Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


SULDUSK - Lunar Falls (2019)
Par VOLTHORD le 19 Mai 2020          Consultée 231 fois

La présence de la guitare acoustique dans le Black Metal (même le plus trve) a toujours été ce petit gage de pureté, ce retour à la nature contre une distorsion représentant la perversion humaine. L'arbre contre le monde moderne, l'arpège acoustique simple contre le "triton" du diable. Tout cela opposé mais également relié par la parenté des deux instruments. Il aura fallu "Kveldssanger" d'ULVER pour laisser pendre l'ombre du Black Metal sur un album se passant entièrement de toute ressemblance avec l'univers dont il était l'engeance. Le choix reste encore aujourd'hui légitime. Le Folk fait partie de la démarche et de l'univers globale du Black Metal. En cela, le premier essai de l'Australienne Emily Highfield mérite un papier sur nos pages et une certaine attention.

"Blackened Folk". Voilà l'étiquette actuelle qu'on donnerait à "Lunar Falls". Pas "Black Folk" non, car il n'est en réalité pas question de Black Metal. Pas du tout dirait la foule de pandas du Nord rigoureuse sur sa définition de la chose. Alors on sauve la mise avec ce petit adjectif qui ne mange pas de pain, qui indique qu'on peut mettre quelques touches de Black Metal ici et là, qu'on peut séparer quelque part le fond de la forme, faire du Black Metal une palette de son comme une autre. Amusant finalement que c'est avec l'émergence du Post Black Metal fortement inspiré par un son de guitare cristallin et brouillardeux très "Filosofem" dans l'esprit que l'on finit par voir émerger les "Blackened" un peu partout. Varg Vikernes se retourne sans doute plusieurs fois dans sa tombe (sic) à l'idée d'avoir quelque part lui-même engendré ce qui devrait lui apparaître comme un ingrat métissage.

Si je me réjouis pour ma part de la tournure qu'ont pris les évènements pour le Black Metal (qui est encore dans une évolution constante, quoiqu'on en dise), il m'arrive parfois de trouver dommage cette relégation du genre à une petite suite d'accords un peu "evil" que l'on ajoute à sa recette histoire de mettre un peu de noirceur, sans trop chercher à revenir à son essence (ZEAL & ARDOR ou MYRKUR sont deux exemples types récents). Ainsi, SULDUSK souhaite s'associer à l'univers du Metal d'une manière plus symbolique que véritable. Les quelques fois où un peu de distorsion "blackened" et quelques écorchures de chant viendront faire leur apparition, ce sera plus anecdotique qu'autre chose. Dans "Solus Ipse" ou "Aphasia", SULDUSK sortira donc légèrement les griffes. Là elle évoquera peut être cette version féminine d'ALCEST qu'est SYLVAINE, entre chuchotements, chant clair éthéré et hurlements.

Emily Highfield a surtout un désir de faire parler les arpèges et de faire entendre sa voix. En cela, elle a la même force que Nathalie Bruun de MYRKUR ou que sa version doomesque de DARKHER : un sens de la mélodie touchante, une capacité à créer autour d'elle un cocon nocturne stimulant et évasif. Cette lignée de l'arbre généalogique de The 3RD AND THE MORTAL fleurit encore et encore, quelque part au milieu d'étiquettes de genre qui ne veulent pas dire grand chose, reliées par une approche naturaliste, funéraire et fantomatique. En retravaillant avec "The Elm" le bouleversant "Sinking Ships" de TREES OF ETERNITY (et en dédiant l'album à sa défunte chanteuse), elle crée également ce pont et cette continuité avec le Doom originel.
Partie intégrante de cette nouvelle génération de one-woman bands dans laquelle elle mérite déjà une place d'honneur, SULDUSK est un condensé de sorcière moderne instagrammeuse, de familier des forêts à la spiritualité pénétrante et de chanteuse Pop acoustique ayant fait le choix de l'obscurité. Des titres comme "Three Rivers", "Catacombs" (surtout lui !), "Drogue" ou "Aphasia" parleront d'eux-mêmes, et je ne peux que vous inviter à les découvrir.

A lire aussi en DIVERS par VOLTHORD :


WARDRUNA
Runaljod - Ragnarok (2016)
Le shamanisme moderne dans sa forme la plus pure




FEJD
Eld (2006)
Folk rock excellent, et en téléchargement gratis!


Marquez et partagez




 
   VOLTHORD

 
  N/A



- Emily Highfield (chant, guitare)
- Mark Kelson (guitare, basse, clavier)
- Glenn James (percussions)
- Marty O’shea (batterie)
- Nicky Blackmore And Bryan Murphy (guitares additionnelles)
- Francesca Mountford (violoncelle)


1. Eleos
2. Solus Ipse
3. The Elm
4. Aphasia
5. Three Rivers
6. Autumnal Resolve
7. Catacombs
8. Nazaré
9. Drogue
10. Sovran Shrines



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod