Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER SYMPHONIQUE  |  STUDIO

Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Unleash The Archers, Kerion, Seven Kingdoms, Frozen Crown
 

 Site Officiel (29)
 Bandcamp (30)
 Chaine Youtube (115)

A SOUND OF THUNDER - Parallel Eternity (2020)
Par JEFF KANJI le 12 Mai 2021          Consultée 1029 fois

Alors comment vous présenter ça ? En arpentant les différents sites dédiés tout entier à la cause Power Metal, j'ai vu un nom inconnu : A SOUND OF THUNDER… et lu le dithyrambe qui ruisselait du clavier du chroniqueur. J'aime bien ce genre d'exercice pour faire un tri dans ce que j'aurai raisonnablement le temps d'écouter et de décortiquer pour en proposer une nouvelle chronique nightfallienne. Si certaines hypes n'ont pas résisté à mon appétit exigeant et gourmet, il y a deux trois noms qui ont su tirer leur épingle du jeu, et un seul m'a mis une claque : "Parallel Eternity" ultime rejeton des Américains réunis depuis leur EP inaugural sous le patronyme A SOUND OF THUNDER.

Cette heure et demie de Heavy/Power sacrément bien orchestré pour l'occasion en impose, et pas seulement par sa longueur biblique. A SOUND OF THUNDER n'est pas une formation débutante, et un rapide regard sur son parcours permet d'établir que ses quatre membres sont loin d'être fainéants ! Et pour comprendre, "Parallel Eternity" est une célébration. Celle de la survie de sa très impressionnante vocaliste Nina Osegueda, percutée l'année précédente par un bus, et celle de dix ans de servitude à la cause du Heavy Metal. Si l'écoute de "Parallel Eternity" est immersive et donne l'impression d'écouter un ambitieux concept-album, il n'en est rien.

Ce recueil compile des réenregistrements de pièces devenues indissociables de l'histoire du quartette, réarrangées par un certain Brad Charles, qui fait un travail d'orchestration très impressionnant, agrémentées d'un ambitieux titre-fleuve de treize minutes, écrit en 2008, mais que le groupe n'avait jamais osé enregistrer jusqu'à présent. Car le groupe compte déjà six albums studio dans son escarcelle, plus un album de reprises et deux Lives ! Il faut dire qu'outre "Explorer" qui souffle d'entrée avec son tempo endiablé et ces lignes de chant redoutables de Nina, nous sentons que nous sommes en face d'une créature pour le moins spéciale. Mais ces "petites" épopées, comme autant de petites histoires, se retrouvent avec "Discovery", "Time's Arrow, ou encore "Elijah" (un vrai bijou et dont les orchestrations sont assez différentes de la version originellement parue sur "The Lesser Key Of Salomon" en 2014).

Si bien que si on se concentre sur l'avancée de ce double-album, on n'avance pas rapidement dans la tracklist, ce qui peut avoir un effet décourageant. Et si l'on veut se laisser happer par la pochette TRÈS (trop ?) chargée de "Parallel Eternity", on rate vite des moments épiques et marquants. Si tout cela peut s'avérer long à digérer, A SOUND OF THUNDER a indubitablement frappé juste dans le choix des titres, en équilibrant ses morceaux-fleuve avec des pièces plus ramassées et efficaces (d'aucuns diront classiques, mais le groupe n'est jamais en difficulté quand il s'agit d'échapper aux clichés). Plutôt que de fustiger la générosité des Américains, on appréciera plutôt d'avoir du temps pour revenir plusieurs fois sur ce disque, qui révèle ses atours au compte-goutte, après que les brûlots comme "Udoroth", le très old school "Walls", ou encore l'inattendu mais très efficace duo avec Mark Tornillo (ACCEPT, TT QUICK) sur "Phantom Flight" qui referme avec bonheur "Parallel Eternity".

Contrairement à la plupart des formations Power américaines, le riff n'est pas à la racine des compositions (contrairement à UNLEASH THE ARCHERS au hasard), mais son sens mélodique compense assez largement. En frais de Heavy/Power, il est assez rare d'avoir un tel raffinement dans le travail orchestral, qui parvienne à se mêler à l'écriture Metal sans la travestir, ni s'effacer. C'est d'abord cela qui m'a marqué. Le jeune Brad Charles est d'ailleurs en grande partie à l'origine de cette initiative d'album symphonique, depuis qu'il a envoyé au culot une première version de "Udoroth" à Josh Schwartz sur sa boîte Metal. Et je faisais dans ma tête le parallèle avec l'expérience de SATAN JOKERS avec "Symphönïk Kömmandöh" qui est assez similaire, mais comparer les deux ne serait pas vous rendre service, du fait d'une différence radicale dans la façon d'écrire les morceaux et de privilégier une certaine virtuosité instrumentale.

Chez A SOUND OF THUNDER, c'est l'écriture et le sens de l'orchestration qui est virtuose. Ainsi, jamais le disque ne casse les oreilles, et les plus curieux pourront remarquer une inattendue reprise de l'hymne catalan, qui montre une nouvelle fois que l'Europe du Sud est par essence une partenaire de choix pour le Heavy Metal. D'ailleurs, la générosité vocale de Nina Osegueda m'avait fait dire que la formation était sud-américaine…

A lire aussi en POWER METAL par JEFF KANJI :


GRIMGOTTS
Dragons Of The Ages (2019)
Dragons, pouet pouet et très belle surprise




ALOGIA
Semendria (2020)
3 ou 4 ?


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Chris Haren (batterie, percussions)
- Josh Schwartz (guitare, claviers)
- Nina Osegueda (chant, thérémine)
- Jesse Keen (basse, claviers, chœurs)
- -
- Brad Charles (orchestration)
- Mark Tornillo (chant sur 12)


1. A Sound Of Thunder
2. Explorer
3. Walls
4. The Buried Truth
5. Discovery
6. Time's Arrow
7. Queen Of Hell
8. Udoroth
9. Elijah
10. Can't Go Back
11. Els Segadors (the Reapers)
12. Phantom Flight



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod