Recherche avancée       Liste groupes



      
AVANT-GARDE BLACK METAL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style + Membre : A Forest Of Stars

The WATER WITCH - The Heavens In Traction (2012)
Par PERE FRANSOUA le 22 Juin 2018          Consultée 394 fois

Que se passe-t-il lorsque les quatre membres principaux, noyaux créatif et originel, de A FOREST OF STARS, le plus génial des groupes britanniques, sortent un side-project ?
Estampillé Black Metal, au nom mystérieux et évocateur de The WATER WITCH, la sorcière sourcière. Une pochette tout aussi mystérieuse, plutôt lugubre, et une musique annoncée comme étant inspirée par la nature et le soleil. On s’imagine une version plus forestière de notre groupe fétiche, cherchant la vibration tellurique des sources aquatiques.
Alléchant, n’est-ce pas ?

C’est avec curiosité qu’on pénètre dans la forêt. "Winter’s Burden" commence dans le calme, avec d’imperceptibles guitares doucement acoustiques, annonciateur du voyage forestier attendu, ça vire un peu Ambiant, pas de souci tout est normal et puis vlan ! Ça part d’un coup : une section rythmique en acier claque, la sauce ritualiste monte en même temps que le violon, les guitares puissantes se rajoutent et le chanteur s’arrache la gorge méchamment. Ça breake, ça repart, ça déclame et ça hurle, on brode habilement autour de la section rythmique énorme, intense et nerveuse.

Qu’est-ce que c’est que ce truc ?!

"The Soul Of The World" ou l’éponyme "The Heavens In Traction" sont du même bois, un bois bétonné, un maquis chaotique de poutrelle d’acier, hostile et obsédant, où il devient difficile de se repérer. Le bâton de sourcier sera une basse métallique qui claque fort et s’extirpe du mix, des pulsations de Gaia sont arythmiques, dissonantes. D’étranges trémolos emmêlés, mid-tempi rutilant presque Indus, méchants blasts intempestifs, mur de son Black bourdonnant et agencements avant-gardistes, peignent un cauchemar urbain évoquant parfois DEATHSPELL OMEGA ou SVARTIDAUƉI. On comprend que l’ode à la nature est en fait un hurlant de haine envers un monde mécanique qui ne l’a que trop dévoré.

Malgré tout cela les fans de AFOS sentiront une parenté évidente, des gènes en commun subtilement palpables et surtout ils prendront leur pied avec certains de leurs meilleurs ingrédients comme les performances vocales protéiformes et uniques de Dan Eyre a.k.a Mr Curse, qui semble ici repousser ses limites poussant les hurlements les plus possédés de sa carrière.

The WATER WITCH est en réalité le projet solo et très personnel de Jon B. Cumiskey sur lequel il s’est concentré après avoir quitté (pour un temps seulement) AFOS (où il officiait et ré-officiera en tant que Mr T.S. Kettleburner.) En plus de la composition et de l’écriture de la moitié des textes il s’occupe des guitares, de la basse et même d’une partie du chant.
C’est, semble-t-il, par amitié que les autres membres virent lui prêter main-forte. Une main-très-forte, toutes les prestations sont excellentes (Richard Blakelock, a.k.a The Gentleman, reprend du service derrière les fûts, en plus des claviers), mise farouchement à la pâte, les copains invités étant totalement impliqués (textes coécrits par Mr Curse).

Le violon étrange et habile de Katie Stone (a.k.a Katheryne, Queen Of The Ghosts), ingrédient crucial de AFOS n’apparaît que trop rarement chez TWW mais il fait à chaque fois des merveilles comme sur "Teeth Of Oak", sans doute le morceau le plus immédiatement séduisant du disque. Son violon injecte une étrangeté Folk au début (et son duo de voix claire qui sonne comme du pur AFOS pour le coup), délivre un bourdon discret mais essentiel sur le blast, s’offre un break en solo à l’inquiétante étrangeté, saura nous fendre délicatement l’âme sur un passage lent et lourd et nous rappeler le bon souvenir de "The Corpse Of Rebirth" sur la fin.

Mise à part sa difficulté d’accès, l’album formant un tout opaque composé d’éléments imprévisibles, climats surprenants, avançant sans jamais se retourner, le seul défaut de "The Heavens In Traction" est d’être un peu court dès lors qu’on zappe les passages bruitistes-angoissants, qui peuvent être un peu lourds et rebutants malgré le fait qu’ils contribuent à sculpter l’ambiance générale de l’œuvre. Il en va ainsi du flippant "Wilderness" et ses guitares sirènes nasillarde ou du final hypno-répétitif "Asomatus Reawakening" entre guitares Drone et ritournelle de violon fantomatique répétitif et oppressant.

Le petit bâtard de A FOREST OF STARS plaira indubitablement à ces adorateurs qui ne pourront que jubiler en voyant les meilleurs ingrédients de l’incroyable collectif britannique emprunter une autre voie, une voie carrossable et tortueuse, nous dévoilant leur face sombre. La surprise est grande, de ses atours modernes, urbains et vicieux à sa carcasse tortueuse et imprévisible, s’inscrivant dans un Black Metal moderne particulièrement malsain, viscéral et surchargé en haine. Une mouture noisy au son particulièrement incisif où la basse se dandine comme une bête cuirassée. Et si AFOS est un champion de l’Avant-Garde, maître ès-atmosphères et progressions, son discret petit demi-frère parvient à être surprenant d’une manière différente et unique. Les autres n’auront qu’à se jeter sur les deux pour se prendre une double gifle.

On remercie donc finalement Jon Cumiskey d’avoir pour un temps abandonné l’entité mirifique qu’il avait contribué à façonner afin d’explorer une autre voie, rebelle et difficile, pour faire entendre sa voix, celle d’un homme recherchant la Nature sous les décombres modernes comme le sorcier cherche la source afin de la faire rejaillir.

A lire aussi en BLACK SYMPHO / ATMO par PERE FRANSOUA :


WOLVES IN THE THRONE ROOM
Thrice Woven (2017)
Back on top of their game.. of thrones

(+ 1 kro-express)



CRADLE OF FILTH
Dusk... And Her Embrace - The Original Sin (2016)
Le chaînon manquant

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   PERE FRANSOUA

 
  N/A



- Richard Blakelock (claviers, batterie, percussions)
- Mister Curse (vocaux)
- J. Cumiskey (guitares, basse, vocaux)
- Katie Stone (violon, flûte, vocaux)


1. Winter’s Burden
2. The Soul Of The World
3. Akasha Aflame
4. The Heavens In Traction
5. Wilderness
6. Teeth Of Oak
7. Asomatous Reawakening



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod