Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH/BLACK/SLUDGE  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Bandcamp (9)

SLUGDGE - Esoteric Malacology (2018)
Par MEFISTO le 9 Avril 2018          Consultée 1673 fois

Et si nous n'étions que des mollusques victimes de la société ? Et si cette prise de conscience n'était réservée qu'à une élite ? Baignerions-nous alors en pleine malacologie ésotérique ? Vase, glu, bave, spores, putréfaction, violence, limace. Alouette, pudding, trépied. Ce genre de choses.

Le duo anglais de SLUGDGE aimerait bien nous faire rire avec son champ sémantique. Il nous en décrochera une petite, c'est clair, quand on arpentera cet artwork tape-à-l'œil et puéril, cette tracklist bourrée de calembours douteux… Les habitués du groupe ne seront pas surpris toutefois, le côté cartoon ne fait que s'accentuer avec les années. Mais n'allez pas croire que tout ce flash soit représentatif de la musique. Oh que non, on est loin de GWAR. Ici, nous sommes des invités au royaume des gastropodes géants.

SLUGDGE attire peut-être l'attention avec son enveloppe enfantine, mais c'est en faisant tourner le bouzin qu'on découvre sa vraie nature : un compositeur de talent qui ferait pâlir d'envie des dizaines de combos se prenant beaucoup plus au sérieux. Au programme : un Death Tech/Black incisif et mélodique, laissant parfois la scène à un extrême plus ambiancé et boueux. La cassure avec le contenant est déstabilisante au maximum ; il aurait été vachement difficile de s'attendre à une telle déferlante, aussi bien produite, en se fiant à l'habit de cet éleveur d'escargots…

C'est pourtant à un Metal extrême d'une richesse inouïe auquel nous avons droit sur ce quatrième album des Anglais. Il est évident que Pearson et Moss ont atteint leur maturité créative sur cette heure passionnante d'uppercuts décochés sans avertissement et à différentes puissances. Ce n'est donc pas étonnant que Willowtip ait saisi la chance de les signer.

"Esoteric Malacology" s'avère ainsi l'album parfait pour tout fan de Metal original, lourd, atmosphérique et non-linéaire. Même après maintes écoutes, le plus rodé des auditeurs aura de la difficulté à caser SLUGDGE tellement son désir d'en découdre à plusieurs niveaux chasse automatiquement les étiquettes et clichés. Rien n'est coulé dans le béton sur cet album. Que les zicos nous assomment de riffs rasoir à la GRIND, de groove bien huileux à la GOJIRA, de bridges éthérés et coolos, de transitions ultra balèzes, de solos endiablés ou de chœurs bizarroïdes – tout cela très souvent sur la même pièce ! – on ne jamais sur quel pied tanguer. De là cet indice de violence situé à 3/5, alors qu'il aurait pu grimper d'un demi-point aisément.

Le jeu polyvalent à la guitare de Pearson et le chant bigarré de Moss forment un noyau dur impossible à craqueler. Quant aux guests, dont le nom est gardé secret, ils enrobent cette matière première de brillante manière pour ne laisser filtrer aucune goutte de sang. Le cœur de SLUGDGE bat fort et plus rapidement qu'une limace, sauf sur la première moitié de "Salt Thrower", où le duo montre son attachement au Sludge nonchalant. C'est un organe pompant de la lave en fusion, une centrale atomique défendue par une muraille électrique gardant les monstres à distance.

L'inventivité des Anglais est sans limites et donne un sacré coup de pied au cul des vétérans de la scène extrême, qui ne savent plus comment se servir de leurs muscles. Technique, combatif, foutrement agréable, menaçant et étincelant à la fois, SLUGDGE est musicalement aux antipodes de son image et arrive à garder attentif du début à la fin de cette chute de rochers meurtrière. Seul peut-être "The Spectral Burrows" m'a semblé plus quelconque. Tel son compatriote ANAAL NATHRAKH, il a su tisser sa toile solidement pour couvrir un créneau dans le créneau, variant les tempos et la teneur en poison de ses incantations.

Le plus stimulant dans tout ça est le potentiel de vieillissement élevé du truc, comme un grand cru. Débouchez-le maintenant, appréciez-le, ou rangez-le et ressortez-le des années plus tard et wow, je vous garantis que le mucus de gastéropode vous collera encore aux conduits…

Super découverte que ce SLUGDGE, dont je n'attendais absolument rien après un coup d'œil à cette pochette clinquante. Et que dire du nom même du groupe : quelle horreur ! Ça vaut bien une sélection pour le coup…

Note : 4,5/5.

Podium : (or) Le duo "Slave Goo World" – "Transilvanian Fungus", (argent) "War Squids", (bronze). Mais si vous voulez mon humble avis, fiez-vous à vos oreilles, car les moments de grâce sont légion !

Indice de violence : 3/5.

A lire aussi en DEATH METAL par MEFISTO :


ULCERATE
Everything Is Fire (2009)
L'art de la violence propre




HATE
Crusade:zero (2015)
25ème anniversaire souligné en très grande pompe !


Marquez et partagez






 
   MEFISTO

 
  N/A



- Kevin Pearson (guitare)
- Matt Moss (chant)


1. War Squids
2. Crop Killer
3. The Spectral Burrows
4. Slave Goo World
5. Transilvanian Fungus
6. Putrid Fairytale
7. Salt Thrower
8. Limo Vincit Omnia



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod