otherwise" tout autant que sa faiblesse, c'est cette sensation que les Franciliens n'ont fait aucune concession sur leur vision, et qui s'est éteinte comme pour beaucoup de groupes devant l'ampleur de la tâche et l'âpreté de la compétition. Ravi en tout cas d'avoir découvert le groupe, même sur le tard, j'espère au moins avoir attiré un soupçon de curiosité et satisfaire Adrien qui avait fait cette demande dans la Boîte, s'il nous lit toujours !

A lire aussi en METAL SYMPHONIQUE par JEFF KANJI :


Luca Turilli's RHAPSODY
Ascending To Infinity (2012)
Le nouvel o.s. de Luca Turilli

(+ 1 kro-express)



NIGHTWISH
Decades: Live In Buenos Aires (2019)
A shudder before the beautiful


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Sylvain Rousselle (basse)
- Fabio Carnielli (batterie)
- Pierre Cabannes (guitare)
- Guillaume Tertis (claviers, chœurs)
- Olivier Caron (guitare, claviers, orchestrations, chœurs)
- Adrien Eyraud (chant)
- -
- Julie Billaud (chœurs)
- Laurine Adam (chœurs)
- Alexis Garsault (chœurs, claviers, orchestrations)
- Marjolaine Bernard (chœurs, chant additionnel sur 9)
- Stéphan Forté (guitare solo sur 8)


1. Who Is The Fool?
2. Kill For Life
3. Haunted Sights
4. Forever And Ever
5. One Cold Winter Night
6. I Wish
7. Play With Fire
8. World Of Secrets
9. This Could Have Been
10. Tears Of Fate
11. On The Top Of The World
12. Heroes



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod