Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK/DEATH MÉLO  |  STUDIO

Commentaires (1)
Metalhit
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Amon Amarth, Dethklok
 

 Facebook (104)
 Site Officiel (183)
 Instagram (145)

BELZEBUBS - Pantheon Of The Nightside Gods (2019)
Par DARK BEAGLE le 11 Février 2020          Consultée 209 fois

La blague va de plus en plus loin. Quand le single "Blackened Call" était sorti, on pouvait se dire « ah ouais, ça pousse le concept vraiment loin cette petite bd injustement ignorée à Angoulême ». Créer une musique qui illustrait une série de gags avait quelque chose d’ultime en soi, surtout que JP Ahonen avait concocté un clip usant du graphisme du support graphique. Et c’était bien foutu, tout le côte ivol se faisait tourner en ridicule sur la fin. Mais je ne vous en dis pas plus, allez jeter un œil sur internet, ça se trouve encore très facilement.

Et là, il y a l’album. Avec un joli artwork, signé JP Ahonen bien sûr, qui sort pour le coup du côté cartoonesque de sa BD pour revenir à quelque chose que l’on rapprocherait plus de "Perkeros", son œuvre précédente, qui, bien qu’humoristique, flirtait grave avec le fantastique.

Ben merde. Ça, c’est cool. Surtout que c’est plutôt réussi. Alors il ne faut pas compter sur quelque chose de super original, il s’agit d’un Black Metal qui sait se faire direct, mais qui s’enrobe de nappes plus atmosphériques. Cela sent le vieux DIMMU BORGIR par endroits, cela bifurque dans d’autres directions également, pour offrir au final un "Pantheon Of The Nightside Gods" varié et accrocheur. Alors effectivement, ça peut rebuter les fans de Black purs et durs, ceux pour qui l’humour, même noir, n’a pas lieu d’être, d’autant plus dans cet art obscur. Mais là, quand il n’y a que la musique, il convient de laisser ses aprioris de côté pour se concentrer sur l’essentiel.

Si les crédits sont parfois à mourir de rire (Trvebadour en guest), on remarque tout de même que le mastering a été réalisé par Dan Swäno et là, tout de suite, ça calme, l’homme étant un des ingés sons parmi les plus renommés dans le nord tout en étant un musicien accompli (doit-on en conclure qu’il joue sur l’album ? Faites vos spéculations, on prendra les paris !). Musicalement, les musiciens varient les plaisirs, passant de morceaux aux atmosphères lugubres à des titres très directs, sans fioritures.

A défaut d’être brillant, BELZEBUBS fait le job, en jouant sur les différentes ambiances et en développant une force mélodique qui fait rarement défaut, comme en témoigne l’Opethien "The Crowned Daughters" et ses voix claires, qui s’achève dans un déluge Black du meilleurs effet. Son principal défaut ? Celui d’être un peu long, surtout dans sa version comprenant le matériel bonus, qui tend à alourdir la formule pour pas grand-chose, les neuf titres « officiels » se suffisant largement à eux-mêmes.

A lire aussi en BLACK METAL par DARK BEAGLE :


SCHAMMASCH
Contradiction (2014)
Le dépassement de soi




SCHAMMASCH
Triangle (2016)
Trois facettes différentes, un même but


Marquez et partagez




 
   WËN

 
   DARK BEAGLE

 
   (2 chroniques)



- Sløth (chant, guitare)
- Hubbath (basse, chant)
- Obesyx (guitare)
- Samaël (batterie)
- Ics Vortex (invité - chant #9)
- Skvllcraft (invité - chant féminin #1, 7, 8, 10)
- Mørkrost (invité - chant #6)


1. Cathedrals Of Mourning
2. The Faustian Alchemist
3. Blackened Call
4. Acheron
5. Nam Gloria Lucifer
6. The Crowned Daughters
7. Dark Mother
8. The Werewolf Bride
9. Pantheon Of The Nightside Gods
10. Nuns In The Purgatory (instr.) (bonustrack)
11. Maleficarum (instr.) (bonustrack)



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod