Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


INFESTUS - Thrypsis (2018)
Par MEFISTO le 7 Avril 2019          Consultée 1039 fois

C'est toujours un privilège de chroniquer l'album de la maturité – sur papier – d'un combo qu'on adule. Mon coït de ce jour de mars sera atteint grâce au cinquième skeud du one-man band INFESTUS, créature maléfique de l'Allemand Andreas 'Moloc' Von Der Heidt.

Je n'en suis pas à mes premières démêlées avec Moloc, vous le savez. Ce type déploie une énergie unique, respire un oxygène aux particules ténébreuses et oniriques qui vous glacent le sang. Cet art noir, il l'a établi en un album, "E X | I S T", et concrétisé sur "The Reflecting Void". Un duo d'une valeur aussi poignante que sûre, qu'il fallait consolider avec un disque de la sagesse pleinement assumé qui sublimerait les éléments gagnants d'une jeune et brillante carrière.

Vous avez déjà deviné que Moloc a réussi son pari. Il n'a pas raflé toutes les mises comme dans nos fantasmes les plus fous, mais il s'en est fallu de peu. Retenons l'essentiel : 47 minutes de bonheur torturé. Mais pas que ça, car le papillon nocturne a décidé de modifier son nid…

Exit le vilebrequin dans les tempes ? Pas totalement…

Je résumerais ainsi mon sentiment : "Thrypsis" s'avère davantage une invitation à plonger dans les méandres de la nuit qu'une analyse profonde des tergiversations d'un cerveau malade. INFESTUS a muté légèrement vers un Black Mélo aérien au spectre plus large, moins caverneux, moins personnel. Certes, la griffe du maître est encore là, son riffing aisément reconnaissable et ses mélodies horrifiantes jouent avec nos tripes comme si c'était un vulgaire élastique. La technique s'est tout simplement affinée pour que l'entité encore trop méconnue puisse enfin s'élever au-dessus des cimes de la forte concurrence.

Le chant possédé de Moloc opère encore magnifiquement dans cette ambiance mystérieuse et planante d'un INFESTUS confortable. Qu'il alterne les écorchements avec de douces notes au piano ou qu'il hurle son désespoir sous couvert d'une efficace double-pédale et de solos épileptiques, le maestro touche la cible. Il la fend avec sa hache ! Le multi-instrumentiste arrive sans trop d'efforts à nous catapulter dans une zone inconnue, d'où il est ardu de s'extirper quand le compteur s'achève. C'est là toute la substance qu'il faut retirer de cette énième expérience dans les limbes anarchiques et créatifs de l'Allemand.

À l'instar d'Alex Von Meilenwald, Andreas Von Der Heidt se hisse avec ce "Thrypsis" sur la première rangée de cases de l'échiquier en marbre du Black occulte germanique. Une savante démonstration qui, sans casser les efforts précédents, profite d'une erre d'aller engendrée en 2011. Le parcours est solide, sans tache et surtout, nimbé d'une aura culte.

Debemur Morti tient là un de ses étalons les plus flamboyants. Ne le laissez jamais s'échapper, car l'œuvre d'INFESTUS se bonifiera avec le temps et un jour, son petit génie éclatera s'il ne lui arrive pas d'accident mortel...

Note : 4,5/5.

Podium : (or) "Psychonecrosis", (argent) "Thron Aus Trümmern", (bronze) "Separatist".

Indice de violence : 3,5/5.

A lire aussi en BLACK METAL par MEFISTO :


SUPERIOR ENLIGHTENMENT
The Great Obscurantism (2009)
Le Québec a son croisement BEHEMOTH/BELPHEGOR




FUNERAL MIST
Salvation (2003)
Le sommet du blasphématoire

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Andreas 'moloc' Von Der Heidt (tout)


1. Of Unhallowed Soil
2. Thron Aus Trümmern
3. Seed Of Agony
4. Nights
5. Psychonecrosis
6. Pulse Of Annihilation
7. Separatist



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod