Recherche avancée       Liste groupes



      
POST-BLACK METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Metalhit
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2016 1 Rheia

OATHBREAKER - Rheia (2016)
Par ISAACRUDER le 24 Octobre 2016          Consultée 2386 fois

A l’instar d’AMENRA, OATHBREAKER est un projet façonné par le mysticisme dont il s’imprègne avec amour et rejet pour créer des albums profonds et habités. Avec "Rheia", le groupe belge développe un propos autour de la figure-mère importante de la mythologie grecque. La Mère du Monde pour ces derniers, représentante typique de l’amour maternel, de la douceur mais aussi indéniablement de la violence, la bougresse étant responsable avec son dernier-né de la mort de son mari, le peu fréquentable Cronos.

Une thématique développée par un groupe qui manie un Black Metal véloce et contemplatif, soutenu par Caro Tanghe, leur chanteuse, véritable vestale dans cet album tout en tensions, apaisements et déclamations infernales. "Eros/Anteros" était virulent, "Rheia" est plus mesuré, comme une facette douce de la musique d’OATHBREAKER. Un parti pris qui est annoncé dès le début du diptyque "10.56/Second Son Of R." avec ce chant clair qui accompagnera tout l’album.

Si "Rheia" montre une forme de contemplation triste, voire servile, dans des titres pleinement acoustiques comme "Stay Here/Accroche-Moi", c’est un album qui magnifie le riffing d’OATHBREAKER, plus Black Metal et épique que jamais ("Needles In Your Skin" est impressionnante dans son exécution et sa mélodie d’apocalypse). Les intermèdes calmes, qui pourront apparaître trop nombreux pour certains, amènent des pièces-maîtresses diablement efficaces, qui reposent sur cette capacité des belges à détruire par le blast souverain et les guitares terribles, qui rappellent souvent DEATHSPELL OMEGA ou DEAFHEAVEN ("Being Able To Feel Nothing", énorme) ou reprennent les enjeux plus dramatiques du Post-Hardcore, dans des ralentissements superbes ou des morceaux mid-tempo aux leads divins, écrasés par les cris parfaits de Caro (excellente "Immortals" avec sa fin magnifique aux délicates notes de piano).

Mais "Rheia" est indéniablement l’album le plus atmosphérique d’OATHBREAKER. Un titre Ambiant comme "I’m Sorry This Is" ou les nombreuses accalmies de milieu de morceaux sont autant de signes qui le prouvent. De même, le choix du chant clair comme dominante de l’album apporte à "Rheia" une douceur étrange, une inquiétante étrangeté dirait le poète. Un chant qui rappelle beaucoup celui de CHELSEA WOLFE ("Begeerte", totalement – trop ? - inspirée de la chanteuse américaine) tout en montrant plus de fragilité. Malheureusement, Caro présente parfois des signes de faiblesse gênants, notamment sur "Where I Leave", où elle est clairement fausse, au point que ce sera le rare parasite au cœur du cheminement d’un album pourtant imposant et maîtrisé.

Malgré cela OATHBREAKER est renversant avec "Rheia". Doux, rêveur, puissant et cataclysmique, le groupe puise dans le meilleur de son riffing et parvient à se renouveler en mettant l’atmosphère et le chant clair au sein d’une œuvre mystique qui ressemble incroyablement à l’imaginaire d’une servante dédiant sa vie à une divinité vorace à laquelle elle sacrifie son existence, hurle sa rage et tente d’apaiser sa folie solitaire dans l’abandon et la transcendance.

A lire aussi en BLACK METAL par ISAACRUDER :


CULT OF FIRE
Life, Sex And Death (2016)
Black Metal tantrique




DEATHSPELL OMEGA
The Synarchy Of Molten Bones (2016)
Blitzkrieg méphistophélique

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





Par ISAACRUDER




 
   ISAACRUDER

 
   PINPIN

 
   (2 chroniques)



- Lennart Bossu (guitare)
- Ivo Debrabandere (batterie)
- Gilles Demolder (basse)
- Caro Tanghe (chant)


1. 10:56
2. Second Son Of R.
3. Being Able To Feel Nothing
4. Stay Here / Accroche-moi
5. Needles In Your Skin
6. Immortals
7. I’m Sorry, This Is
8. Where I Live
9. Where I Leave
10. Begeerte



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod