Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH/BLACK  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2016 Unortheta

ZHRINE - Unortheta (2016)
Par MEFISTO le 25 Décembre 2016          Consultée 560 fois

Le dernier album d'un groupe venant d'Islande que j’ai écouté, celui de SÓLSTAFIR, était passablement ennuyeux, mais comme tous les combos habitant l'île, SÓLSTAFIR continue d'offrir un Metal particulier, personnel, angoissant un brin et tourné vers les rivages arides et les plaines venteuses de sa mère-patrie. ZHRINE propulse ces images un peu plus loin avec son Death-Black doomesque bien poisseux et introspectif, nous enfermant dans une cage à homard avant de nous jeter à la mer.

Un bon premier album est toujours spécial pour les groupes modernes, car ils ne sont pas issus d'une époque où ils pouvaient se tromper pendant deux disques et changer drastiquement de direction pour se reprendre. Non, les labels ne sont plus aussi patients et les fans encore moins indulgents, alors enlignez vos flûtes les jeunes, ça coince sur le marché du disque ! "Unortheta", heureusement, répond à tous les critères d'un tremplin réussi. Pendant 40 minutes, on nage dans une eau tumultueuse qui bouillonne juste assez pour nous foutre les jetons et nous brasser le cervelet. Je précise, « juste assez ».

Ce Death-Black que martèle ZHRINE est aussi pollué et sombrement propre à la fois qu'un SVART CROWN ou un DÉPARTE, qui nous a donné son premier album cette année. Et pour vous donner une idée de ses connaissances, il a tourné avec ULCERATE, MITOCHONDRION et PHOBOCOSM, de beaux spécimens asphyxiants ! "Unortheta", n'eut été de plusieurs passages atmosphériques, aurait pu aussi prétendre être un méfait d'un dauphin de tous ces groupes aussi compacts que violents. Ces aérations sont sans doute liées à une dispersion des idéaux, propre aux jeunes groupes.

Or, ZHRINE a le potentiel, nul doute là-dessous, sa rude mélancolie et sa sourde colère font de lui un rustre marqué précocement par la vie, ce qui en Metal de cette teneur est toujours fascinant.

Parlant de fascination, il est agréable de plonger dans le monde torturé de ZHRINE, qui est tout sauf un apôtre de l'optimisme.

Blood filled chalices clatter.
Roaring laughter and echoes of chanting madness, evoke torturous waves.
Holding the world on the edge of a sinkhole, a constant struggle where an endless maze leads to paradise.
An utopian torture.


Ces mots, ZHRINE les vomit, les remâche et les ravale à qui mieux-mieux, créant une spirale infernale et obsédante. Plus on l’écoute, plus on aime.

Je dois toutefois avouer que la tracklist souffre d’une certaine instabilité, le début étant hyper puissant et le reste plus moyen. ZHRINE se la joue aussi très atmosphérique, trop parfois ; en baissant la garde ainsi, il nous oublie en nous faisant poireauter. Le prochain album devrait régler cela, j’imagine…

Dire que ce groupe nous provient d’Islande… Vous ne l’auriez jamais deviné, avouez. ZHRINE est international et bluffe chacun de nous avec "Unortheta", un bien joli morceau de lave qui s’écoule tranquillement dans nos conduits pour nous brûler les certitudes.

À essayer d’urgence !

Note : 3,5/5.

Podium : (or) "Utopian Warfare", (argent) "Spewing Gloom", (bronze) "Empire".

A lire aussi en DEATH METAL par MEFISTO :


THANATOS
Global Purification (2014)
Tirs d'artillerie d'un blindé d'expérience




DESOLATE SHRINE
The Heart Of The Netherworld (2015)
Une des plus belles représentations de l'enfer


Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Þorbjörn (guitare, chant)
- Nökkvi (guitare, chant)
- Tumi (batterie)
- Stebbi (batterie)
- Ævar (basse)


1. Utopian Warfare
2. Spewing Gloom
3. The Syringe Dance
4. World
5. Empire
6. The Earth Inhaled
7. Unortheta



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod