Recherche avancée       Liste groupes



      
HARDCORE/CRUST/GRIND  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


ALL PIGS MUST DIE - God Is War (2013)
Par ISAACRUDER le 23 Janvier 2018          Consultée 560 fois

La bonne vieille Saint-Sylvestre française est l'occasion de voir que le vivre-ensemble post-Mitterrand est une sauce rance encore servie dans les cantines du socialo-communisme vieillissant - et qui tarde à mourir. Quelle belle fête que voilà ! dirait Jack Lang. La jeunesse s'éclate, ça twerk sévère en retournant et en brûlant les voitures. Il y a eu plusieurs agressions fraternelles, notamment un tabassage d'une jeune policière qui a eu la mauvaise idée de penser que "servir" revêtait encore le moindre sens dans une société anarchique. Qu'on ne se méprenne pas, la France partage avec ses voisins un sens de la fête à toute épreuve. En Allemagne et en Suède, des zones spéciales pour protéger les femmes des agressions sexuelles ont été mises en place. N'y voyez pas le mal enfin, c'est comme un chat perché : en dehors de la zone tu as perdu, mais dans la zone tu es perché ! Trop mignon ! Bien entendu les journalistes se sont empressés de ne pas trop parler de ces histoires, et d'aller dialoguer avec les "jeunes" pour comprendre cette "mésentente" (sic) entre la police et ces derniers. Mais de quoi faut-il discuter avec des porcs ? Quand quelqu'un est capable de sauter à pieds joints sur la tête d'une jeune femme au sol n'est-ce pas plutôt d'un orage de feu dont il aurait besoin ? Tous les porcs doivent mourir, sans exception!

"God Is War" me fait bien marrer, avec son artwork périmé et son titre tiré d'un poème d'adolescent élevé à Nantes. Dieu est mort, il ne peut pas être partout. La guerre est passée ailleurs, elle est cachée derrière la fête justement! L'homo festivus dépeint par Philippe Muray n'est qu'une bombe en attente de péter. Human is war à la limite, mais n'allez pas faire chier Dieu avec ça, lui qui s'est certainement retiré de notre plan astral depuis belle lurette pour aller ensemencer d'autres planètes au nom du LOL. Donc oui, de prime abord ALL PIGS MUST DIE fait marrer. Et il continue de le faire, mais d'une façon bien plus intéressante : en produisant une apocalypse musicale tellement débile que l'écouter risque de faire adhérer à la République en Marche. Le Hardcore/Grind/Crust/MesBonbons des Américains sent le souffre, la sueur, la bonne vieille douchebagerie made in USA qu'on ne peut connaître en France tant on est habitué à fumer des cigarettes et disserter sur notre grandeur passée - et enterrée - plutôt que d'aller pousser de la fonte et de tenter de construire un nouvel Empire européen avec notre langue en guise de ciment impérial.

"Third World Genocide" est un bel exemple de cette consanguinité qu'on croirait venir d'Alabama. Son riff principal, mi-Crust mi-Death, est une réjouissance pré-Sodome et Gomorrhe - ou Post, selon où vous vous situez - tandis que son refrain Thrash crétin ravit le va-t'en-guerre dopé à la C. Bien sûr, à l'instar de NAILS, ALL PIGS MUST DIE joue sur une production typée années 80 suédoise, à l'époque où ce pays se souvenait un minimum de son héritage viking. Aussi, le son rappelle ENTOMBED, mais la musique est plus proche d'un PIG DESTROYER sous amphétamines et nourri au Jack Daniel's dans le Banania du déjeuner ! "Pulverization" rappelle que Ben Koller (CONVERGE) est un batteur exceptionnel, avec ses breaks de poulpe et ses blasts-éclairs en mode martinet express appliqué avant le dodo réparateur. Et dans cette décharge virile abrutissante, ALL PIGS MUST DIE se permet en plus de varier le tempo, en témoigne le titre éponyme, bien plus mid-tempo et atmosphérique, mais dont le riff de fin, Thrash punitif, vient nous redire sans politesse qu'on n'est pas là pour enfiler des perles.

Malgré des titres gratuits et sans consistance comme "Extinction Is Ours", ALL PIGS MUST DIE fait rayer le parquet avec les dents de devant. "God Is War" est un album solide, moins sauvage peut-être que le précédent, mais qui annoncera par la suite des déjections toujours plus nauséabondes, histoire d'accompagner avec brio une lecture de Christine Angot. Rien de révolutionnaire bien sûr dans cette bande-son de la violence, aussi assumée dans ses délires Crust Punk que ses excès Death Thrash, mais la musique des Américains est une cure de bien-être au milieu de cette époque minable. Tous les porcs doivent mourir !

A lire aussi en HARDCORE par ISAACRUDER :


PLEBEIAN GRANDSTAND
How Hate Is Hard To Define (2010)
Orbo ab chao




KICKBACK
No Surrender (2009)
La haine


Marquez et partagez




 
   ISAACRUDER

 
  N/A



- Adam Wentworth (guitare)
- Ben Koller (batterie)
- Kevin Baker (chant)
- Matt Woods (basse)


1. Death Dealer
2. Pulverization
3. Sacrosanct
4. God Is War
5. The Blessed Void
6. Third World Genocide
7. Extinction Is Ours
8. Sadistic Vindicator



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod