Recherche avancée       Liste groupes



      
NEO METAL  |  E.P

Lexique neo metal
L' auteur
Acheter Cet E.P
 


2016 Rx
 

- Style : The Butterfly Effect, Karnivool, Shattered Skies, Speaking To Stones, Tesseract, Osyron, Status Minor
 

 Facebook (107)
 Chaine Youtube (432)
 Soundcloud (101)

LIFEWALKER - Rx (2016)
Par HAPLO le 9 Mai 2021          Consultée 581 fois

Comment bien pouvoir parvenir à concilier, dans une seule et même musique, le flot brûlant et riffé de l’énergie avec l’émotion prenante d’un projet aussi délicat et sombre que celui d’explorer les facettes de la folie ? C’est grosso modo l’une des questions qu’ont du se poser les quatre instrumentistes de ce qui allait bientôt devenir LIFEWALKER, au moment ou, lâchant la scène Metalcore de la côte Est des États-Unis, ils décident de s’orienter vers un courant musical métallique plus mélodique mais sachant rester mordant, voire écorché.

Ambitionnant par-delà même de s’attaquer à faire résonner nos émotions intérieures sans systématiquement solliciter nos muscles de la nuque lors d’un mouvement saccadé mais ô combien défoulatoire, nos compères, menés par les deux guitaristes composito-arrangeurs Shane Royer et Dan Halen (non, non, c’est bien un D !) vont ainsi se lancer dans la composition acharnée de morceaux abrasifs et délicieusement plombant traduisant leur nouvel univers musical… alors qu’ils n’ont pas encore de chanteur ! Les Dieux de la musique adorant les projets tant dingos qu’ambitieux, vont placer sur la route du combo le chanteur correspondant au millimètre près au costume concocté par LIFEWALKER : L’ami Stephen Dodge y place en effet sa voix émouvante, sachant si bien être hargneuse, voire faussement criarde… à un point qu’il est réellement difficile d’imaginer que textes et mélodies ont été composés sans lui : bluffant !

Ce magnifique tour de passe-passe est de plus nettement conforté par une signature artistique indiscutable, le tout paisiblement installé dans le sofa du confort auditif absolu avec un mix intelligemment adapté au mélange ambitieux entre énergie et émotion que revendique LIFEWALKER. Parus en avril 2016, "RX" est un maxi EP comportant sept brûlots (pour un total de vingt-sept minutes) issus d’une musique mêlant savamment des guitares compressées aux riffs issus du monde Metalcore / Djent, des passages sur lesquels un piano isolé mais parfumé de réverb livre une mélodie à l’écho captivant, des orchestrations pleines d’ampleur et de turbulence portent les lignes rythmiques, le tout servi par la voix tout en fêlures d’un chanteur que l’on finit par penser habité par la folie dont il nous fait explorer les tonalités…

Ce mélange doux-amer aux relents d’explosion qui couve donne une musique assez unique tant par son énergie (faussement) sous contrôle, que par ce qu’elle ne dit pas ou plutôt ce qu’elle ne fait qu’effleurer : un voyage dans l’univers de l’irrationnel ou les changements de braquets et de nuances peuvent se télescoper à n’importe quel moment. Ici, quelques notes perdues d’un piano au fin fond d’une salle immense, là des lignes rythmiques intenses, ultra-resserrées, qui collent à la double grosse caisse comme un hachoir hystérique sur une pièce de bidoche crue, ou encore des accompagnements de synthé tour à tour obsédants puis amplifiants pour une émotion brûlante qui escalade la cheminée d’un volcan depuis trop longtemps en sommeil… Ces musiciens complètement inconnus (il faut quand même le dire !) parviennent selon moi à mettre une belle gifle aux bonnes manières musicales en y collant leur son à la fois rond et écorché. Quoi qu’on en dise, cette musique troublante toute en tensions mélodiques ne laisse décidément pas indifférent. Sans réinventer le genre, LIFEWALKER chassant ici clairement sur les terres du Metal Alternatif mélodique tenté de Djent, nos Metalleux de la côte Est y apportent selon moi une (talentueuse) touche personnelle qui fait toute la différence… et évitera surtout à ce combo de tomber dans les toilettes-oubliettes aussitôt les titres savourés.

Des titres justement globalement assez courts (entre 2’10 et 4’39 max), portés par une belle musicalité et qui nous prennent successivement par la main pour nous faire parcourir le sombre labyrinthe dans les recoins duquel évoluent les démons de la folie. Le bal est magistralement ouvert par le court mais très beau "Genesis" dont les harmonies introductives, rejointes par une voix habitée conduisent à une montée en puissance annonciatrice de tempêtes intérieures. Le très puissant et chargé "Diagnose Me" avec son bridge orienté Djent et sa voix s’entremêlant avec des contre-chants, le très pêchu "Patient Zero" fort de sa ligne rythmique bien musclée et de son sympathique solo guitare (non présent sur tous les titres) ou encore l’intense et immersif "Stimulus" armé de sa base Djent puis de son refrain accrocheur, prouvent s'il en est besoin que LIFEWALKER en a sous la pédale tant au niveau de la composition que l’interprétation ou encore du feeling.

Alors oui, cet EP n’est cependant pas exempt de petites faiblesses comme le début de ventre mou marquant le milieu du service avec un "Hollow Vessels" puis un "Exodus" qui présentent un certain nombre de points communs ou encore des petits relents de MUSE çà et là quand ce ne sont pas quelques petites flatteries formatées Pop Rock, mais l’essentiel y est et nous sommes indiscutablement dans de la qualité : une qualité qu’on attaque cependant pas entre la poire et le fromage, une qualité qui perce au gré des écoutes, mais une qualité d’ensemble bien présente… et qui fait que l’on ne ressort pas indemne de "RX".

Nourrissant manifestement un projet d’album studio en 2017-2018, et ayant même sorti un titre somptueux de douze minutes intitulé "Revelation" dont j’encourage très honnêtement l’écoute sur notre site préféré de vidéos partagées, LIFEWALKER n’a, à l’heure de la rédaction des présentes lignes, plus donné grands signes de vie : compte réseaux sociaux à l’arrêt, membres posant avec leur (charmante) petite amie dans leur vie quotidienne… Bref, le navire si bien mené par nos deux guitaristes et ce chanteur à la voix charismatique ne semble pas avoir poursuivi sa belle odyssée… Dommage.

Il n’empêche que cette petite boule d’énergie et d’émotion accouchée en 2016 sous forme d’un EP prometteur mérite amplement le détour pour les amoureux du genre et constituera une potentielle sympathique découverte pour tous les amateurs de chemins alternatifs qu’un voyage en pays d’instabilité n’effraie pas. Comme l’illustre si bien sa musique riche et prenante, LIFEWALKER nous offre ici un court mais beau voyage au court duquel, on le sent nettement par la cohérence d’ensemble, les musiciens se sont trouvés.

Ayant ligoté mon psychiatre préféré après l’avoir fait taire en lui remplissant la bouche avec le papier de sa planche désuète du test de Rorschach (auquel j’ai de nouveau échoué en tentant de l’amadouer avec la fable selon laquelle j’y voyais de joyeux papillons !), je remonte tranquillement le couloir central du centre de rétention psychiatrique vers la sortie. Sa blouse est un peu juste mais ça devrait donner le change. Les guitares acérées de LIFEWALKER portées par une voix pleine de fêlures tournent en boucle dans mon esprit embrumé… Pourquoi diable ai-je laissé ce post-it avec un 4/5 collé sur le front de mon psy ? Je suis fragile mais vivant !

- pour la (très) belle entrée en matière : "Genesis".
- pour emprunter le tourniquet de la folie : "Patient Zero".
- pour continuer à se faire plaisir : le reste de l’EP.

A lire aussi en NEO METAL :


KORN
The Nothing (2019)
KORN is not dead!

(+ 1 kro-express)



LINKIN PARK
Hybrid Theory Ep (1999)
Le riche passé de linkin park...


Marquez et partagez




 
   HAPLO

 
  N/A



- Stephen Dodge (voix)
- Shane Royer (guitare lead et programmation)
- Dan Halen (guitare rythmique, chœurs et programmation)
- Matt Evers (basse)
- Pericles Underhill (batterie)


1. Genesis
2. Diagnose Me
3. Hollow Vessels
4. Exodus
5. Patient Zero
6. Stimulus
7. Falling Skies



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod