Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Bald Anders
 

 Myspace (269)
 Site Officiel (243)

FAIR TO MIDLAND - Fables From A Mayfly: What I Tell You Three Times Is True (2007)
Par DARK BEAGLE le 5 Novembre 2017          Consultée 713 fois

Vous connaissez la série de comicbooks Fables ? Cette série même qui avait inspiré le jeu vidéo The Wolf Among Us ?
Si ce n’est pas le cas, je ne saurai que trop vous conseiller d’y jeter un coup d’œil. Imaginez des personnages de Contes de Fées chassés de leurs royaumes par le mystérieux Adversaire, qui ont fini par trouver refuge dans notre univers. Certains ont fondé une enclave au sein de New York, où ils cachent leurs pouvoirs magiques aux yeux des mortels grâce à des sorts tricotés par des sorcières. Ceux qui ont une forme animale et ont les moyens de payer peuvent acheter des trompe-l’œil pour ressembler à vous ou moi. Les autres vont à la Ferme des Animaux afin de rester cachés. Parmi les personnages, on retrouve une Blanche-Neige bien acariâtre (en même temps, le Prince Charmant se les ai un peu toutes tapées), Cendrillon, la Belle & la Bête ou encore le Grand Méchant qui a fait amende honorable (mais qui boufferait bien Jack de Tous les Contes).
Et pourquoi je vous saoule avec ça ? Parce que FAIR TO MIDLAND m’y fait toujours penser que j’écoute ce "Fables From A Mayfly: What I Tell You Three Times Is True" (ouf !).

FAIR TO MIDLAND développe un univers qui lui est propre, qui se traduit déjà par cette pochette étrange, qui résume les morceaux du groupe dans un style un peu inquiétant, distillant les germes d’un malaise qui s’accentue à mesure que l’on découvre les illustrations à l’intérieur de la jaquette. Cet univers, la formation texane le construit depuis deux albums auto-produits déjà. Cependant, celui-ci est le premier à être diffusé à grande échelle grâce à Serj Tankian (SYSTEM OF A DOWN). Alors que les musiciens, découragés, s’apprêtaient à rendre le tablier, Serj, intéressé et séduit par les capacités de la formation, les a contactés afin de les signer sur son label, Serjical Strikes.

Pour élaborer ce disque-au-nom-trop-long-pour-être-écrit-à-nouveau-faut-pas-pousser-mémé-dans-les-orties-surtout-quand-elle-n’a-pas-de-culotte-faut-être-logique-quoi, FAIR TO MIDLAND va récupérer certains des titres les plus marquants de "Inter.Funda.Stifle", leur deuxième opus autoproduit, qui va pour le coup ressembler à une démo vu que le groupe va lisser, adoucir le propos. Cela peut faire grincer certaines dents (comme la sœur de Bobbi Anderson), mais la musique va gagner en profondeur. Pour résumer, FAIR TO MIDLAND joue une espèce de Metal Prog, qui s’inspire beaucoup d’éléments Folk. Du SOAD meets JETHRO TULL ? Non, pas vraiment.

L’attraction principale du combo, c’est sans aucun doute son chanteur, Darroh Sudderth. Il va illuminer le disque de sa classe, avec sa voix qu’il module de bien belle façon. Prenons "Dance Of The Manatee" par exemple. Oui, c’est l’ouverture, mais quelle ouverture ! Un riff bien plombé, auquel va répondre un autre, plus léger avant que Darroh ne commence à chanter, et sa voix va évoluer à mesure que le titre se dévoile, jonglant avec les ambiances, allant jusqu’à proposer quelque chose de rugueux, façon Phil Anselmo, sur le refrain, juste avant de renouer avec la facette la plus mélodique. Des alternances que l’on ne retrouve pas sur chaque morceau forcément, mais chacun sera éclaboussé par la justesse sidérante de Sudderth.

Il y a également quelque chose de très aérien dans la musique de FAIR TO MIDLAND, à travers des intros, des couplets où la rugosité de la guitare s’estompe pour permettre justement à Sudderth de s’exprimer de la plus belle façon qui soit. On est souvent confronté à l’opposition de la force et de la douceur, via des mélodies aigrelettes du meilleur effet. "Kyla Cries Cologne", "Vive/Versa", "April Fools And Eggmene" ou encore "A Wolf Descends Upon The Spanish Sahara" sont typiquement dans cette veine alors que "A Seafarer’s Knot" va elle se montrer plus agressive, plus rugueuse. Le défaut majeur résiderait dans un clavier trop discret par moments alors qu’il aurait la place pour s’exprimer. Heureusement, le travail de mélodiste de Cliff Campbell à la six-cordes compense largement ce défaut qui au final tient plus de l’appréciation personnelle.

Mais au-delà de l’aspect purement musical, c’est à travers les titres des morceaux et les paroles que FAIR TO MIDLAND nous invite à un voyage superbe et inattendu, qui flatte notre imagination. Nous pénétrons dans un monde fantastique et onirique que le groupe traduit à travers l’expression de ses mélodies, sensibles et pas trop complexes pour qu’on ait l’impression d’être devant un feu de camp avec des potes et que chacun raconte une histoire, pas forcément d’horreur, mais colorée, des légendes et des contes qui vont se graver dans la mémoire. Et cela contribue largement au caractère particulier de cette formation qui en a fait sa force, via une poésie de tous les instants que les instruments et la voix parviennent à retranscrire.

"Fables Trucmuche" (malgré ce raccourci fort peu élégant que j’assume), est un disque surprenant et original, un vent de fraîcheur dans le milieu du Metal Prog en cette année 2007. Les musiciens privilégient les mélodies plutôt que d’aligner les plans techniques dénués d’âme et cela donne un résultat atypique et surprenant. Une curiosité en quelque sorte, qui va, parions-le, en interpeller plus d’un. FAIR TO MIDLAND est mis en lumière de très belle façon, avec son originalité, sa personnalité, son sens de l’histoire. Tout ce qui fait un bon trouvère en quelque sorte. "Fables From A Mayfly" (plus propre quand même) est le genre d’œuvre à côté de laquelle on peut facilement passer à côté, mais celle-ci, il ne faut pas la manquer.

A lire aussi en METAL PROG par DARK BEAGLE :


BALD ANDERS
Sammler (2017)
Une bouffée d'air frais




RAM-ZET
Intra (2005)
Je vous jure, je ne l'ai pas fait exprès...


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Darroh Sudderth (chant)
- Cliff Campbell (guitare)
- Jon Dicken (basse)
- Brett Stowers (batterie)
- Matt Langley (claviers)


1. Dance Of The Manatee
2. Kyla Cries Cologne
3. Vice/versa
4. The Wife, The Kids, And The White Picket Fence
5. April Fools And Eggmen
6. A Seafarer's Knot
7. A Wolf Descend Upon The Spanish Sahara
8. Walls Of Jericho
9. Tall Tales Taste Like Sour Grapes
10. Upgrade^brigade
11. Say When



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod