Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


HOLOCAUST - Elder Gods (2019)
Par JEFF KANJI le 15 Janvier 2020          Consultée 859 fois

Dans le microcosme grouillant de la NWOBHM il ne faisait pas bon ne pas être londonien pour se faire remarquer, alors si en plus vous n'étiez pas purement anglais là je vous explique pas. Là n'est pas la seule raison pour laquelle HOLOCAUST, depuis son Écosse natale, n'a connu qu'un succès confidentiel avec le culte "The Nightcomers". Mais même aujourd'hui, alors que cette forme de Heavy Metal qui modernisait l'approche SABBATHienne génère un nouvel intérêt, que des formations devenues cultes dans ce milieu, mais ayant splitté depuis longtemps (voire tuées dans l'œuf, comme MARQUIS DE SADE, désormais reformé pour honorer le Keep It True de 2021), ressortent des disques leur permettant d'exprimer tout leur potentiel artistique (les albums d'ANGEL WITCH, WARLORD ou SATAN sortis ces cinq dernières années), HOLOCAUST fait toujours partie des seconds couteaux.

Il faut dire que passé "No Man's Land", le groupe, toujours mené de main de maître par John Mortimer, secondé par les mêmes deux acolytes depuis la sortie de "Primal", a énormément changé, explorant sans vergogne les rives du Speed Metal et du Progressif. Néanmoins il faudra reconnaître que Mortimer a toujours su conserver ce style de riffs assez caractéristique que "Heavy Metal Mania" avait instauré au départ ; ce savant mélange d'accords riffés et de notes tordues conférant un côté fun à son jeu. Je ne suis absolument pas étonné que ce mec figure dans les influences de Kai Hansen.

À l'heure de la NWOTHM, les vieux briscards de la vague en H, sans se la jouer, viennent clairement montrer qu'il reste des tauliers. HOLOCASUT réintroduit effectivement pas mal d'éléments purement Heavy anglais dans leur "Elder Gods" sans pour autant sacrifier quoi que ce soit à sa force de frappe. En quelque sorte, on serait presque tenté de dire que le groupe va de l'avant tout en assumant son héritage, une forme de maturité. Mais ce serait mal les connaître, l'approche principale demeure ce Heavy brut de fonderie qu'il nous sert depuis le début des années 2000.

"Elder Gods" ne fait pas des étincelles de dingue, mais force est de reconnaître que son Heavy Metal se tient très bien, affichant assez clairement une influence de BLACK SABBATH omniprésente chez beaucoup de groupes de la génération NWOBHM, et les riffs qui vont avec ; plombés, mélodiques et mémorisables. HOLOCAUST est l'opposé d'un faussaire, et chacun de ses riffs apporte son lot de neuf, si bien que les huit titres sont parfaitement individualisés, groovent, et se laissent écouter avec grand plaisir.

Alors certes on n'est pas au même niveau que "The Nightcomers" mais tout de même, le cran est relevé après le "Predator" de 2015 et de toute façon le groupe a considérablement évolué. Car une pièce progressive de la trempe de "Ishtar" n'aurait jamais pu voir le jour au début des années 80, du moins pas sur un album du groupe. Et je parle là de ce qui constitue à mes yeux la pièce de choix de "Elder Gods", celle qui permet de comprendre l'idée derrière le titre de l'album et qui le fait décoller. Le chant de John Mortimer s'y fait totalement halluciné, les différentes sections s'enchaînent avec hargne et fluidité (pas évident d'avoir les deux en même temps), et elle prépare à merveille d'autres titres dont l'ambiance se démarquera à chaque fois.

Alors certes HOLOCAUST n'a pas sorti l'album ultime du genre en 2019, mais si vous le pouvez et que vous aimez les premiers efforts du groupe, donnez-lui sa chance car il le mérite vraiment ; pour une fois qu'un groupe de Heavy ne contente pas de singer habilement ses congénères et se casse la nénette pour proposer des riffs neufs sans pour autant alambiquer ses compositions… Il y a un véritable savoir-faire derrière le huitième opus de compositions originales (je ne compte volontairement pas "Spirits Fly" qui revisite d'anciens titres du groupe) ; une authenticité forgée par les galères, et malgré ça, une passion chevillée au corps. RESPECT.

A lire aussi en HEAVY METAL par JEFF KANJI :


BLASPHEME
Briser Le Silence (2010)
Un des rares comebacks réussis




PRIMAL FEAR
Best Of Fear (2017)
Mise au point d'une décennie qui explore


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- John Mortimer (guitare, chant)
- Mark Mcgrath (basse)
- Scott Wallace (batterie)


1. Elder Gods
2. Children Of The Great Central Sun
3. Ishtar
4. Observer Two
5. Eon Of Horus
6. Astaroth
7. Solaris
8. Benedictus
9. Natural State



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod