Recherche avancée       Liste groupes



      
POP-PUNK / METALCORE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


A DAY TO REMEMBER - Bad Vibrations (2016)
Par PINPIN le 13 Mars 2017          Consultée 722 fois

Je me repends : je me suis moqué d'A DAY TO REMEMBER de manière très stupide dans une autre chronique. L'ignorance pousse parfois à écrire des bêtises, en l'occurrence, au moment des faits je ne connaissais que "All I Want" et quelques autres morceaux très calmes du groupe. Il faut reconnaître pour ma défense qu'à cette époque ADTR sortait ses albums les plus Pop. C'est plus tard, en écoutant "The Plot To Bomb The Panhandle" que j'ai compris l'esprit du groupe.

Je ne dis pas que vous toutes et tous allez apprécier le style proposé par ADTR, loin de là. Je dis que même sans aimer on peut comprendre l'originalité du groupe. Et cet album est un très bon moyen (contrairement aux deux précédents) de s'y initier. Vous aimez le Pop-punk seconde génération, façon ALL TIME LOW, KNUCKLEPUCK ou NECK DEEP ? Vous aimez le Metalcore façon PARKWAY DRIVE, I KILLED THE PROM QUEEN ?

Alors vous connaissez déjà ADTR.

A DAY TO REMEMBER est à son meilleur quand il accepte complètement ces deux facettes de sa personnalité, et c'est exactement ce que "Bad Vibrations" nous propose. L'album commence sur "Bad Vibrations" un morceau lourd et agressif où Jeremy McKinnon nous gratifie de son growl le plus propre dès la première seconde, et d'un bon gros breakdown sur la fin, histoire de mettre les pendules à l'heure. Ensuite viens "Paranoia", un tube Punk, rapide et vindicatif, puis "Naivety" quasi-entièrement Pop-Punk. "Exposed" déboule juste à temps pour nous rassurer sur l'aspect Metalcore, ça riffe, les sonorités sont malsaines, lourdes et le morceau explose dans un breakdown dément, propre à tuer les spectateurs de la fosse. Et l'album continue comme ça, alternant et mélangeant la légèreté du Punk à roulette, avec la lourdeur du Metalcore à breakdown.

Un seul morceau isolé ne suffit quasi-jamais à résumer un groupe, c'est le point que j'avais manqué en découvrant ADTR. Si vous prenez "Forgive And Forget" vous passerez complètement à côté de l'aspect Heavy d'ADTR, et pourtant en écrivant ce morceau pour clore l'album, ADTR reste intègre – dur à croire, n'est-ce pas ? La technique d'écriture d'ADTR, quand ils sont inspirés, c'est l'alternance entre des mélodies accrocheuses, qu'elles soient Pop ou Metal, et des breakdowns idiots mais irrésistibles. En fait A DAY TO REMEMBER est un excellent groupe scénique, si vous arrivez à rester immobile tout du long du concert, c'est que votre moelle épineuse ne fonctionne pas correctement. Entre les rythmes rapides qui lancent des circle pits spontanés, ou du two-step, les breakdowns sur lesquels les walls of death sont aussi courant que les pogos, il y a de quoi s'épuiser. Et de ce fait les passages Pop et calmes sont parfaits pour se reposer en agitant son briquet. Bref, "Bad Vibration", contrairement aux deux albums précédents apporte un très bon lot de nouveaux titres qui permettent d'interagir de toutes ces manières avec le public.

Là où ADTR est secrètement génial, c'est dans l'art d'écrire des mélodies simples, hyper efficaces, et des parties très lourdes hyper rythmiques, de manière à plaire à la fois au public habitué à la Pop et au public Metal. Quand on y pense, c'est comme le sucré-salé, ça ne plaît pas à tout le monde, mais ceux qui aiment en redemandent, faut voir le public des fans : the love is real, comme on dit en anglais ! Ce qui me fait le plus plaisir à voir c'est que quand on parle après le concert, les spectateurs ne sont pas dans la surenchère d'analyse stylistique, de détails techniques sur telle ou telle mélodie qui fait qu'ils ont apprécié, non, ils donnent juste une impression générale de l'expérience (souvent positive avec ADTR) qu'ils ont vécue lors du concert. "Bad Vibrations" s'apprécie de la même façon, pas besoin de le décortiquer (même si moi je l'ai fait pour la chro) pour l'écouter de façon optimale, il faut juste se préparer mentalement à écouter du Pop-punk et du Metalcore; et vous, êtes-vous prêt ?

A lire aussi en HARDCORE par PINPIN :


CONVERGE
No Heroes (2006)
John Doe




CODE ORANGE KIDS
I Am King (2014)
Orange is the new black

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   PINPIN

 
  N/A



- Jeremy Mckinnon (chant)
- Neil Westfall (guitare rythmique)
- Josh Woodard (basse)
- Alex Shelnutt (batterie)
- Kevin Skaff (guitare)


1. Bad Vibrations
2. Paranoia
3. Naivety
4. Exposed
5. Bullfight
6. Reassemble
7. Justified
8. We Got This
9. Same About You
10. Turn Off The Radio
11. Forgive And Forget



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod