Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK MODERNE  |  STUDIO

Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


ULTHA - Pain Cleanses Every Doubt (2015)
Par MEFISTO le 26 Novembre 2016          Consultée 757 fois

Les groupes de Black allemands ont tous un petit quelque chose d’unique, dont les Américains ou les Scandinaves ne peuvent se targuer. Est-ce le gros son, les riffs rondelets, les ambiances à couper au couteau ? Qu’importe, le Black d’ULTHA mange à la même auge que celui d’AGRYPNIE, par exemple ; moderne, propre dans la saleté, puissant et mélodique.

"Pain Cleanses Every Doubt" répond aussi aux critères d'un premier album de choix : il s'en émane une force et une maturité précoces, ses quatre organes sont uniques et accrocheurs à leur manière – que ce soit par un riff de malabar ("Crystalline Pyre"), une atmosphère mortelle montant graduellement jusqu'à un impressionnant paroxysme ("Perpetual Resurrection", "Death Created Time To Grow The Things It Kills") ou un nihilisme martial ("You Exist For Nothing"). Une forte odeur de souffre s'élève sous les piétinements sauvages de ce quintette déchaîné.

ULTHA s'impose ainsi techniquement et musicalement comme un véritable bestiau. Je n'alléguerai pas qu'il mérite la mention "infernale", car le groupe semble avoir les deux pieds sur terre… pour le moment. Le futur nous dira si ULTHA est destiné à servir mon maître Lucifer ou s'il se gargarisera des méfaits des humains et des dérives religieux.

Sa musique est étanche, à la limite suffocante bien qu'aérée raisonnablement, lourde, très lourde, hyper catchy pour du Black pas trop pressé et infiniment intemporel. "Pain Cleanses Every Doubt" sonne comme un disque de vétéran, étincelle tel un feu d'artifices grisonnant et laboure les neurones et les tripes à chaque grattement, à chaque hurlement dépressif, à chaque cymbale cinglant l'air sans retenue. Que le rythme soit lent, boueux, mid-tempo ou véloce, ULTHA nous entraîne dans une spirale de laquelle on ne veut pas ressortir.

Il se dégage aussi de larges tranches de mystère de ce skeud aussi noir que la misère qu'il dépeint. Il est clair que la mélancolie dont se drapent les Allemands ressort brillamment sous la forme la plus dure possible. Et le plus captivant est qu'on a souvent le temps de réfléchir et d'analyser ces émotions à fleur de peau, notamment sur la longue intro croissante de "Perpetual Resurrection" ou sur la doomesque et hypnotisante "Death Created Time To Grow The Things It Kills". Quand j'évoque une maturité précoce chez ULTHA, c'est aussi de ça dont je parle ; prendre les bonnes décisions pour servir la musique et le concept, laisser son talent s'exprimer en ne bousculant rien.

"Pain Cleanses Every Doubt" est indéniablement une réussite, une autre pour le Black allemand du 21e siècle. Ici, on parle de Black moderne à cheval entre l'urbain et le forestier, ULTHA n'ayant pas encore fait consensus sur son territoire de prédilection. Et c'est tant mieux si vous voulez mon avis, car je préfère que nos créateurs demeurent dans la suggestion pour attiser notre imagination maladive. Chez ULTHA, on retrouve déjà ce respect de l'auditeur, tant dans la forme monstrueuse que le fond tourmenté et solide.

J'ai déjà hâte au prochain !

Podium : or ("Crystalline Pyre"), argent ("You Exist For Nothing"), bronze ("Perpetual Resurrection").

A lire aussi en BLACK METAL par MEFISTO :


NIDINGR
Wolf-father (2010)
Le meilleur de la Norvège croise "Reign In Blood"




SUPERIOR ENLIGHTENMENT
The Great Obscurantism (2009)
Le Québec a son croisement BEHEMOTH/BELPHEGOR


Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
  N/A



- R (guitare, chant)
- A (effets)
- M (batterie)
- C (basse, chant)
- R.c (guitare)


1. Crystalline Pyre
2. Perpetual Resurrection
3. Death Created Time To Grow The Things It
4. You Exist For Nothing



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod