Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY / DEATH  |  STUDIO

Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2010 Necronaut

NECRONAUT - Necronaut (2010)
Par DEADCOM le 17 Août 2015          Consultée 1169 fois

En 2010, Fred Estby endosse la panoplie de l'homme orchestre en vue d'une belle brochette de vedettes, dont la plupart sont issues de la scène scandinave. Une démarche similaire à celle de Dave Grohl et de son "PROBOT" sorti en 2004, qui affichait lui aussi, une sacré casting au compteur. Sauf qu'ici nous sommes chez le batteur de DISMEMBER !

Bienvenue au royaume des vikings et du gros son !

Ce son dit de « l'école suédoise » est surtout, depuis un bon moment (sur)exploité par toutes les styles de musiques brutales (et extrême) très influencés par le son de Stockholm (à la ENTOMBED si on veut) dès qu'il s'agit de faire cracher les décibels ! Néanmoins, NECRONAUT est moins agressif dans son rendu car Fred Estby (le cerveau en chef de cette machine de guerre) use de ses manettes sans trop forcer (pour une fois) sur la graisse et le gravier. Cette approche plus « humaine » voire intimiste de sa musique nous permet de voyager au centre dans son univers ; Ce microcosme similaire à une chambre d'adolescent où trône fièrement sur les murs, les posters de ses idoles telles que JUDAS PRIEST, BATHORY ou encore DEATH.

"Necronaut" l'album nous présente toute une palette de différentes nuances de ce Heavy Metal si cher à Fred, et se regroupent par styles et vocalistes. Nous aurons donc pour Drette un ton thrashy sur "Twilight At The Trenches", un autre orienté Death Metal pour Chris Reifert ("Infecting Madness"), Heavy Metal à tendance épique avec l’énorme J.B. de GRAND MAGUS ("Soulside Serpents"), ou par moments Black avec Hell Butcher et « E » ("In Dark Tribute", "Returning To Kill The Light"). Ce qui nous donne un album à l'ambiance toute particulière où des morceaux riches en mélodies sont reliés entre eux par un fil conducteur. A savoir, Fred et tout son patrimoine métallique. Lui et sa frappe de mammouth, son coup de poignet de viking et son groove de zombie défoncé à l'absinthe. Le tableau est d'autant plus flatteur que le bougre sait composer comme il se doit, de bons riffs bien grassouillets et nivelle son projet vers le haut avec l'aide de ses collègues de DISMEMBER/ENTOMBED eux aussi naturellement présents à la parade ("Tower Of Death", "After The Void") ainsi qu'un Tomas Lindberg (AT THE GATES) toujours partant pour une rixe verbale entre potes, se lâchant littéralement sur le titre de clôture "Rise Of The Sentinel".

Tout ceci reste bien évidemment cohérent car jamais le compositeur attitré ne se perd en chemin. Lui qui connaît sur le bout de ses doigts le petit manuel du metalleux des plus conservateurs, s'offrant même le luxe d'une petite démonstration de ses cordes vocales très typées Tom Araya invité chez Odin un soir de partouze sur le virulent "The Lie In Which The Truth Is Buried".

Tous ces différents points lui confèrent une totale maîtrise de son travail et une qualité jamais démentie, qu'il soit au poste de producteur ou de musicien. NECRONAUT est en cela un véritable panel de ce que la suède peut produire actuellement en terme de Metal, ou du moins selon la vision très personnelle de Fred Estby. Notons sur ce point que les poulains du genre que sont TRIBULATION, MORBUS CHRON ou REPUGNANT, satellisent d'emblée cet album et sans forcer sur le muscle, par l’intermédiaire d'un répertoire à la musicalité bien plus riche et un esprit bien plus ouvert que l'on ne croit.

Il est clair que pour les réfractaires du Swedish Death (d'avant), ce disque est à éviter, bien que finalement de Death il en soit question que sur quelques titres, le reste étant façonné par les accords hérités des maîtres du Doom et du Heavy, pris toujours au premier degré.

Sortis chez Regain Records, ces dix titres restent gravés comme un bon divertissement rondement mené sur 44 minutes. Mais sans prise de risque pour autant car le suédois reste toujours bien compact avec sa meute de loups et ne sort jamais de son périmètre de prédilection !

A lire aussi en DEATH METAL par DEADCOM :


SUBLIME CADAVERIC DECOMPOSITION
2 (2003)
Histoires sans paroles 2 : le retour !




DROWNING IN PHEMALDEHYDE
Blistering Corpse Abortion (2009)
Le charme étrange d'un paradoxe


Marquez et partagez




 
   DEADCOM

 
  N/A



- Fred Estby (guitares, basse, batterie, chant)
- Chris Reifert (chant)
- Andreas 'drette' Axelsson (chant)
- Hellbutcher (chant)
- Erik Danielsson 'e' (chant)
- Tomas Lindberg (chant)
- Janne Christoffersson 'j.b' (chant, guitares)
- Tyrant (guitares)
- Robert 'strings' Dahlqvist (guitares)
- Robert Pehrsson (guitares)
- Uffe Cederlund (guitares)
- Joakim Nilsson (chant)
- David Blomqvist (guitares)
- Nicke Andersson (guitares)


1. 1.crimson Fields
2. 2.twilight At The Trenches
3. 3.in Dark Tribute
4. 4.soulside Serpents
5. 5.infecting Madness
6. 6.after The Void
7. 7.the Lie In Which The Truth Is Buried
8. 8.returning To Kill The Light
9. 9.tower Of Death
10. 10.rise Of The Sentinel



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod