Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY / POWER METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Facebook (16)

SHADOWKILLER - Dark Awakening (2020)
Par FREDOUILLE le 2 Mai 2020          Consultée 1110 fois

Farfouiller sur le net, et notamment sur Bandcamp a souvent du bon. On tombe parfois sur quelques formations de très bonne facture et pourtant méconnues jusque-là. C’est comme cela que j’ai fait connaissance de quelques groupes Metal que je vous ferai peut-être découvrir un de ces jours sur Nightfall In Metal Earth, si le cœur m’en dit. Mais comme je suis d’humeur sympathique en cette période de confinement (à ne pas confondre avec finement con hein !), saleté de virus soit dit en passant, j’ai décidé de vous faire découvrir là tout de suite maintenant et en avant-première le dernier opus d’un combo américain du nom de SHADOWKILLER. Ces Américains ne sont pas originaux pour un sou, pas véritablement innovants non plus, mais à la manière de vieux musiciens chevronnés (je dis vieux mais les mecs n’ont qu’entre quarante et cinquante ans, enfin je présume, compte tenu des photos du groupe que j’ai vues sur le net), et dont le savoir-faire n’est pas à démontrer, ils viennent tout simplement de publier là un album étonnamment solide, homogène et particulièrement sympathique. Voici même un disque qui mérite votre entière attention pour ne pas dire même une immersion totale.

Car la musique de SHADOWKILLER, formation originaire de Sacramento en Californie et qui délivre là son quatrième opus (chez Stormspell Records – un label à découvrir chers adeptes du Heavy Metal / Power Metal des années 80), est sérieusement aguicheuse, fort de huit compositions absolument séduisantes de Power Metal à tendance progressive. Des morceaux particulièrement travaillés donc, qui ne manquent incontestablement pas d’attrait, que ce soit au niveau des mélodies ici distillées par la doublette Joe Liszt / Robert Edwards, très complémentaires ces deux-là d'ailleurs, ou que ce soit au niveau des ambiances mi-épiques ("A Fate To Echo") mi-mélancoliques ("Fires Of Olympus"). Tant d’éléments qui enrobent justement et à bon escient des compositions léchées, particulièrement mélodiques et d’une durée supérieure à la moyenne. En effet, ici on tourne de manière générale autour des six minutes, presque huit minutes pour "Fires Of Olympus", de quoi bien déployer les thèmes et autres idées.

Des chansons qui sont, à peu de choses près, toujours construites de la même façon, SHADOWKILLER s’évertuant à appliquer la même recette, le même schéma que sur les albums précédents d'ailleurs (enfin de ce que j’en ai écouté, ça y ressemble fortement). Une véritable marque de fabrique en fait. Des morceaux dynamiques pour l’ensemble, à la trame quasi similaire, mais toujours très bien équilibrés, aérés aussi comme il faut et dotés de quelques belles variations mélodiques et rythmiques, d’arrangements fins, et d’éléments tels que le piano ("A Fate To Echo", "The Darkness Of War"), la guitare sèche ("Fires Of Olympus"), ou bien encore les claviers qui donnent du relief à l’ensemble et donc parfois aussi ce fameux côté épique ("A Fate To Echo", "The Witch On the Mountain", "At The River's Edge"). Bien évidemment, l’ensemble reste puissant et massif avec ces rythmiques solides et prédominantes ainsi que le riff persistant des deux guitaristes. Bref, comme je vous l’ai dit, il y a un véritablement quelque chose qui ressort de cette musique Power Metal alambiquée de nos amis américains.

Et puis il y a ce chant. Pas spectaculaire pour un sou, mais il y a pourtant et là aussi un truc qui accroche dans le grain de la voix du gus. Et ce gus aux vocalises parfaitement posées et maîtrisées n’est autre que le guitariste-chanteur Joe Liszt, pas né de la dernière pluie, puisqu’il a officié entre autres dans ROCKA ROLLAS (groupe suédois !), HELLBOUND et également chez ANCIENT EMPIRE dont les albums conceptuels inspirés de la science-fiction, un peu à la manière d’un IRON SAVIOR, ont l’air plutôt intéressants (Bandcamp est ton ami ! À l’occasion il faudra que je creuse davantage du côté d'ANCIENT EMPIRE). Tout cela pour dire que Joe Liszt possède un timbre de voix qui vaut son petit pesant de cacahuète et qui ajoute véritablement un truc aux compositions.

C’est donc avec un réel plaisir que vous écouterez ces longs titres tel que "A Fate To Echo" lequel et mine de rien fait un peu penser à du SAVATAGE, avec ces quelques notes de piano légèrement mélancoliques puis cette guitare dans l’esprit de la bande à Jon Oliva, période "Edge Of Thorns", puis le chant de Joe Liszt, pas dégueulasse du tout bien au contraire et finalement pas si éloigné que cela du timbre d’un Zachary Stevens. "A Fate To Echo" est le genre de titre solide, sans réelle démonstration aucune mais avec des guitares qui brillent de mille feux. Plutôt classieuse la composition au final !

Et ça tombe bien ! De ce genre de titres classieux, "Dark Awakening" en est truffé ! "Jericho Hill" par exemple. Titre brillant et apparemment inspiré de la saga "The Dark Tower" de Stephen King. Avec ses guitares absolument incandescentes et qui abordent même quelques touches MAIDENesques du plus bel effet, sa rythmique galopante (on n’est parfois pas si loin de ICED EARTH non plus) agrémentée des lignes de basse de l’énergique Dan Lynch, sans compter les attaques virevoltantes des deux guitaristes, "Jericho Hill" est terriblement efficace et constitue une des plus belles réussites de l’album. "At The River’s Edge", sa rythmique syncopée, ses lignes mélodiques du plus bel effet et ses quelques claviers, maintient un très haut niveau de qualité et se permet même quelques petites accélérations rythmiques de premier choix. Là aussi, c’est une franche réussite. Alors que "The Witch On The Moutain" au propos un peu plus lourd, ralentit quant à elle le rythme avec une intro acoustique et quelques accords de basse, faisant là aussi la part belle aux guitares de la doublette Rob Edwards / Joe Liszt décidément très affûtée, nous assistons avec "Sea Of Conquest" à un des meilleurs moments de l’album. Intro à la DEEP PURPLE avec des claviers un peu similaires, une rythmique des plus énervées avec une fois encore des guitares sublimes et un refrain des plus efficaces. Grand morceau avec également une batterie omniprésente toute à la fois dense et pleine de finesse.

Bref, autant de titres qui vous feront aimer, j’en suis presque certain, ce groupe qu’est SHADOWKILLER. "Dark Awakening" est un disque d’une très grande qualité et qui repose sur des compositions solides, classieuses et aux belles harmonies. On leur reprochera juste de rester toutes un peu sur le même registre, la même trame et dans des tonalités toujours un peu identiques (tonalités un peu lisses je dois le reconnaître). Dommage vraiment, on aurait aimé davantage de folie, de fulgurances peut-être, et sans aucun doute un peu plus de variété ce qui aurait donné encore plus d’attrait et de puissance à la galette. Et moins de linéarité du coup. Ceci étant, "Dark Awakening" est très loin d'être ennuyeux. Il est un disque auquel il manque un petit quelque chose pour véritablement sortir du lot. Très belle découverte néanmoins qui m'a en tous cas donné envie d'aller explorer plus profond dans la discographie du groupe.

Note réelle : 3,5/5 arrondie à 4/5.
Morceau préférés : "At the River’s Edge", "Jericho Hill", "Sea Of Conquest".

A lire aussi en POWER METAL par FREDOUILLE :


ELDRITCH
Blackenday (2007)
Le meilleur album d'ELDRITCH à ce jour!!!




ARIDA VORTEX
The Illustrated Man (2015)
Power Metal made in Russia ! Brillant !


Marquez et partagez




 
   FREDOUILLE

 
  N/A



- Joe Liszt (chant, guitares)
- Rob Edwards (guitares)
- Dan Lynch (basse)
- Gary Neff (batterie)


1. A Fate To Echo
2. Jericho Hill
3. At The River's Edge
4. The Witch On The Mountain
5. The Darkness Of War
6. Sea Of Conquest
7. Shadows In The Mist
8. Fires Of Olympus



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod