Recherche avancée       Liste groupes



      
AMBIENT  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


VINTERRIKET - Garðarsholmur (2012)
Par VOLTHORD le 5 Avril 2013          Consultée 1721 fois

Barthes a un jour parlé du degré zéro de l’écriture. J’aurais pu citer un passage au hasard de ce fameux essai, ce qui aurait bien collé avec la manière Nightfallienne de chroniquer du VINTERRIKET, mais malheureusement, je n’ai pas la prétention de comprendre Barthes, et je crois même que je préfère largement manger un sandwich.

Tout ça pour dire, VINTERRIKET, ce serait un peu le degré zéro de la musique. On écoute pas VINTERRIKET, au mieux, on l’« entend ». C’est un peu le constat qui revient depuis "Landschaften Ewiger Einsamkeit", qui avait alors créé une sorte de microclimat dans un genre Dark Ambient plongé dans une nuit de médiocrité éternelle.

C’était un peu pareil, pourtant, c’était tout autre chose.
Inexplicable, comme l’a déjà fait remarquer Possopo.
Mais voilà, il semble difficile de dédier sa vie à la représentation sonore du blanc sans tomber dans l’anémie. Il y a un moment, on descend en dessous du zéro degré, en dessous du zéro tout court.

Ce nouvel album ("garde à chaud l'mur"), c’est VINTERRIKET sans la musique.

Il y a seulement un mec qui chuchote, des bruitages en avant-plan, et parfois des trucs qui se passent, au loin. Le tout de nouveau convenablement étalé sur six fois plus de 8 minutes dont le mot d’ordre semble être d’éviter à tout prix toute mélodie, ou même tout espoir de se voir intégrer dans l’œuvre. Quand dans "Landmannalaugar", Ziegler pousse cette idée jusqu’au bout, en s’interdisant même ses habituelles nappes de dépression lactée (le seul truc qui semblait impensable), on hésite alors entre la jubilation d’écouter enfin une autre forme d’Ambient et la constatation bien triste qu’un tel morceau ne fonctionne vraiment pas.
Pour ce qui est du reste de l’album, on revient encore sur la froideur consensuelle de quelques suites d’accords prévisibles. Avec cette voix monocorde, et ses incessants bruitages sourds. La petite touche de guitare sèche (siiiiiiii sèche) sur "Hverfjall" (et plus tard sur "Þórsmörk") paraît tellement sourde et lointaine qu’on a l’impression que Ziegler s’excuse presque d’ajouter trop de notes, trop d’éléments, comme s’il avait peur de sortir de son minimalisme chevronné et se refusait à réinventer son idée bien campée de la pureté sonore. Et pourtant on aimerait se laisser bercer par ce petit arpège plus longtemps. Mais non, ce dernier se perd dans les ronflements sourds à peine digne d’un mauvais court métrage de David Lynch.

La mélancolie horizontale du précédent album, ses touches vaguement néo-folk qui nous laissaient l’espoir d’un renouvellement se sont complètement perdues dans la tempête de cet album.

La tempête du rien.

Le carré blanc sur fond blanc qui tourne en rond.

La pochette est belle certes, elle promettait des couleurs, elle promettait l’Islande, elle promettait plus que le sempiternel tableau monochrome qui avait éveillé notre attention sur le rythmé "Winterschatten", et qui avait été des plus hypnotisant et grandiose sur "Landschaften Ewiger Einsamkeit" et déjà un chouïa plus bredouille (pour certains plus que ça) sur "Lichtschleier".
Autant acheter un album de chants d’oiseaux, au moins chaque piste correspond à quelque chose de ‘véritable’. Certes, c’est un fait, la discographie de VINTERRIKET a toujours été une longue et agonisante angoisse de la page blanche. Elle a aujourd’hui cessé complètement d’être fascinante.
Si votre réflexe est encore de profiter de ce cocon sonore, ce cocon si familier, ne vous faites pas duper : littéralement, cet album, c’est que du vent.

A lire aussi en AMBIENT par VOLTHORD :


CHAOSTAR
The Scarlet Queen (2004)
Néo classsique expérimental et cauchemardesque




SOPOR AETERNUS
Dead Lover's Sarabande 2 (1999)
Gothic médiéval sombre et tourmenté


Marquez et partagez




 
   VOLTHORD

 
  N/A



- Christoph Ziegler (soupirs, bruit de vent)


1. Hverfjall
2. Sprengisandur
3. Landmannalaugar
4. Þórsmörk
5. Heljakambur
6. Fimmvörðuháls



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod