Recherche avancée       Liste groupes



      
(PROG) TECH DEATH  |  STUDIO

Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


CRIMSON MASSACRE - The Luster Of Pandemonium (2008)
Par POSITRON le 19 Avril 2017          Consultée 407 fois

Voici les raisons de ne pas apprécier "The Luster Of Pandemonium", seule partie notablement intéressante de la discographie de CRIMSON MASSACRE, d'après mes rapides, brèves et incomplètes écoutes de celle-ci(*).

Petit un : Le disque est mal produit. C'est un fait. C'est triste. C'est regrettable. La basse est peu audible, le son est mal travaillé, les guitares n'ont pas l'espace qu'elles devraient, tout cela handicape fortement les compositions et leur clarté.

Petit deux : Le disque n'est pas très bien joué. Pas que les musiciens soient des branques, loin mais alors très loin de là, juste qu'ils sont poussés ici à leur maximum et même au-delà, l'écoute du disque induit donc un sentiment rêche d'instabilité, de tension, un manque tout relatif de maîtrise et quelques erreurs ou décalages. Tout cela n'est pas poli comme il faut, ce que certains apprécieront pourtant, ceux qui déplorent un feeling un peu robotique dans le Death Metal moderne et en particulier le Death Technique. Je ne me sens qu'un peu de ceux-là.

Petit trois : La musique de CRIMSON MASSACRE est extrêmement difficile et dense, quasiment dépourvue de hooks et en dehors du superbe et salvateur instrumental de onze (!) minutes, d'une hostilité auditive à toute épreuve.

Petit quatre : En plus de pêcher par excès d'ambition technique, CRIMSON MASSACRE pêche par excès d'ambition d'un point de vue de la composition dans le sens où il vise trop vite, trop grand, et parfois s'emmêle dans des maladresses et quelques erreurs de dosage de ses idées.

Petit cinq : Le chant n'est pas vraiment mauvais, juste qu'on en a rien foutre et qu'il devrait être mixé bien en-dessous.

Maintenant que c'est fait je peux enfin vous dire ceci : ce disque est, d'un point de vue de la composition, incroyable. Bah oui merde j'ai pas mis ces étoiles pour rien. "The Luster Of Pandemonium" c'est 30 minutes de Death Metal Technique(**) d'un niveau d'épilepsie surhumain. Des compositions qui maintiennent une cohérence totale en dérapant littéralement toutes les dix secondes.

Mox commençait sa chronique de "Effigy Of The Forgotten" ainsi : "Si on perd le fil on est mort".

Mais mes braves lecteurs vous ALLEZ perdre le fil de "The Luster Of Pandemonium". Rien qu'en écrivant ce début de chronique j'ai déjà fait deux retour arrière, et pourtant je commence à connaître le disque un petit peu. Vous allez perdre le fil, vous allez crever, vous allez vous sentir écrasés, dépassés. Vous allez chercher les petits moments d'accalmie Death/Black Mélo (la fin de "Of Perverted") pour pouvoir respirer, respirer quand le disque décide de rester 12 secondes sans changer de rythme, de riff, de mesure, ou de tempo. Vous aller le chérir cet instrumental de dix (!) minutes qui permet à vos neurones de continuer à vivre.

Alors pourquoi, pourquoi se faire détruire par un labyrinthe absurdement tortueux de Death Metal ? Parce que le septième jour Dieu contempla cette impression de dérapage permanent, cette adversité que représente le suivi de ce discours logorrhéique, ces flots de mélodies tordues, ces contrepoints frémissants, ces passages qui ressemblent à "The Red In The Sky Is Ours" joués en x3, ces riffs complètement fous, imprévisibles (Le début du disque, "Sacrifice" à 0:30), rappelant tour à tour AT THE GATES (en x2,5) puis SOREPTION, puis LIERS IN WAIT(***), puis BLOTTED SCIENCE. Il contempla tout cela et vis que cela était bon. Je fais des arguments ad divinum dans mes chroniques, qu'est-ce que tu vas faire ?

Poursuivre ? Alors je poursuis :

C'est là que je trouve le plus d'intérêt dans le Death Technique et pas dans la masturbation frénétique de son manche (ce que j'aime aussi cela dit). Égarer, perdre, dévaster. C'est une expérience Lovecraftienne, se retrouver comme un moins-que-rien infirme face aux puissances de l'univers qui sont infiniment plus puissantes et complexes que ne peut le comprendre l'esprit humain.

The "Luster Of Pandemonium" est une expérience de Death Metal radicale, une force propulsive phénoménale, alliant énergie inépuisable, labyrinthes insondables et richesse de composition. Si cela correspond à ce que vous cherchez dans le genre, vous apprécierez "The Luster Of Pandemonium". Et ce, malgré mes cinq raisons évoquées en introduction qui peuvent se résumer en une seule : la non complétion de la démarche de CRIMSON MASSACRE.

Car cela, lecteur ne retire qu'une mince et dérisoire étoile des cinq étoiles qu'aurait mérité la complétion d'un tel projet, étoiles qui témoignent pour le disque ainsi rétribué d'une estime dont vous l'avez compris, l'ampleur est considérable.

___________

(*) Dites-le moi en commentaire si j'ai tort.
(**) tag qui ne m'a en passant jamais satisfait.
(***) J'assume à 100% le fait d'avoir entendu parler du groupe dans une review.

A lire aussi en DEATH METAL par POSITRON :


AT THE GATES
Gardens Of Grief (1991)
Le jeune AT THE GROTESQUE est déjà grand




CRYPTOPSY
Blasphemy Made Flesh (1994)
They do that rather well... don't you think ?


Marquez et partagez




 
   POSITRON

 
  N/A



- Scott Horne (batterie)
- James Jackson (guitares, basse)
- Peter Olen (growls)
- Bill Ledgerwood (guitares, basse)


1. Catalyst's Tongue
2. Conquest
3. The Devourer
4. Epoch
5. The Hyperborean's Epitaph
6. Redemption
7. The Luster Of Pandemonium
8. Sacrifice
9. Of Perverted Hope And Fragmented Suffering



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod