Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL MELODIQUE  |  STUDIO

Commentaires (3)
Questions / Réponses (1 / 3)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

1983 1 Steeler
 

- Membre : Alcatrazz, Yngwie Malmsteen, Badlands, Msg, Red Dragon Cartel, Lita Ford
- Style + Membre : Keel

STEELER - Steeler (1983)
Par DARK SCHNEIDER le 12 Juin 2020          Consultée 439 fois

Si on parle encore de STEELER, c’est uniquement dû au fait de la présence d’Yngwie Malmsteen à la guitare. STEELER ne sera qu’un projet opportuniste pour le très jeune Suédois, qui trouvera là un deal lui permettant de prouver ses talents de musicien, dans l’espoir de pouvoir obtenir de meilleurs contrats par la suite. Opportuniste, sûr de lui, et arrogant : à peine arrivé dans le groupe qu’il demandera d’en modifier l’orientation musicale afin qu’on lui propose des morceaux plus complexes, il n’obtiendra pas gain de cause mais pu quand même imposer un impressionnant solo de 3 min 30 en introduction de "Hot On Your Heels" et sera aussi crédité sur "No Way Out" et "Abduction". Tout l’album était cependant largement composé avant son arrivée et même en grande partie enregistré, Malmsteen n’apposera donc que ses parties lead (on ne retrouve donc absolument pas son style dans les riffs). Il ne resta en tout et pour tout que quatre mois dans ce groupe, ce qui sera cependant largement suffisant pour lui permettre de se faire remarquer, et générant ainsi quelques critiques élogieuses et visionnaires qui voyaient clairement en lui un futur génie de la guitare !

Bon, et l’album dans tout ça ? C’est finalement du Heavy Metal américain très conforme à ce qui se faisait à cette époque là-bas. On lorgne un peu vers le Glam Metal avec des titres comme "Born To Rock" (on est à L.A après tout…), mais avec quand même un soupçon d’agressivité Heavy en plus dans le son et le chant volontaire et démonstratif de Ron Keel. Très décrié par Malmsteen, Ron Keel n’est certainement pas aussi mauvais qu’il le prétend, il a d’ailleurs même très temporairement intégré BLACK SABBATH tout de même ! Bon après, ses lignes de chant en tant que telles ne sont pas extraordinaires. C’est un peu le souci de cet album : c’est agréable mais ça manque de talent et de maturité tout ça. Enfin, je parle de talent dans les compositions, car au niveau des soli du virtuose suédois c’était déjà époustouflant, bien que les compos ne fussent pas taillées pour le mettre en valeur, et pas adaptées à un jeu néoclassique (cet aspect de son jeu ne ressortant donc pas beaucoup, la faute à des rythmiques qui ne sont pas faites pour cela). On comprend alors l’intérêt de Malmsteen d’avoir inclus cet instrumental tout à sa gloire dans la première partie de "Hot On Your Heels" (le reste du morceau n’ayant d’ailleurs rien à voir), vraiment un malin. Le court "Abduction", qui a également pour but d’introduire le titre suivant, permettra lui aussi de montrer une petite parcelle de ses qualités de compositeur, même si ce "Abduction/On The Rox" fait un peu penser à un "The Hellion/Electric Eye" dans l’esprit (et en beaucoup moins bien).

Ce qui surprend aussi dans cet album, c’est que Malmsteen a déjà un son très caractéristique, son touché unique est déjà là et la combinaison Strat/Dod250/Marshall fait merveille. Donc même si cet album est loin d’être un essentiel de sa carrière, il n’en demeure pas moins indispensable pour les fans de l’artiste.
Cet unique album de STEELER est donc plutôt sympathique, du Heavy bien produit pour l’époque, incisif et efficace, mais qui manque franchement de riffs forts et de refrains marquants, avec quand même quelques fulgurances (le très beau "Serenade" qui clôt brillamment l’album). Clairement, même si Ron Keel donne tout ce qu’il a, c’est Malmsteen qui se fait de loin le plus remarquer à chacune de ses interventions lead, mais le mariage n’est pas toujours réussi, on sent qu’il n’a pas vocation à rester dans ce groupe et à cette époque les observateurs n’y croyaient pas non plus. L’osmose musicale sera bien plus grande dans ALCATRAZZ. Reste un album de Heavy mélodique américain tout à fait recommandable.

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK SCHNEIDER :


VISIGOTH
The Revenant King (2015)
Tribu germanique égarée dans la ville du lac salé

(+ 1 kro-express)



IDLE HANDS
Mana (2019)
La claque Heavy Goth que l'on n'a pas vu venir

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez




 
   THE MARGINAL

 
   DARK SCHNEIDER

 
   (2 chroniques)



- Ron Keel (chant, guitare)
- Yngwie Malmsteen (guitare)
- Rik Fox (basse)
- Mark Edwards (batterie)


1. Cold Day In Hell
2. Backseat Driver
3. No Way Out
4. Hot On Your Heels
5. Abduction
6. On The Rox
7. Down To The Wire
8. Born To Rock
9. Serenade



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod