Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK ATMO  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


CROW BLACK SKY - Sidereal Light, Vol. One (2018)
Par MEFISTO le 5 Avril 2018          Consultée 662 fois

Mes pérégrinations métalliques me mènent aujourd'hui en Afrique du Sud, dans la capitale Cape Town, pour rencontrer le trio CROW BLACK SKY, dont ce premier chapitre de "Sidereal Light" est le deuxième album en neuf ans. J'ai été surpris d'apprendre que le fief de Mandela recèle des dizaines de formations de qualité, aux styles aussi variés que sa population, aux sonorités locales et internationales.

C'est dans cette deuxième auge que broute CBS, le groupe, pas la chaîne de télé américaine… Son Black Atmo très particulier ne trahit pas ses origines et interpellera le fan d'Alaska et le mordu d'ambiances prégnantes de Delhi. À la fois violent et curieusement lyrique sur certains passages, voire relaxant, CBS subjugue l'initié en moi qui ne sait à quelle chapelle cogner pour l'identifier. Et avec seulement 33 minutes au compteur, on a un minimum d'échantillons…

C'est sans doute ce mystère compact qui rend ce Black si spécial, car éloigné des clichés. Difficile en Black Atmo. Très ardu. Certes, on pourra piger des noms dans un chapeau et essayer d'emboîter les pièces du casse-tête maladroitement, mais attention : il serait hasardeux de résumer le travail de CBS et sa batterie supersonique à un banal croisement entre DARKSPACE, MESARTHIM et MARE COGNITUM. Les Sud-Africains nous entraînent bien sûr dans l'immensité étoilée la majorité du temps, mais il y a une tristesse, une sensibilité bien cachée, qui enveloppent ces atmosphères obscures (la quasi-totalité "To Fathom The Stars").

Le résultat est une porte entrouverte laissant filtrer un peu de lumière, d'oxygène et d'humanité. CBS n'est pas un vulgaire clone robotique. Les cordes sont suaves à de nombreux endroits, les décélérations offrent des bridges intéressants qui remettent l'identité du trio en perspective. Tout n'est pas noir ni blanc chez CBS, on râtelle largement et profondément dans les émotions, tirant sur la vulnérabilité de chaque metalleux, qu'il ait un cœur austère, tiède ou bouillant. Les exemples de "Ascension" et "Veils" sont probants et démontrent un tableau de chasse fort garni.

"Sidereal Light, Vol. One" s'avère donc un effort digne et représentatif d'un nouveau courant fort souhaitable dans ce sous-genre. C'est bien beau s'inspirer du firmament et des fables épiques de Tolkien, mais vient un temps où on peut décortiquer les archétypes pour en retirer de nouvelles souches à exploiter. CROW BLACK SKY y arrive dans une moindre mesure, c'est déjà un grand pas pour l'homme et un joli cadeau à l'immensité.

Parlant de cadeau, le groupe offre sa musique gratuitement sur son site, alors n'hésitez pas à vous servir, ça vaut le coup.

Mortal flesh cast aside
Eternity before my eyes
Passing through the paradigm
I behold, but dare not describe


Podium : (or) "Lightless, Lifeless", (argent) "Veils", (bronze) "Ascension".

Indice de violence : 3/5.

A lire aussi en BLACK SYMPHO / ATMO par MEFISTO :


SHADE EMPIRE
Omega Arcane (2013)
SHADE EMPIRE offre son alpha et son oméga




WOLVES IN THE THRONE ROOM
Black Cascade (2009)
La couronne est encore bien ancrée...

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez







 
   MEFISTO

 
  N/A



- Gideon Lamprecht (guitare)
- Ryan Higgo (chant, basse)
- Lawrence Jaeger (batterie)


1. Ascension
2. To Fathom The Stars
3. Lightless, Lifeless
4. Veils



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod