Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY/POWER METAL  |  STUDIO

Commentaires (3)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Powergod, Dragonheart, White Skull, Paragon
- Membre : Squealer
- Style + Membre : Grave Digger, Primal Fear

REBELLION - Arise - History Of The Vikings, Vol Iii (2009)
Par MEFISTO le 31 Août 2009          Consultée 5240 fois

La trilogie « Tout ce que vous avez toujours voulu vous faire répéter ou apprendre sur l'histoire des Vikings » se termine. REBELLION aura consacré quatre ans à son concept, aura vu des géants aux muscles saillants et à la mine patibulaire dans sa soupe, aura épluché les légendes et les encyclopédies afin de couvrir entièrement une des mythologies les plus fascinantes de l'histoire. Il aura offert au monde métallique un coffre aux trésors réparti sur trois opus qui ne risque pas d'être oublié de sitôt. Quoi qu'on en dise ou qu'on en pense, "History Of The Vikings" était un projet certes ambitieux et les Allemands l'ont relevé. Qu'on pleure sur le changement radical de lourdeur du son entre le premier et le deuxième volet de la saga, qui basculait alors du Heavy au Power, qu'on soit écœuré d'entendre parler des Runes, du Valhalla ou des rois à cornes disparus.

"Arise From Ginnungagap To Ragnarok" débute comme "Miklagard" s'est terminé, contrairement à la transition entre "Sagas Of Iceland" et "Miklagard" qui en avait laissé quelques-uns sur les dents ; où était passé ce si joli Heavy Mélodique racontant les exploits des Vikings du temps d'Érik le Rouge ? Les tempos étaient plus lents, les grattes moins offensives, les ambiances respiraient la nostalgie et renfermaient un certain onirisme. Deux ans plus tard, oubliez les rêves sanglants du début, REBELLION change de guitariste comme vous savez et embraille en quatrième vitesse en levant le volume, en magnifiant ses riffs et en accélérant le rythme. Quatre ans après ce premier tiers, l'exécution est encore plus pesante.

Comme on aurait pu s'y attendre, les Allemands sont tout aussi « organisés » côté écriture. "Arise" se termine comme les livres d'histoire racontent la fin des héros Vikings : les affrontements meurtriers du Ragnarök et l'entrée des Einherjar au Valhalla. Auparavant, REBELLION centre ses chansons autour de quatre thèmes principaux : l'Asgard, Odin (chef des Norses), Thor (fils d'Odin) et Loki (le dieu-caméléon qui s'entretuera avec Heimdallr durant les événements du Ragnarök). Racoleur que tout cela, non ? Oh que si, ça donne envie de replonger dans les bouquins… Dans cette fresque magnifique qu'est la mythologie scandinave, une fresque qui captive encore après des milliers de printemps écoulés sans que les drakkars ne sillonnent nos mers. Une fresque rouge sang et rouge sentiment à l'image des atmosphères de l'album, car même si les conquérants à moustache enlevaient des vies pendant leurs campagnes, ils le faisaient parce que leur cœur était connecté directement avec leurs supérieurs, les Dieux. Ces croyances peuvent paraître puériles ou naïves aujourd'hui, mais dites-vous qu'elles régissaient les rations d'oxygène et la moindre action dans ce temps-là. Étonnant et foutrement poussif, je plussoie.

On se retrouve avec une suite logique sur ce dernier volet, n'allez pas chercher l'insecte nuisible, car la fresque a été peinte aux deux tiers par deux albums de qualité. REBELLION ne pouvait se planter la hache dans le pied, il n'avait pas le droit et surtout pas envie. Comment vois-je cela ? Les détracteurs du deuxième s'ennuieront un brin alors que les amateurs de Power Épique se paieront un autre banquet ("Loki", "Runes", "Bolverk", "War", "Asgard"). La double pédale de Gerd Lücking continue d'aller bon train, Uwe Lulis, Simone Wenzel et Tomi Göttlich créent un environnement aussi englobant et riche que sur "Miklagard" (si vous aimez le genre) alors que la performance vocale de Michael Seifert ne baisse pas d'un iota. Le quintette nous fait croire que la gradation de sa virilité était prévue, voulue et pleinement assumée. Mais attention, certains titres tels que les excellents "Arise", "Odin" et "Thor" tendent vers l'essence de "Sagas Of Iceland" avec leurs orchestrations glorieuses, leurs chœurs et leur refrain ensorcelants. Ils viennent troubler la bouillabaisse. Notons aussi l'emploi du clavier ou de la guitare sèche sur quelques titres, qui permet au groupe de mieux trancher nos oreilles d'un coup d'épée bien gratté une fois que le soleil s'en est allé.

Si les chutes d'acier brûlant coulant sur les morceaux d'"Arise" marquent une continuité parfaite avec "Miklagard" et que la leçon d'histoire est instructive, REBELLION ne réussit pas à introniser complètement sa création au firmament pour obtenir la note parfaite. Sa musique est carrée et aussi mélodique que sur les deux premiers chapitres, épaulée par de nombreux soli et une gratte rythmique béton. Les riffs sont toujours aussi bien découpés et les Allemands accumulent les passages accrocheurs vers la fin de la narration vitaminée (refrain de "Ragnarök", la prévisible et mielleuse "Einherjar" dont on avale malgré tout les chœurs guerriers).

"History Of The Vikings" fera jaser encore dans bien des années, l'ampleur de sa conception ne passera pas inaperçue, c'est impossible. Le mot doit être véhiculé que le projet de Lulis et Göttlich a été non seulement une bonne raison de plaquer Chris Boltendahl et GRAVE DIGGER (maintenant, on peut confirmer), mais il s'avère surtout un merveilleux voyage de trois heures dans les méandres de l'histoire scandinave. Qu'importe la valeur ou la notation accordée à chaque volet de la trilogie, elle se doit d'être prise en un bloc de glace fondant, même si le gouffre est plus creux à un certain endroit…

Si on considère "Arise" en solo, car c'est bien le but de cette chronique, il offre assez de jus pour que l'on souhaite un autre album du combo et qui sait, peut-être un autre concept ? Je prie à demi.

A lire aussi en HEAVY METAL par MEFISTO :


MACBETH
Gotteskrieger (2009)
Heavy allemand qui bute méchamment !




WUTHERING HEIGHTS
Salt (2010)
WUTHERING HEIGHTS prend la mer en otage !

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez






 
   MEFISTO

 
  N/A



- Michael Seifert (chant)
- Uwe Lulis (guitare)
- Simone Wenzel (guitare)
- Tomi Göttlich (basse)
- Gerd Lücking (batterie)


1. War
2. Arise
3. Asgard
4. Odin
5. Runes
6. Bolverk
7. Thor
8. Evil
9. Loki
10. Prelude
11. Ragnarök
12. Einherjar



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod