Recherche avancée       Liste groupes



      
DOOM GOTHIQUE  |  STUDIO

Lexique metal gothique
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Draconian, Katatonia, My Dying Bride, Paradise Lost, Tiamat, Trees Of Eternity

WINTEREVE - This Winter Will Never End (2017)
Par DARK BEAGLE le 7 Août 2020          Consultée 325 fois

WINTEREVE est un groupe qui nous vient de l’est de la France, formé en 2013 autour de Mary (chant) et d’Armand (guitare). Son propos est sombre, la formation évolue dans un univers Gothique et Doomy, ponctué par de (très) grosses voix. La musique Gothique a pris de nombreux visages au cours des années, avec son lot de sous-genres qui s’y sont greffés, qui font que sous la même étiquette, nous pouvons trouver des groupes très différents les uns des autres, comme LACRIMOSA, MOONSPELL ou TYPE O NEGATIVE. WINTEREVE, lui, s’avoue plus proche de PARADISE LOST, TIAMAT ou encore DRACONIAN. Une autre frange, un autre son, une étiquette commune. Le côté Doom de la force, si vous voulez.

Ce premier album décide de plomber l’atmosphère et ce, dès la pochette lugubre à souhait, avec une certaine agressivité malgré tout à travers ce ciel tourmenté. Et quand nous posons le disque sur la platine, cela ne manque pas. La musique est dépouillée, tranquille, mais sombre, le chant arrive, il est travaillé de façon étrange, il donne l’impression d’entendre un chœur, l’aspect lyrique est attendu et pas déplaisant. Quelques growls interviennent en superposition quand tout s’emballe quelque peu pour ce que je considère comme une longue introduction pour ce disque. Une introduction qui, malgré son aspect mortifère, est lumineuse, car elle met en avant quelques-unes nes des qualités de WINTEREVE.

Alors certes, le côté « Beauty And The Beast » de l’ensemble, c’est archi-entendu dans le style. Mais pour rappel, c’est Mary qui s’occupe de ces deux aspects du chant et le résultat est plutôt satisfaisant. Son growl est puissant et clair, son chant lyrique est peut-être un peu plus quelconque (là encore, dans le domaine, il y a eu un nombre incalculable de jeunes femmes à s’être lancées dans l’aventure après Tarja Turunen. Beaucoup d’appelées, peu d’élues). Bref, pour WINTEREVE, il faut imaginer la tronche de Gaston quand il pénètre dans le château de la Bête pour découvrir que la Belle est schizophrène et qu’elle se répond face à un miroir.

"Where Dreams Are Buried", le second morceau, nous emmène déjà vers des contrées plus abruptes. Le riffing fait songer à un Greg Mackintosh encore juvénile. Pas forcément celui du premier PARADISE LOST, mais de l’un des deux suivants, nous retrouvons un sens de la mélodie assez similaire. Par la suite, la direction prise est différente, elle lorgne vers quelque chose de plus Gothique dans l’âme et encore les voix s’entremêlent. "Black As Mourning" et "Loss" se complètent quant à elles très bien, les approches étant fort différentes pour les deux, avec un groove particulier à chaque titre. Nous sentons que le groupe cherche à apporter des idées, qu’il se construit un univers.

Cependant, il va toutefois donner l’impression de faire dans la démonstration, comme s’il fallait absolument épater la galerie pour ce premier album. Et pour cela, il va avoir tendance à répéter ses effets. Le côté chant doublé mais en totale opposition est plaisant, mais l’appliquer sur pratiquement toutes les compositions devient malheureux, cela rompt de son charme. Ce qui est regrettable, c’est que l’on n’entend pas de variations de voix, alors qu’il y a moyen de proposer plus, d’aller plus loin dans la démarche : là, les musiciens se sont contentés de suivre des chemins nettement balisés.

Le groupe n’a pas peur de se lancer dans de longues compositions, mais là encore, il a tendance à répéter certains plans, ce qui va petit à petit casser l’effet de surprise, ce qui fait que la bonne impression que nous pouvions avoir au début s’étiole petit à petit. Attention, cela ne veut pas dire que c’est mauvais pour autant, mais cela devient plus convenu. Aussi, quand on arrive sur cette pièce de bravoure qu’est le title track, nous finissons par ne pas nous en prendre autant dans la tronche que prévu, cela se déroule presque trop bien, nous sommes en terrain connu et il n’y a pas vraiment d’élément perturbateur pour venir nous enquiquiner.

Et c’est franchement dommage parce qu’il y a un véritable fond, un véritable projet derrière cela. Le chant en français sur le premier titre apportait un peu de fraîcheur dans un univers dominé par l’anglais et l’allemand, mais limiter son emploi est absolument compréhensif. Sans être forcément un cliché, la musique du groupe est très empreinte des codes du genre, il lui manque une touche d’originalité marquée pour faire la différence. Il y a les idées, il faudrait juste pouvoir les mettre en forme pour briller et là, nous pouvons tout de même deviner que la formation en a les moyens, mais que pour le moment, il semble qu’elle se bride à ce niveau-là.

Le souci de "This Winter Will Never End" est d’être banal. Si au moins il était mauvais ! Il se ferait remarquer au moins. Là, malheureusement, le disque passe relativement inaperçu au milieu des sorties du genre. Un album qui ne fera pas date, mais qui a le mérite toutefois de poser quelques bases que nous pouvons espérer solides. Pour l’instant, les choses se mettent gentiment en place, il manque un peu de folie (enfin, dans le style… Disons plutôt d’idées) pour espérer émerger. Il ne reste plus qu’à voir comment WINTEREVE va évoluer.

Note réelle : 2,5/5.

A lire aussi en METAL GOTHIQUE par DARK BEAGLE :


LACRIMOSA
Revolution (2012)
Ceci. est. une. révolution.




HIM
Greatest Lovesongs Vol. 666 (1997)
Love Metal !


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Mary (chant)
- Armand (guitare)
- Didier (guitare)
- Sébastien (basse)
- Alex (batterie - session)


1. Miserere (ad Nauseam)
2. Where Dreams Are Buried
3. We All Die Alone
4. Black As Mourning
5. Loss
6. Forever Bleeding Scars Part 1
7. Forever Bleeding Scars Part 2
8. This Winter Will Never End



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod