Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY DOOM EPIQUE  |  STUDIO

Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Candlemass, Solitude Aeturnus
- Membre : Vektor

CRYPT SERMON - Out Of The Garden (2015)
Par FREDOUILLE le 11 Juillet 2020          Consultée 865 fois

CRYPT SERMON... Retenez bien ce nom, car selon toute vraisemblance, il faudra compter avec eux dans les années à venir. En effet, ce groupe originaire de Philadelphie et fondé en 2013 fait le buzz depuis quelques mois et notamment avec la sortie de leur second album qu’est "The Ruins Of Fading Light" (Septembre 2019). Mais attardons-nous tout d’abord sur "Out Of The Garden" sorti en 2015. Des débuts discographiques acclamés comme il se doit par la critique, et qui auront quand même nécessité deux années de travail (ce disque faisant suite à une démo trois titres "MMXIII" de dix-sept minutes sortie en 2013). "Out Of The Garden" est ce genre de disque qui ne laisse assurément pas indifférent, et pour tout vous dire il est franchement pas mal pour un premier effort discographique.

"Out Of The Garden" rappellera donc et sans aucune contestation possible le son des années 80 et notamment l’âge d’or du Heavy Doom Metal, soit CANDLEMASS à son apogée mais également les brillants Américains de SOLITUDE AETURNUS. Sans en atteindre les sommets ceci étant. Sorti chez Dark Descend Records, "Out Of The Garden" est un disque solide, de qualité et doté d’une approche musicale très traditionnelle. Presque trop au final ! Mais il s'agissait du souhait du groupe concernant ce premier opus. Affirmer et verrouiller dans un premier temps les caractéristiques et influences de ce qu’est et de ce que sera CRYPT SERMON. C'est plutôt réussi ! Composé du chanteur Brook Wilson, des guitaristes Steve Jansson et James Lipczynski, du bassiste Will Mellor et du batteur Enrique Sagarnaga, CRYPT SERMON vient en tout cas nous démontrer avec "Out Of The Garden" qu’il a tout le potentiel pour écrire de belles et nouvelles pages de Heavy Doom Metal épique, prêt à reprendre le flambeau laissé par ses illustres ainés.

Personnellement, je trouve que cet opus possède ce petit quelque chose, ce je ne sais quoi d’addictif, qu’on ne retrouve pas forcément chez tout le monde. Comme on dit, cet album a de la gueule, même si les Américains n’ont pas grand-chose de bien nouveau à offrir dans le registre, la recette est, il faut bien le dire, quelque peu éprouvée depuis des années. Néanmoins, la musique de CRYPT SERMON, aux nombreuses nuances religieuses (christianisme) au niveau des paroles, possède assurément cet aspect grandiose, majestueux et pour le moins épique, à l’image du titre d’ouverture qu’est "Temple Doors" (titre qui figurait sur la première démo du groupe) et de son introduction qui plante d’emblée le décor. Une introduction soignée, mystique avec quelques claviers qui nous plongent direct à l’époque des croisés avant que n’explosent les guitares. Riff lourd et lancinant, atmosphère pesante, soli de circonstance, fulgurance sont au rendez-vous. Bref, autant d'ingrédients qui rappelleront à quel point CANDLEMASS et SOLITUDE AETURNUS sont de formidables influences.

Globalement, je trouve que CRYPT SERMON maîtrise plutôt bien son sujet, dixit des compositions oscillant approximativement entre cinq et huit minutes, et s’articulant autour de rythmiques lourdes, bien évidemment assez lentes (c’est du Heavy Doom !) et de mélodies globalement lancinantes (le très mélodieux "Byzantium" ou bien encore le grandiloquent "The Master’s Bouquet" à la mélodie atmosphérique). C’est plutôt bien écrit et bien ficelé, même si CRYPT SERMON tend donc à être encore un peu trop classique à l’image de ce "Heavy Riders" (riff déjà entendu moult fois), au tempo plutôt lent et doté d’une accélération rythmique particulièrement efficace (grosses guitares à l’appui) avant de ralentir à nouveau. CRYPT SERMON sait il faut bien le reconnaître varier le propos, toujours à bon escient et gérer aussi les changements de tempo dans les deux sens.

"The Will Of The Ancient Call" au tempo plus lourd marquera moins les esprits (on a quand même le droit à un petit break sympa) et est rapidement éclipsé par ce que je considère comme le point culminant de la galette à savoir "Into The Holy Of Holies" (très SOLITUDE AETURNUS dans l'esprit). Puissant et accrocheur, marqué par une introduction épique agrémentée d'éléments acoustiques et de touches atmosphériques (ambiance un brin médiévale), "Into The Holy Of Holies" est absolument grandiose, avec son riff tonitruant, ses jolis soli et même son refrain particulièrement travaillé. On se délectera également du sombre et lancinant "Byzantium" de sa mélodie des plus envoûtantes et sur lequel un très bon travail au niveau des guitares est aussi réalisé.

Enfin, un petit mot sur le chant puissant, clair et parfois rageur de Brooks Wilson. Il n’est certainement pas au niveau d’un Robert Lowe (dont il se rapproche le plus), d'un Johan Längquist ou d’un Messiah Marcolin. Car moins juste, moins solennel, moins majestueux et moins marquant aussi. Brooks Wilson montre d'ailleurs et parfois quelques limites, quelques imperfections sont en effet à souligner sur "The Master’s Bouquet" notamment. Malgré tout, il parvient néanmoins à sortir son épingle du jeu en collant parfaitement à la tessiture et aux atmosphères sombres (voire tristes) des différentes compositions épiques distillées ici par le groupe.

"Out Of The Garden" et même s’il n’est pas parfait et original pour un sou, possède néanmoins pas mal d’éléments de qualité, suffisamment en tout cas pour distinguer CRYPT SERMON de la concurrence. Personnellement, et en tant que fan de CANDLEMASS mais surtout de SOLITUDE AETURNUS, j’ai beaucoup aimé ce disque. Car au final, je dirais que le combo dont se rapproche le plus CRYPT SERMON est bien le groupe texan d’Arlington, la réponse américaine à CANDLEMASS. On y retrouve en tout cas les mêmes ingrédients. Maintenant, CRYPT SERMON me paraît ici en deçà de ce que SOLITUDE AETURNUS a pu proposer par le passé (et notamment sur ses premiers albums) car moins inspiré je trouve, moins théâtral aussi. Et il y a le chant de Brooks Wilson, pas toujours exceptionnel et qui doit impérativement progresser. Il n'en reste pas moins, que "Out Of The Garden" à l'esthétique certaine reste un bon album et constitue là des débuts très prometteurs. CRYPT SERMON possède non seulement un potentiel indéniable mais également une marge de progression certaine. La suite avec "The Ruins Of Fading Light" !

Note réelle : 3,5/5 arrondi à 3/5.

Morceaux préférés : "Into The Holy Of Holies", "Temple Doors", "Byzantium".

A lire aussi en DOOM METAL par FREDOUILLE :


CRYPT SERMON
The Ruins Of Fading Light (2019)
CRYPT SERMON confirme et enfonce le clou




DISTRESS
The Mourning Sign (2004)
ATTENTION! CHEF D'OEUVRE!!!


Marquez et partagez




 
   FREDOUILLE

 
  N/A



- Brook Wilson (chant)
- Steve Jansson (guitares)
- James Lipczynski (guitares)
- Will Mellor (bassiste)
- Enrique Sagarnaga (batterie)


1. Temple Doors
2. Heavy Riders
3. Byzantium
4. The Will Of The Ancient Call
5. Into The Holy Of Holies
6. The Master's Bouquet
7. Out Of The Garden



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod