Recherche avancée       Liste groupes



      
GROOVY GORE GRIND  |  STUDIO

Commentaires (2)
Lexique grindcore
L' auteur
Acheter Cet Album
 


ROMPEPROP - Hellcock's Porn Flakes (2003)
Par ROOTSPACOROOTS le 26 Septembre 2009          Consultée 4667 fois

Une bite qui gicle dans une assiette creuse remplie de céréales avec en arrière plan l’emballage cartonné correspondant portant l’inscription : « Porn Flakes » et de marque « Hellcocks » ! Bien, … euh… ça vous fait rire vous ? … MOI, OUI ET COMMENT !

ROMPEPROP fait parti de la nouvelle scène Goregrind trouvant son refuge majoritairement en Hollande, fer de lance des voix supra trafiquées semblant imiter les gargoullis d’un cochon occupé à se faire goder tout en bouffant un fœtus à l’intérieur même d’une femme encore consciente. ROMPEPROP est donc à ranger aux côtés des "Cock And Ball Torture" et autres "Last Days of Humanity" (old période).

Ici, point de subtilités à la CARCASS, les riffs sont plus que simples. Bien que ces derniers se décident à certains moments à lorgner vers un Death Metal incisif (entre autres l’intro de "Vaginal Luftwaffe"), on nage majoritairement dans un Goregrind ultra groovasse. La batterie évite la surenchère de blast beats et nous propose moults mid tempos plus que jouissifs. La production a misé sur un son lourd rendant le tout à la fois « pâteux » et « compact » . On imagine aisément ROMPEPROP se lancer dans la b.o. de films avec Naomi Russel se faisant défourailler par une truie armée d’un gode ceinture au milieu d’une piscine remplie de barbak, avant de se faire déchiqueter et bouffer par je ne sais qu’elle engeance immonde surréaliste.

ROMPEPROP est une ode au mauvais goût ! Les esprits chastes et purs gerberont dès les premières notes. Quant aux attardés mentaux, ils ne pourront s’empêcher de twister, le cul rempli de viande avariée (ouais, en ce moment j'aime bien les expériences sexuelles anales.)

Mais bon finissons sur une petite intervention de mamie Germaine :

« Moi les ROMPEPROP, j’aime bien, c’est bien dégeulasse comme j’y aime ! Et puis cette bite sur la pochette, ça m’a fait penser à mon défunt Marius ; ah, faut dire qu’il en avait une mes amies, rien que d’y penser j’ai les espadrilles trempées. Tiens, pour l’exemple, quand je te le mettais en bouche, j’avais l’impression d’avoir un deuxième colon… »

Et sinon mamie pour ce qui est du disque ?

« TA GUEULE P'TIT CON, TU M'COUPES PAS PENDANT QUE J'CAUSE DE MON MARIUS ! Et puis merde, j’ai la main qui pue la crevette maintenant ! Ouais ton bordel de disque, moi j’y ai aimé ! C’est sale, groovy et la voix est immonde comme j’en raffole ! Puis j’aime bien écouter ça en faisant caca dans ma sonde anale et balancer les résidus sur ces connes d’infirmières dès qu'elles viennent essayer de me dire que soit disant j'me suis encore pissé dessus et qu’il faut me changer. Bon, l’autre fois elles se sont vengées et m’ont fait bouffer un des étrons de c'te mammouth de Mme Gilberte en s’y mettant à 4, tu vas m'dire que c’est pas d'chance ! »

A lire aussi en GRINDCORE par ROOTSPACOROOTS :


HAEMORRHAGE
Morgue Sweet Home (2002)
Carcass sait faire de beaux rejetons




NASUM
Grind Finale (2006)
GRIIIIIIIIIIIIIIIIIIND!


Marquez et partagez




 
   ROOTSPACOROOTS

 
  N/A



- Dirty Docte Dente (guitare)
- Steven (chant)
- Micheil (basse)
- Jor'es Du True (batterie)


1. Intro - The Liberation Of Eidhoven
2. Vaginal Luftwaffe
3. Embryoyo
4. Vulcanic Eskimo
5. Coughin' Coffin
6. Swimming In Neanderthalers
7. Concrete Hamburger
8. Pussyjuice Chup A Chup
9. Hellcock's Porn Flakes
10. Anal Sushi (recipe By Gut)
11. R.o.m.p.e.p.r.o.p.
12. Outro - The Sadistic Death Of Ruud Ter Weijden



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod