Recherche avancée       Liste groupes



      
CRUST 'N' ROLL  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Nasum
 

 Bandcamp (114)

GENOCIDE SUPERSTARS - Superstar Destroyer (2004)
Par CHAPOUK le 6 Mars 2015          Consultée 1117 fois

Ce skeud c’est le dernier album de GENOCIDE SS. Après la disparition de Miezko durant le tsunami du 26 décembre 2004 en Thaïlande, le groupe a décidé de se séparer (tout comme NASUM)...
Mais quel album !

Voici une belle façon de conclure l’affaire GENOCIDE SUPERSTARS. Pour ceux qui auraient loupé le coche voilà un debrief rapide : imaginez leur premier skeud comme une bombe nucléaire ; pour la violence « in your face » du Crust des 4 affreux, et pour le chaos qui se dégage de manière générale de la galette. Ensuite pour avoir un aperçu du second, vous rajoutez du cuir et des clous à cette bombe, histoire de lui donner un côté plus Rock’N’Roll, et vous aurez du Crust’N’Roll brut de décoffrage.

Et voilà, sur ce dernier opus, le groupe a affiné le côté « ‘N’Roll » de sa musique, ce qui rend l’ensemble un peu plus « mélodique ». Enfin pas trop non plus, les crusties ne sont pas devenus pour autant des gentils petits punks à la crête bien droite et aux rangeos bien cirées qui servent de décor sur les cartes postales londoniennes. Non qu’on se le dise "Superstar Destroyer" est avant tout un album crasseux destiné à ceux qui aiment faire la fête en pogotant dans le vomi du voisin et en se versant de la bière bon marché sur la tête pour coiffer leur dreadhawk. Bref le pied quoi !

Ce qui est bien ici c’est la variété des titres. Non j’ai pas dit l’originalité, parce que pour ça c’est pas la peine, c’est pas le but des GENOCIDE SS. Par variété j’entends plutôt les différences entre les morceaux. Car il y en a pour tous les goûts !
Pour ceux qui préfèrent le Crust corrosif des débuts de la formation je leur conseille de se mettre dans l’oreille les hurlements de Miezko sur "In Misery Embraced". Ou d’écouter ce début d’album où c’est un Punk Hardcore old-school joué dans le plus pur style nordique qui entame les hostilités. L’alternance entre les différentes voix sur "Hateball Is Rolling" est parfaite, les chœurs apparaissent pile au bon moment, ça tatanne dans tous les sens, la gratte grésille comme c’est pas permis dès le départ et le son est agressif. Que vouloir de mieux ? Et cette recette magique le groupe la garde pour tous les autres titres, la poussant même à son paroxysme sur "Mord II" qui reprend les accents chaotiques du premier album.

Je disais qu’il y avait aussi des côtés plus mélodiques sur cet album. La preuve avec "Superstar Confession". Le groupe officie ici dans un Punk Rock burné et agrémenté de hurlements sauvages sur le break, mais où la ligne de chant est une des plus catchy de cette galette ! On dirait un peu du ZEKE mais en plus sale.
Et comment oublier "Air/A Prelude To Hell" ? C’est à ce moment-là que le sosie de Lemmy vient prendre le micro pour nous proposer quelque chose de plus Heavy Metal que Punk, sur la chanson la plus construite de l’album. Le côté Crust reparaît légèrement de temps en temps avec ces accents plus sombres au milieu de certains riffs, mais c’est vraiment subtil. Et surtout… Il y a des soli !!! Putain oui il y en a partout ! Enfin par rapport à d’habitude on dirait qu’il y en a partout !

Alors oui il y a peut-être 14 morceaux, certains sont peut-être dispensables car un peu répétitifs et moins bons que ce qui a déjà été fait précédemment ("Stairsweeper") mais on s’en fout un peu parce que ça passe vite et parce qu’on repère quand même une différence lorsque l’on change de piste. On pourrait aussi blâmer le groupe sur les fade-in et les fade-out qui sont un peu utilisés de manière aléatoire… Lorsqu’ils sont utilisés… Mais là aussi on s’en fout, ça n’empêche pas d’apprécier les morceaux, et puis c’est du Crust, merde ! C’est tout un état d’esprit d’être destroy ! Et ça aurait pu être pire niveau prod’ ! Car ici elle sert vraiment bien la musique.

Alors je ne peux que vous recommander chaudement de vous faire exploser la face avec cet album par cet hybride infernal de The EXPLOITED et de MOTÖRHEAD. Il vous rendra marteau, vous poussera à hurler comme un dingue, ou à vous roulez par terre, bref à libérez vos instincts les plus bestiaux, mais vous verrez ça fait terriblement du bien... Et en plus, c’est le meilleur !

PS : Je sais, ma chronique est un peu partie dans tous les sens mais elle est à l’image de l’album !

4/5.

A lire aussi en PUNK par CHAPOUK :


FRANKENSTEIN DRAG QUEENS
6 Years, 6 Feet Under The Influence (2004)
Bienvenue à Zombieland




SEX PISTOLS
The Filth And The Fury (2000)
La véritable histoire des SEX PISTOLS


Marquez et partagez




 
   CHAPOUK

 
  N/A



- Danny Violence (guitare, chant)
- Mieszko Talarczyk (guitare, chant)
- Richard A.d. (basse, chant)
- Matt Von Superstar (batterie, chœurs)


1. The Hateball Is Rolling
2. Destroyer Of Worlds
3. Mord Ii
4. Final Descent
5. Hatestomp
6. Stairsweeper
7. Air / A Prelude To Hell
8. Superstar Destroyer
9. Danger Danger
10. Superstar Confession
11. In Misery Embraced
12. Like Roadkill
13. Warchild
14. Outlaw Song



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod