Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACKENED SLUDGE INDUS  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Bandcamp (160)

The LION'S DAUGHTER - Skin Show (2021)
Par ANIMA le 25 Août 2021          Consultée 1091 fois

Je dois vous avouer une chose, le Sludge m’ennuie. Je sais pas forcément pourquoi, mais j’arrive rarement au bout d’un album du genre et c’est pas faute d’avoir plusieurs fois essayé avec des trucs comme CROWBAR, NEUROSIS ou EYEHATEGOD. Pour dire, même le "Existence Is Horror" du groupe dont on parle aujourd’hui, dont Fenryl avait loué les qualités à l’époque, me passe complètement au dessus de la tête. Donc bon, quand j’ai entendu parler de The LION’S DAUGHTER en 2018 avec la sortie de leur "Future Cult", j’ai pris soin d’éviter de l’écouter malgré une mention d’un aspect Indus qui aurait pu m’intriguer (bon aujourd’hui l’erreur est réparée et j’apprécie plutôt bien cet album). C’est au final cette année, sous les commentaires encourageants d’un ami et devant une pochette assez singulière que la curiosité m’a poussé à écouter ce groupe, et vraiment, c’est juste excellent.

Là où "Future Cult" restait dans des sonorités très crades et Sludgy, "Skin Show" évolue vers quelque chose de bien plus Indus avec un son très froid et clinique. Ça reste néanmoins toujours du THE LION’S DAUGHTER, la section rythmique est toujours aussi précise, Rick Giordano hurle toujours avec autant de rage et on retrouve l’efficacité que le groupe affiche depuis ses débuts. En somme, ils ont fait une sorte de pas de côté pour montrer leur musique sous un nouvel angle, c’est les mêmes, mais différents. Et ai-je dit que c’était efficace ? Parce que bon, les albums précédents l’étaient quand même pas mal (même "Existence Is Horror", alors qu’il est entré d’une oreille pour sortir de l’autre, a réussi à m’imprimer un ou deux trucs dans le crâne), mais alors là, sur "Skin Show" ils ont juste poussé les potards au maximum. L’album est tellement bien foutu sur ce point-là qu’il en devient obsédant.

Obsédant est un bon mot, parce que bon, dire juste que ça reste en tête, c’est très léger pour décrire l’effet qu’a "Skin Show" sur moi. Quand je l’écoute, je me sens enfermé et aliéné. Oppressé par la lourdeur des instants sludgy, obnubilé par ces claviers dont les mélodies, certes simples, tournent en boucle et se vrillent un chemin à travers mon esprit et écrasé par cette batterie au groove si marqué et aux riffs de guitare qui se veulent lourds et sans merci. Et clairement, la recette fonctionne à merveille jusqu’à arriver au duo "Werewolf Hospital"/"Sex Trap". Le premier change la donne en partant dans un assaut purement Black Metal rendu encore plus inhumain par le son si particulier de l’album tandis que le second part à l’opposé avec un morceau bien plus posé et angoissant avec en prime une basse qui se montre juste magistrale. Les deux morceaux sont pour moi l’apothéose de l’album tant ils se montrent d’une qualité hors norme tout en opposant deux faces bien différentes de l’entité The LION’S DAUGHTER.

Et si ces deux morceaux sont du pain béni pour mes tympans, ils sont aussi ce qui empêche la fin de l’album de vraiment briller. Outre le fait que c’est difficile de passer après deux tueries, et bien je trouve que cette fin d’album est un poil lourde. Je ne suis pas convaincu par les renvois au "Wish" de NINE INCH NAILS que font la batterie et la basse de "All Hell Is Mine" et je trouve que "Snakeface" finit par être assez poussive en tentant de prolonger l’ambiance de "Sex Trap" sans vraiment y arriver. Heureusement, "Skin Show" et "The Chemist" redressent la barre pour conclure l’album correctement. J’avoue d’ailleurs être assez friand du son très Synthwave des claviers, du petit passage au vocoder et des trémolos sur le refrain de Skin Show et puis, j’aime beaucoup aussi la fin écrasante au possible qu’offre "The Chemist".

"Skin Show" est un album monstrueux, qui terrifie et impressionne avec sa mixture assez unique aux croisement du Black, du Sludge et de l’Indus. Et si vous vous mettez à l’écouter, croyez-moi qu’il se fera une place de choix sur votre platine, que vous le voulez ou non.

A lire aussi en SLUDGE :


EYEHATEGOD
In The Name Of Suffering (1992)
Blackened sludge indus

(+ 1 kro-express)



DIRGE
Wings Of Lead Over Dormant Seas (2007)
Les ailes de plomb sur des mers inertes...


Marquez et partagez




 
   ANIMA

 
  N/A



- Erik Ramsier (batterie)
- Scott Fogelbach (basse)
- Rick Giordano (guitare, chant)


1. Become The Night
2. Curtains
3. Neon Teeth
4. Dead In Dreams
5. Werewolf Hospital
6. Sex Trap
7. Snakeface
8. All Hell Is Mine
9. Skin Show
10. The Chemist



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod