Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Bad Salad, Dream Theater, Fractal Cypher, Pagan's Mind, Vanden Plas

LOST IN THOUGHT - Opus Arise (2011)
Par HAPLO le 25 Août 2019          Consultée 506 fois

Toutes les histoires ont un commencement. Sauf que pour certaines d’entre elles, on a l’impression d’avoir loupé la phase initiale, l’introduction, le décollage… Pour le style musical qui nous intéresse sur NIME, il m’a récemment été donné de chroniquer des albums de groupes qui ne semblaient pas avoir de début d’histoire. Quand on prend le temps d’écouter les premiers albums de formations comme FRACTAL CYPHER ou encore BAD SALAD, composées d’illustres inconnus, on est tout d’abord frappé par le talent évident des musiciens bien sûr, mais surtout par le professionnalisme des prestations, la maturité générale de la musique sans parler de la grande cohérence musicale collective. La génération spontanée des martiens talentueux est elle une constante pour toutes les époques et tous les arts ? Cela peut même poser de sérieuses questions pour tous les petits besogneux qui, comme moi, on dû bosser dur pour parvenir à sortir un son audible de leur instrument préféré ! Et là, qu’avons-nous ? Une brochette d’anonymes dont personne n’a jamais entendu parler et encore moins vu, et qui parvient insolemment à nous pondre un album quasi-parfait tant au niveau de la forme que du fond et ceci dès le premier essai ? On est bien d’accord ! On a du louper le début de l’histoire…

Pour mon plus grand plaisir auditif (et le tien aussi j’espère ô cher lecteur), c’est manifestement la catégorie dans laquelle évoluent les musiciens du groupe LOST IN THOUGHT. Issus du vide intersidéral qui précède un premier EP en 2010, ces jeunes Gallois n’ont semble t’il aucune existence musicale significative digne de ce nom avant cette date. Nate Loosemore (chant), David Grey (guitares), Greg Baker (claviers), Simon Pike (basse) et Chris Billingham (batterie) sont sûrement des potes de studio / fac / conservatoire / pub / qui aiment DREAM THEATER, CIRCUS MAXIMUS ou autres PAGAN’S MIND. Ces (talentueuses) sources d’inspiration ne les emprisonnant pas, nos amis vont se retrancher en studio, non pas pour les plagier en faisant tourner ad libitum leurs meilleures reprises (ce qui serait déjà un sacré défi de virtuosité instrumentale) mais pour figer dans le marbre leurs propres créations marquées au fer rouge par leur patte musicale.

Sorti en avril 2011, "Opus Arise" passera malheureusement sous de nombreux radars… Et ceux qui le détectent l’étiquettent, un peu rapidement selon moi, comme un sous-produit des années Metal Prog 90’ que de jeunes zicos un tantinet chiens fous dédient à leurs idoles du moment (DREAM THEATER et VANDEN PLAS pour ne citer qu’eux !).

Certes "Opus Arise" n’est pas exempt de fragilité ni de sources d’inspiration, mais pour ce qui est (j’aime à le rappeler) la première offrande studio de cinq parfaits inconnus, il dispose également de qualités évidentes et surtout d’un bel espoir de progression. Voyons ensemble de quoi se compose la première bête studio lâchée par LOST IN THOUGHT !

La première impression qui ressort de l’écoute de "Opus Arise" est l’indiscutable qualité de l’organe vocal dont nous gratifie Nate Loosemore. L’intéressé fait en effet montre d’une voix puissante, expressive, qui est en mesure de nous mener dans des montées vertigineuses où la justesse ne semble remise en cause par aucune limite. La technicité des instrumentistes tout comme les différentes progressions mélodiques composant les huit morceaux de l’album sont ainsi efficacement portées par un chant solide et agressif qui se fond harmonieusement dans l’ensemble proposé par LOST IN THOUGHT. Plus généralement, le son se veut clair et dynamique. Le rendu oscille entre richesse et nervosité avec une signature globalement très rythmée.

Car il faut l’avouer, nous avons ici affaire à un Metal Progressif et mélodique résolument énergique, construit sur des rythmiques puissantes, d’un bon niveau technique tant individuel que collectif, ce qui assure une cohérence de style tout au long des pistes offertes par notre gang gallois. D’ailleurs, sans pour autant tomber dans la démonstration athlétique (mais sans tenir compte de la balade "New Times Awaken" purement anecdotique selon moi) les musiciens de LOST IN THOUGHT nous offrent ainsi un florilège assez vivifiant des différentes facettes de leurs talents.
Qu’il s’agisse de lignes rythmiques ciselées et puissantes ("Entity"), de bridges bien pensés ou d’habiles enchaînements («"Assimulate, Destroy"), la formation nous entraîne sur son manège en nous faisant apprécier la variété des tons et des couleurs qui l’habitent…
J’accorderai d’ailleurs une mention toute spéciale aux morceaux "Blood Red Diamond" et "Seek To Find" qui selon moi rassemblent l’ensemble des qualités citées à l’instant :
- le premier, basé sur un thème mélodique que certains pourraient trouver facile (voir gnan-gnan !), décolle cependant rapidement pour offrir une belle progression rythmée et accrocheuse,
- quant au second, il offre un habile mélange d’arpèges, de bridges bien menés et d’accélérations maîtrisées, signes d’une maturité artistique certaine…

Alors oui, car il faut objectivement l’évoquer, le ventre mou de "Opus Arise" est à mon humble avis constitué par le trio "New Times Awaken" (power-balade mollassonne et superfétatoire), "Delusional Abyss" et "Lost In Thought" ; les choses tournant assez rapidement en rond pour ces deux derniers titres. Sans parler de remplissage, on a néanmoins l’impression que nos jeunes musiciens fougueux s’étant vidés les tripes sur les cinq autres compositions, ils se sont plus ou moins mis en pilotage automatique sur ces trois-là : un mode téléguidé qui reste agréable à l’écoute mais sur lequel le groupe ne semble plus avoir grand-chose à dire ou de cartouches à tirer.

Il s'agit ainsi globalement un beau premier essai réussi et marqué entre les poteaux que nous offrent ces outsiders gallois avec "Opus Arise". Armé d’une maturité musicale certaine pour un groupe composé d’inconnus (il me semble l’avoir déjà écrit…), LOST IN THOUGHT n’est certes pas exempt, sur cette livraison, de faiblesses (que j’attribuerai à la jeunesse). Album indispensable : non. Album à écouter pour se faire plaisir et découvrir un groupe sympa : oui !

C’est donc avec la plus grande indulgence que je transforme l’essai avec une note réelle de 3,5/5 propulsée entre les deux poteaux de l’équipe adverse composée par les chroniqueurs à la gâchette facile de 2011.

... Et en plus, la pochette, elle est jolie !

A lire aussi en METAL PROG par HAPLO :


FULL NOTHING
Full Nothing (2015)
Success-story argentine




FRACTAL CYPHER
Prelude To An Impending Outcome (2018)
Comme des grands !


Marquez et partagez




 
   HAPLO

 
  N/A



- Nate Loosemore (voix)
- David Grey (guitares, cithare, voix additionnelle)
- Greg Baker (claviers)
- Simon Pike (basse)
- Chris Billingham (batterie)


1. Beyond The Flames
2. Entity
3. Blood Red Diamond
4. Seek To Find
5. New Times Awaken
6. Delusional Abyss
7. Lost In Thoughts
8. Assimulate, Destroy



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod