Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK BESTIAL / WAR  |  DEMO

Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 



DAMAAR - Triumph Through Spears Of Sacrilege (2007)
Par POSITRON le 19 Juin 2017          Consultée 205 fois

Connaissez-vous la haine ?

Probablement, oui, mais la connaissez-vous bien ? Est-elle votre amie fidèle, votre compagne d'infortune, recueille t-elle vos confidences et vos doutes ? Emplit-elle parfois l'intégralité de votre esprit jusqu'à ce que tout votre être ne soit qu'une masse noire qui hurle son nom ? Si vous connaissez cet état alors peut-être avez vous aussi des disques spéciaux, d' "Ultra-Haine" dont l'écoute est à peu près réservée à la glorification ou à la dispersion de ce sentiment.

"دمار", ou DAMAAR si l'on ne sait pas lire l'arabe est un groupe libanais de War Metal dont l'unique démo vient s'ajouter à la liste de mes disques d'Ultra-Haine au côté de "Hear Nothing See Nothing Say Nothing", "Filth" ou "Streetcleaner" voisins plus que prestigieux. Certes "Triumph Through Spears Of Sacrilege" – tout un programme – fait figure d'illustre inconnu aux côté de ces mastodontes de l’agression sonore à guitares et il est vrai qu'il n'en atteint pas la qualité.

Fort heureusement on ne lui demande pas.

Sur les quelques prêches en arabe qui chantent "allahu akbar alhamdulillah" – la version localisée de l’alléluia à la fin de "Deuil Angoisseus" quoi – s'ouvre un mini album de War Metal d'une bestialité peu commune, d'une originalité discutable, et d'une efficacité remarquable, sortant en droite ligne des accouplements de BLASPHEMY (repris en piste 4) avec son neveu REVENGE.

Des deux groupes pré-cités DAMAAR emprunte à peu près tout, la production dégueulasse mais puissante (et donc seulement à moitié kvlt), les riffs proto-Extrême, les déferlantes soniques ("Ode To Blasphemy"), les larsens ("The Goatphoenix"), les mid-tempos dégueu dont le "do you wish to diiiiie?", moment clé de la piste 2 et accessoirement de tout l'album.

"Do you wish to die?" une invective qui résume tout l'objet de l'album, cette menace à la fois ridicule et hostile, qui ne peut être proférée que par ce hurlement immonde et hystérique qui me charme d'ailleurs plus que les doux grognements de Nocturnal Grave Desecrator (and Black Winds) et qui n'a rien à envier à REVENGE.

Reste à savoir comment noter cet album pendant que les Vrais s'apprêtent déjà à me dire d'arrêter de chroniquer du War Metal - je leur recommande d'ailleurs cette démo qui vaut bien pour moi un "Fallen Angel Of Doom". Je vois mon cœur balancer entre une volonté de recul et une passion certes existante mais cependant beaucoup trop rare : je n'écouterai pas "TTSOS" avant un bon bout de temps après cette chronique.

Quatre si ultra-haine, deux sinon, je me vois forcé de dire trois - c'est pas comme si j'en avais déjà beaucoup. Car s'il faut admettre que si TTSOS purge l'esprit avec une certaine vigueur, il ne fonde rien, et ne dépasse en aucun cas ce cadre cathartique comme ont pu le faire ses petits copains de ma liste dont je vous recommande incessamment sous peu l'écoute. Mais si après ceux-là vous êtes toujours énervés, passez donc ce petit DAMAAR qui ne pourra pas vous faire pas de mal.

A lire aussi en BLACK METAL :


1349
Massive Cauldron Of Chaos (2014)
Une valeur sûre, un divertissement cinglant




ARTEFACT
Son Of Solstice (2004)
Attention gros talent : le OPETH Black français ?


Marquez et partagez




 
   POSITRON

 
  N/A



- Napalm (batterie)
- Nunrider (guitare)
- Heathen (basse, voix)


1. فسق (intro)
2. Preaching For Mass Suicide
3. The Goatphoenix
4. Desecration
5. Ode To Blasphemy (onward To The Gates Of Mekka)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod