Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER THRASH EXTRêME  |  STUDIO

Commentaires (2)
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Judas Priest, Pantera
- Membre : Dragonforce
 

 Site Officiel Du Groupe (411)
 Myspace Du Groupe (305)

BIOMECHANICAL - Cannibalised (2008)
Par FENRYL le 21 Février 2008          Consultée 3844 fois

Ils nous l'avaient dit... On était prévenu...
Nos petits anglais, signés chez Earache depuis l'album précédent, avaient annoncé le truc: une trilogie musicale prenant la forme d'une fusée spatiale, forte de ses 3 étages... Et comme le veut la tradition, à chaque étape, une partie de l'édifice est dégagée du reste afin de permettre l'ascension de l'ensemble... Là où par contre personne, moi le premier, n'imaginait que les membres du groupe allaient, pour beaucoup à leur perte, appliquer le concept au pied de la lettre: en effet, le line-up originel de BIOMECHANICAL allait en 2007 littéralement exploser à la surprise générale. Et je ne parle pas d'un ou deux départs. Pour faire clair et concis: seul survivant de l'épuration, John K. au chant !

Ceci étant précisé, on pouvait ainsi douter de la capacité d'un seul homme à tenir des engagements collectifs: nouvelle orientation après 6 ans de parfaite entente ? En voulant imposer ses vues, le bougre en a inquiété plus d'un...
Petit rappel: la fusée, en partance pour la galaxie Metal, s'est élancée en 2002 avec « Eight Moons », enchainé par « The Empires of the Worlds » en 2005... Mise sur orbite en 2008 ?
BIOMECHANICAL pour ceux et celles qui prendraient le vol en cours de route (!), c'est comment vous dire... une sorte de all-star-band... Vous imaginez mélanger le top de JUDAS PRIEST, la crème de PANTERA, les influences de DREAM THEATER, le tout savamment saupoudré de gros morceaux de METALLICA et de STRAPPING YOUG LAD... Dur à imaginer ?!
Et bien toutes ces influences qui ont bercé nos British vous éclatent une nouvelle fois proprement et méchamment à la gueule. Le nouveau line-up n'a pas dérogé à la règle de ce côté là!
Et c'est tant mieux ! Si on doit tout de même remarquer que le côté prog' est quelque peu plus discret que sur l'opus précédent, l'arrivée de l'ex-DRAGONFORCE Adrian Lambert à la basse aurait-elle contribué à l'instauration d'une ligne plus heavy-speed dans l'approche des titres ? Force est en tout cas de reconnaître que tout ceci est ultra speed, ultra technique (bon dieu, mais ces types à la six-cordes sont des maniacs: « Slow the poison » et ses soli millimétrés) mais de plus en plus extrême.
Mais la principale et immense satisfaction de cet opus est une nouvelle fois le chant ! Et heureusement que ce John K. est resté à son poste ! Il devient définitivement ici un putain de chanteur de folie tout bonnement exceptionnel. Rendez-vous compte: il arrive avec toujours autant de facilité à vous pondre des lignes de chant Rob Halfordiennes période « Painkiller » avec une facilité déconcertante, qui basculent sans prévenir sur du Phil Anselmo-like de toute beauté (à s'y méprendre, comme sur « Reborn in Damnation »), pour devenir, sans crier gare (et bien si, justement) de purs moments de frénésie hurlée... en toute maîtrise (« Violent Descent »)! Là, je me prosterne.
Ajoutez à cela un shoot de grandiloquence DIMMU BORGIRienne sur les nappes de claviers symphoniques (« Fallen in Fear » (*) ou « Consumed »), un « Breathing Silence » sorte de « Cemetary gates » PANTERAnien du groupe, reposant sur une construction alambiquée alternant couplet au chant clair sur guitare acoustique avant déluge de hurlements sur grattes saturées et un titre symphonique hallucinant, « Through Hatred Arise », totalement hors norme comme tout droit sorti d'un accident spatio temporel (cette expérience unique est tout simplement troublante et désarmante, c'est dire si elle ne peut vous laisser de marbre !), et vous obtiendrez là assurément un des albums les plus innovants de l'année à venir (au moins ! Car nous ne sommes qu'en Février !).

Mais le principal reproche que l'on peut avancer à l'issue de nombreuses écoutes de ce skeud, c'est indéniablement sa complexité... Là où parfois on peut aisément faire le reproche d'un dose de flemingite aiguë chez certains (vous savez bien, ceux qui ne se foulent pas trop, suivez mon regard...), en nous resservant la même chose année après année, BIOMECHANICAL pêche dans l'excès et la surenchère.
Dire que ce disque est copieux, à la limite parfois pesant frôlant l'indigeste est un doux euphémisme: il m'est rarement arrivé d'entendre un niveau de complexification dans un seul album, pour ne pas dire pour un seul et même titre. Des breaks à la douzaine, tant aussi bien au niveau musical qu'au niveau du chant finiront par en épuiser quelques uns. Il faut se préparer à ce déluge constant, ce flot ininterrompu de décibels et de complexité (judicieusement entrecoupé de plages moins sauvages.... héhé, pas cons les gars de la prod'). Le titre éponyme est à ce sujet l'illustration parfaite de ce reproche: quasiment six minutes de furie sonore au cours desquelles John K. hurle tel un taré complet, la section rythmique balance comme des fous furieux et les gratteux s'en donnent à cœur joie... Le tout est enchaîné par l'intro acoustique de « Breathing the silence » !! On se dit presque « Ouf, cette pseudo pause est la bienvenue ».

Au final, il faut bien reconnaître que cet album saura rebuter les estomacs les plus fragiles, contenter les plus boulimiques obsessionnels mais surtout satisfaire pleinement les plus fins gourmets de la planète métal...

Une information vient de tomber sur nos téléscripteurs: mise en orbite parfaitement réalisée ce jour. Mission accomplie.
BIOMECHANICAL.... Retenez bien ce nom...

Verdict: 3,5/5.

N.B: Putain, John K. est un chanteur EXCEPTIONNEL.

(*): en ligne sur le MySpace du groupe, avec le titre « The Unseen ».

A lire aussi en THRASH METAL par FENRYL :


DESTRUCTION
Infernal Overkill (1985)
Une œuvre référence dans l'Histoire d'une naissance




BROKEN MIRRORS
The Universal Disease (2012)
Quand le Metal Français nous rend fier...


Marquez et partagez




 
   FENRYL

 
  N/A



- John K. (chant)
- Gus Draxe (guitare)
- Chris Van Hayden (guitare)
- Adrian Lambert (basse)
- Jonno Lodge (batterie)


1. Fallen In Fear
2. The Unseen
3. Cannibalised
4. Breathing Silence
5. Predatory
6. Slow The Poison
7. Consumed
8. Reborn In Damnation
9. Through Hatred Arise
10. Violent Descent



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod