Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY/POWER METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Manowar
- Style + Membre : Virgin Steele, Riot

Jack Starr's BURNING STARR - Stand Your Ground (2017)
Par DARK SCHNEIDER le 6 Février 2018          Consultée 1770 fois

J'ignore quel âge a Jack Starr. Faites une recherche sur le web : les informations sont contradictoires. Il faudrait le lui demander directement, mais cela ne se fait pas. Je pense en tout cas que l'homme doit approcher des soixante-dix ans. Pourquoi parler de cela ? Parce que quand même, vous en connaissez beaucoup vous des musiciens, dans le Metal, qui sortent leurs meilleures oeuvres à ce qui semble être le crépuscule de leur carrière ? Je crois que l'on tient là un cas unique. Après avoir quitté VIRGIN STEELE, Jack Starr avait mené une carrière solo intéressante, de bonne qualité, mais qui se noyait quand même pas mal dans la production affolante de cette époque. Son retour dans les années 2000 était respectable mais un peu timide, son principal intérêt : Jack Starr nous avait dégotté un chanteur des plus talentueux en la personne de Todd Michael Hall. Et puis il y a eu l'album de 2011, "Land Of The Dead", d'une qualité plus qu'exemplaire. Un album qui semble être passé un peu inaperçu car Jack Starr ne bénéficie pas d'une grosse promo à la Nuclear Blast, quel dommage ! Les mecs de RIOT en tout cas ne s'y sont pas trompés en allant recruter le même Todd Hall pour qu'il puisse poser sa voix sur leur chef d'oeuvre "Unleash The Fire". Et le voilà donc enfin de retour, toujours avec la même équipe, et il parvient presque à réitérer le même coup de maître que "Land Of The Dead".

Jack Starr continue donc de proposer son Heavy Metal très mélodique, toujours à la frange du Power, doté de forts accents héroïques. "Secrets We Hide" nous prend d'emblée aux tripes : pas de chichi, pas d'intro longuette ou d'orchestre sympho, non, avec Jack Starr la guitare demeure reine et se fait d'entrée de jeu très généreuse en terme de mélodie. Un régal de mélodies à six cordes, mais sans jamais se montrer bourratif. C'est que si Jack Starr a toutes les capacités d'un shreddeur, et si bien sûr il ne fera pas son timoré durant ses parties lead, il ne cherchera pas non plus à toujours se mettre en avant, l'homme sait ravaler son ego quand il le veut. De fait, sa musique reste très classique dans l'approche, ce qui lui plaît lui c'est de composer des titres efficaces, sans trop de virtuosité lassante. Et forcément à ce jeu-là les autres musiciens trouvent leur place, avec Todd Michael Hall toujours aussi brillant derrière son micro, il nous délivre donc une flopée de lignes de chant inspirées et de refrains particulièrement bien écrits et irrésistibles.

L'album est long : 1h15. D'aucuns trouveront cela excessif. Pourtant, point de longueur : pas le moindre titre de remplissage, même si certains se distinguent forcément plus que d'autres. Pour la petite histoire, il faut savoir qu'à l'origine c'était un double album que Jack Starr voulait nous proposer, histoire de compenser la longue attente depuis "Land Of The Dead". Il semblerait qu'il ait donc été contraint d'écarter un ou deux morceaux pour que tout tienne sur un CD. La version vinyle est d'ailleurs bel et bien double, avec un morceau supplémentaire. Voilà pour l'explication de cette longue durée. Et pour rester dans le même sujet, notons la durée du morceau-titre : dix min, une première là encore. Une belle réussite d'ailleurs que ce title-track, à vocation forcément épique on s'en doute, dont le thème principal est largement répété : pas de lassitude, l'inspiration fait son oeuvre.

Ce qui est fort appréciable, c'est que la plupart des morceaux ont une identité propre, ce qui n'est pas toujours évident dans ce genre d'album. Cela passe en partie par la variation relative des tempos, avec une ballade fort réussie ("Worlds Apart"), et surtout les changements d'humeur : parfois ultra positif comme avec "Destiny" vraiment proche de l'esprit d'un FREEDOM CALL ou d'une certaine forme d'Eurovision Metal ; mais pas d'inquiétudes pour les amateurs de sensations guerrières qui y trouveront aussi leur compte ("Stronger Than Steel", marchant sans difficulté sur les plates-bandes d'un HAMMERFALL et consorts, ou encore les nombreux passages à base de mélodies à trois notes par corde qui sonnent immédiatement épiques). L'ombre de RIOT n'est également jamais loin, notamment sur l'excellent "The Sky Is Falling", moment fort de l'album qui n'aurait pas dépareillé sur "Unleash The Fire". J'imaginerai bien un petit guest de Jack Starr sur le prochain RIOT V tant les deux groupes sont connectés (et ça ne date pas d'hier !).

Un petit mot quand même sur le double sens du titre de l'album. La pochette tirée d'une oeuvre Conanesque de Ken Kelly donne le ton : il y a une certaine Trumpisation dans l'esprit de Jack Starr, le titre "Stand Your Ground" peut-être pris au premier degré dans sa signification politique, l'homme s'en est expliqué en interview, c'est comme ça, mais ça ne fait pas de mal de le dire. Fort heureusement, les lyrics en eux même ne sont pas explicites et relèvent d'une héroïc fantasy classique, histoire de ne froisser personne tout de même.

En tout cas, pour qui veut du Heavy mélodique, à la lisière du Power, doté de lignes de chant d'une qualité exemplaire, ce septième album de l'étoile brûlante de Jack Starr est un must absolu, à mon sens il s'agit tout simplement du meilleur opus dans le genre de l'année 2017, ni plus ni moins. Respect absolu pour l'oeuvre musicale de Jack Starr, en espérant beaucoup que l'homme et son groupe viennent tourner un peu plus dans nos contrées.

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK SCHNEIDER :


DIO
The Last In Line (1984)
Le meilleur album de dio!




LOUDNESS
Gotta Fight (1985)
Heavy Metal et dessins animés font bon ménage


Marquez et partagez




 
   DARK SCHNEIDER

 
  N/A



- Todd Michael Hall (chant)
- Jack Starr (guitares)
- Ned Meloni (basse)
- Rhino (batterie)


1. Secrets We Hide
2. The Enemy
3. Stand Your Ground
4. Hero
5. Destiny
6. The Sky Is Falling
7. Worlds Apart
8. Escape From The Night
9. We Are One
10. Stronger Than Steel
11. False Gods
12. To The Ends



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod