Recherche avancée       Liste groupes



      
BRUTAL DEATH TECHNIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


ODIOUS MORTEM - Cryptic Implosion (2007)
Par DARK MORUE le 23 Septembre 2011          Consultée 3808 fois

DECREPIT BIRTH. OBSCURA. SPAWN OF POSSESSION. HOUR OF PENANCE. ORIGIN. KORUM. ODIOUS MORTEM... Bon, où est-ce que je veux en venir ? Tous ces groupes ont deux choses en commun. La première, c'est qu'il font du death ultra technique. La seconde, c'est que tous ont sorti à la suite un premier album totalement inutile et superflu dans le paysage metallique, suivit d'un second album absolument démentiel qui les catapulte au rang de pointure de leur domaine. Comme vous pouvez le voir, j'ai par un habile effet de style calé ODIOUS MORTEM en fin de liste, c'est donc illogiquement le sujet de l'écrit présent. Coup de bol, "Cryptic Implosion" est bel et bien leur second effort studio.

Bon, le premier, "Devouring The Prophecy", n'était quand même pas une bouse infâme. Direct, efficace, aussi énergique que court mais pas super marquant. Et de toute façon à côté de ce "Cryptic Implosion", désolé, il ne fait pas le poids. De toute façon, à côté de "Cryptic Implosion", absolument rien ne fait le poids.
Pourtant tout n'est qu'une recette appliquée à la lettre. On est ici au point de rencontre de NECROPHAGIST et ORIGIN : de la mélodie accélérée, du sweeping à foison, à une vitesse prodigieuse suffisante à la mise en orbite. Pas mal de SUFFOCATION aussi, mais en bien moins terne dans les sonorités. La production est sans failles, avec des guitares tranchantes et claires comme il faut, une basse parfaitement discernable et une batterie qui ne bouffe pas tout le reste.
Ah, et je vous ai déjà parlé de KC Howard dans la chronique de DECREPIT BIRTH, je vais pas me répéter donc, soulignant juste que son jeu n'a jamais été aussi jouissif que sur cet album.

Et pour enfin embrayer sur les compositions... Ben écoutez, ça tue. Je pourrais presque m'arrêter là. Le death est ici habile, détonnant, explosif. Un véritable déchaînement de notes et de blasts toujours judicieux, un tempo effréné qui jamais ne sombre dans les habituelles fautes de goûts...
On note un unique véritable ralentissement écrasant de puissance sur "Gestation Of Worms", le reste n'a aucune pitié mais ne génère pas la lassitude pour autant. Les enchaînements filent de manière fluide, les soli sont absolument magnifiques et lumineux ("The Endless Regression Of Mind" et "Vile Progeny" pour citer mes préférés, et pourtant d'habitude la branlette de manche ça m'emmerde au plus haut point) et même le vocaliste a un timbre tout à fait agréable, avec un débit rapide et une puissance impressionnante, fait rare dans un genre où on se contente habituellement du premier ours venu. En plus les paroles ne sont pas inintéressantes...

Ce qui démarque cet album de la masse des Deatheux à lunettes, c'est surtout l'inspiration. Bien que la complexité des riffs ne permette pas vraiment de les retenir à la première écoute, tous font mouche et aucune baisse de régime ne s'opère. Et puis, écoutez le passage central aux rythmes brisés de "Nux Vomica", à en vomir de génie ! Tout comme les riffs cristallins de "Fragmented Oblivion", parmi tant d'autres... Ou la plus brutale "Dysmorphic Avulsion", réenregistrée et bien modifiée depuis la première démo du groupe... Ainsi que "Domain Of The Eternal Paradox", bourrée de feeling, condensant tout l'album et se terminant sur une outro spatio-mélodique pour enchaîner sur...

Voilà une autre tradition du Death Technique. Le dernier titre de l'album qui détruit tout. Cette pratique atteint son apogée ici. "Collapse Of Recreation" est le meilleur morceau de Brutal Death Technique jamais écrit. Cette série de riffs tous plus vicieux et mémorables les uns que les autres dès les premières secondes, cette énergie folle, le déballage de torgnoles hallucinant dans la dernière ligne droite... Et le solo de fou de l'invité Ron Jarzombek (SPASTIC INK)... Pour résumer, "Collapse Of Recreation", c'est la pochette. Une détonation spirituelle colorée et organique qui nous prend aux tripes jusqu'à l'orgasme. Merci Par Olofsson, merci ODIOUS MORTEM.

Que d'éloges donc pour un album qui les mérite amplement. Bien au dessus de la concurrence, sous influence mais les mixant de manière suffisamment originale pour sonner frais, poussant la mélodie technique dans ses derniers retranchements avec une aisance à couper le souffle tout en gardant une brutalité classe de haute volée, en 2007 ODIOUS MORTEM a tapé un grand coup et sortit un des piliers de la scène moderne. Sur ce, je retourne m'astiquer en écoutant "Collapse Of Recreation" en boucle, et j'espère que vous ferez tous de même.

[Je connais pas l'onomatopée pour une implosion, désolé] : Le sommet du Brutal Death Technique, toisant tout le reste de la scène de très haut, point barrE.

A lire aussi en DEATH TECHNIQUE par DARK MORUE :


BEHEADED
Never To Dawn (2012)
Tentaculaire grosse gifle maltée




PSYCROPTIC
Symbols Of Failure (2006)
Brutal Death Technique, bitch


Marquez et partagez




 
   DARK MORUE

 
  N/A



- Joel Horner (basse)
- Dan Effers (guitares)
- Anthony Trapani (vocaux)
- Kc Howard (batterie)


1. Fragmented Oblivion
2. The Endless Regression Of Mind
3. Dysmorphic Avulsion
4. Vile Progeny
5. Conjoint Species
6. Nux Vomica
7. Gestation Of Worms
8. Subcortical Desiccation
9. Domain Of The Eternal Paradox
10. Collapse Of Recreation



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod