Recherche avancée       Liste groupes



      
HARDCORE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


CURSED - Iii: Architects Of Troubled Sleep (2008)
Par POSSOPO le 8 Août 2008          Consultée 2145 fois

A bien des égards, le hardcore représente pour le metalleux ce que le metal représente pour l'amateur de rap, de pop, de rock, de dance ou de rien du tout, à savoir…du bruit, du bruit et encore du bruit. CURSED ne fera pas exception à la règle, satisfait de sa braille et de sa politique du poing dans la gueule quasi-permanent. Pourtant, point d'inimitié, bien au contraire. Plutôt un sentiment de camaraderie distant mais sincère. On est amis sans se connaître, on se respecte sans pour autant partager les mêmes délires. Mais c'est bien sûr, c'est la guitare qui fait ça ! Le hardcore, le metal, la distorsion, l'amour du crrr sur six cordes.

Raté, essaye encore une fois.
De la distorsion, on en trouve partout. Dans la pop (OASIS est passé maître dans l'édification de véritables murs sonores), le rock (on citera Hendrix, l'un des guitaristes les plus bruyants de la planète), l'alternatif (ils sont là des milliards). Même les pires artistes de variétoche n'hésitent pas à faire cracher les amplis selon le vent du moment (c'est pour faire semblant mais tout le monde ne s'en aperçoit pas).

Déjà, le geek expert en physique lève le doigt :
Oui, Guillaume ?
Mais monsieur, vous ne confondez pas distorsion et saturation ?
(Ouh il m'énerve celui-là). Et la fuzz, garçon (voir Wikipédia si pas comprendre) ?

Pire, il y a le grunge et le néo metal (que j'éviterai de classer dans le metal mais c'est juste pour remplir un peu ma chronique). Le grunge qui n'aime pas le metal mais qui aime bien le hardcore, le néo metal qui aime tout le monde mais que personne n'aime. C'est compliqué, les relations humaines.

Donc voilà, hardcore, metal, deux univers distincts, le premier fait jouer sa tolérance naturelle et ne rit pas trop des excès d'image du second (au contraire de ce grunge moqueur et un brin prétentieux), le second voit en le premier un compagnon d'infortune médiatique et partage ses envies de volume sonore.

Et voilà donc "III: Architects OF Troubled Sleep" soumis au jugement des chevelus. Verdict de l'indifférence : « CURSED, ça a l'air super mais moi, le hardcore…».

On ne peut pas en vouloir aux jurés, le Canadien ne les caresse vraiment pas dans le sens du poil. Il n'a rien de post, le con. Et n'est pas assez metal(-core). Plutôt straight edge, limite youth crew. Ok, j'arrête, personne ne suit.

On sent pourtant un petit quelque chose poindre du côté du sludge (vous savez, ce mélange de doom et de…hardcore. Putain, le mal de crâne !). Un gros quelque chose même, un steak bien gras servi dans une purée de gadoue chaude. Voilà peut-être de quoi réveiller quelques lecteurs. Qu'ils oublient le timbre vocal trop typique du genre pour ne pas les épuiser, qu'ils passent au-dessus de la grosse barre de riffs asphaltés et une fois achevé ce difficile parcours du combattant, ils entendront sans doute une musicalité folle, une puissance qui ne tombe jamais dans la simple brutalité, un poids monumental, un climat sombre et douloureux. Mais oui, "III: Architects Of Troubled Sleep" vit l'esprit tourmenté. Plus tourmenté encore que sur un album précédent déjà voilé. Il ressemble aussi un peu à "HIS HERO IS GONE", toujours crust (j'avais dit que j'arrêtais) mais plus adroit. Et, remettons les pieds dans le metal, pourrait bien convenir à tous les dingues d'ELECTRIC WIZARD, CROWBAR et autres artisans de l'obèse.

Dernier élément visant à souligner la profondeur d'un combo aux étonnants relents sudistes, cette déclaration de décès hâtive signée par un hurleur à la sensibilité exacerbée. L'artiste s'est fait voler ses instruments et c'en est donc fini. Plus qu'une vulgaire perte matérielle, un coup au moral, un acte déloyal inexcusable dans un milieu béni par un état d'esprit tout en droiture et en probité. Et si ce troisième effort constituait un témoignage ultime, il n'y aurait plus aucune raison de ne pas l'écouter, quand bien même il ne s'agirait QUE de hardcore.
A bon entendeur.

A lire aussi en HARDCORE par POSSOPO :


PRO-PAIN
Foul Taste Of Freedom (1992)
Les très bons débuts d'un ex-futur grand

(+ 1 kro-express)



ROLLINS BAND
The End Of Silence (1992)
Hardcore


Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
  N/A



- Chris Colohan Tm (chant)
- Christian Mcmaster (guitare)
- Dangerous Dan Dunham (basse)
- Mike 'the Mauler' Maxymuik (batterie)


1. Architects Of Troubled Sleep
2. Night Terrors
3. Magic Fingers
4. Antihero Resuscitator
5. Friends In The Music Business
6. Into The Hive
7. Iii
8. Unnecessary Person
9. Hegel's Bastards
10. Dead Air At The Pulpit
11. Gutters



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod