Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  E.P

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

- Membre : Taraxacum

STEEL PROPHET - Genesis (2000)
Par DARK BEAGLE le 26 Janvier 2018          Consultée 467 fois

STEEL PROPHET est un groupe qui ne brille pas par son originalité. Cette absence de style propre tient quelque part du génie à l’état pur, parce que l’on n’a pas envie de les montrer du doigt en les accusant de plagiat. On n'a pas envie de leur cracher dessus volontairement, en les regardant droit dans les yeux, en leur disant qu’ils ne sont bons qu’à chauffer les salles pour des groupes de moyenne importance. Parce qu’une chose est sûre, STEEL PROPHET ne fera jamais partie de l’élite du Heavy Metal. Mais l’on reconnaîtra qu’à une époque, la montée en première division était tout à fait possible, le temps de deux albums, "Dark Hallucinations" et "Messiah", avant que le groupe ne végète dans le ventre mou des innombrables groupes en quête de reconnaissance.

Il y a donc une certaine sympathie tacite entre le groupe et les fans du genre, qui lui pardonne assez facilement le côté « éponge » dont ils font montre. En effet, ils semblent s’imprégner de tout ce qui se fait de mieux dans le style pour l’incorporer à leur musique, faisant des albums assez différents les uns les autres. STEEL PROPHET aura connu ses années de galère. Formé vers 1984, sa première démo, "Inner Ascendance" ne verra le jour qu’en 1990 et la formation n’enregistrera un premier vrai album qu’en 1995 avec "The Goddess Principle". Il faudra attendre les années Nuclear Blast, de "Dark Hallucinations" à "Beware", pour que nos sympathiques Américains accèdent à une certaine reconnaissance. Avant que tout ne parte en eau de boudin.

Nous sommes en 2000. STEEL PROPHET est alors au somment de sa gloire avec "Messiah". Le groupe a un rythme de fou. "Dark Hallucinations" a vu le jour en 1999 et les musiciens planchent déjà sur "Book Of The Dead" (le début de la fin en fait). Pour faire patienter les fans, ils sortent "Genesis", une espèce de super EP de plus d’une heure, reprenant l’intégralité de leur démo "Inner Ascendance" ainsi que pas mal de reprises. Que du bonus en somme ! Nuclear Blast va mettre les petits plats dans les grands, avec une nouvelle jaquette, un dépoussiérage du son et le retour pour un court temps du logo original de la formation. De quoi ravir les vieux briscards qui ont suivi le groupe depuis le premier album !

Forcément, ça sent les années 80. Avec un chant bien suraigu qui rappelle grosso modo celui de Geoff Tate (QUEENSRΫCHE à l’époque), un style qui emprunte aussi bien aux formations du vieux continent (JUDAS PRIEST, ACCEPT) qu’aux groupes US (il y a quelque chose du vieux SAVATAGE et de CIRITH UNGOL qui ressort également), on se retrouve plongé des années en arrière ! Les six titres de la démo ne sont pas dégueux. On sent que les musiciens ont pris le temps de les peaufiner, de les travailler jusqu’à plus soif. Mais en grattant, on sent leur côté « fan ». Que l’on retrouvera d’ailleurs sur les reprises un peu plus tard.

STEEL PROPHET s’inspire de ce qui l’entoure dans le genre, sans chercher à le copier. Mais certains des gimmicks ne sont pas les siens, il livre un travail respectueux de ses aînés, ce qui le rend bien sûr sympathique parce qu’on se retrouve un peu en lui, mais il n’y a au final que peu d’identité à travers ces six morceaux qui s’écoutent sans déplaisir, mais qui n’apportent pas vraiment grand-chose de bien consistant à se mettre dans les oreilles. Heureusement, il y a de la fougue, ce que l’on retrouvera d’ailleurs sur bon nombre de leurs albums futurs, ce qui sauve grandement les meubles. Allez, un 3/5 très généreux pour cette partie.

En revanche, les reprises font par moments grincer des dents. En soit, elles ne sont pas mauvaises, mais on ne retrouve pas franchement la personnalité du groupe au travers de leur réinterprétation. Excepté sur "Fade To Black" de METALLICA peut-être, mais le rendu avec les cris aigus de Rick Mythiasin n’est pas terrible au final. Ici, le problème réside au fait qu’on se tape souvent des copies carbones avec un chanteur qui imite Udo, Dickinson ou Dio avec plus ou moins de succès. Quelque part, c’est un peu dérangeant.

Alors oui, STEEL PROPHET s’en sort bien, les musiciens ne sont pas des manchots, ils jouent bien ("Gangland" de IRON MAIDEN a un joli rendu, mieux que celui de "Ides Of March" avant un "Purgatory" plutôt correct, le "Fast As A Shark" de ACCEPT n’a pas trop à rougir de la comparaison avec l’originale), se laissent parfois dépasser par leurs envies ("Don’t You (Forget About Me)" de SIMPLE MINDS, assez anecdotique), mais bon sang, ce que ça manque de personnalité nom de D… euh… Dio ! Et bien sûr, ces covers perdent grandement en intérêt à cause de cela, parce que dans pareil cas de figure, il vaut mieux écouter les originales. Bref, décevant. 2/5 à peine sévère pour cette partie.

Cet EP est donc destiné aux amateurs du genre qui se sentent une âme d’archéologue et il ne faut surtout pas le prendre comme une suite à "Messiah". Et au final, il est dommage que les reprises, qui sont souvent des bonus sympas pour les fans, ne plombent quelque peu l’ambiance avec ce manque de créativité flagrant, à moins que ce ne soit un trop plein de respect, ce qui est aussi rédhibitoire au bout d’un moment. D’où un 2/5 un peu sec au final.

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK BEAGLE :


PRETTY MAIDS
Red Hot And Heavy (1984)
Heavy Metal à la sauce danoise : un must !




PINK CREAM 69
Headstrong (2017)
30 ans de bons et loyaux services


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Rick Mythiasin (chant)
- Steve Kachinsky (guitare)
- John Paget (guitare)
- Vince Dennis (basse)
- John Tarascio (batterie)


1. Death
2. Sleep Of Despair
3. Inner Ascendance
4. Life
5. Nihilism's Spell
6. Technocricide
7. Fast As A Shark (cover Accept)
8. Gangland (cover Iron Maiden)
9. Ides Of March / Purgatory (cover Iron Maiden)
10. Fade To Black (cover Metallica)
11. Dreamer Deceiver (cover Judas Priest)
12. Neon Knights (cover Black Sabbath)
13. Don't You (forget About Me) (cover Simple Minds)



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod