Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Destiny's End
- Membre : Control Denied, Fool\'s Game
 

 Myspace (328)

PHARAOH - The Longest Night (2006)
Par THE MARGINAL le 21 Juillet 2006          Consultée 2447 fois

Pharaoh est le groupe dans lequel officie désormais le chanteur Tim Aymar, connu surtout pour avoir officié au sein de CONTROL DENIED, le projet de feu-Chuck Schuldiner. Originaire des Etats-Unis, Pharaoh revient cette année avec un second album 3 ans après la sortie de son premier essai discographique "After the fire".

"The longest night" est le titre de la seconde livraison de ce quartette américain qui pratique un heavy metal teinté de relents power. Les influences principales de Pharaoh sont Iron Maiden, Jag Panzer, Metal Church.

Dès "Sunrise", le décor est planté: travaillé, ce titre incisif, hargneux et entrecoupé de passages mélodiques se situe dans la lignée de Iron Maiden. Il faut aussi souligner que l'intro de la chanson dure plus de 50 secondes et que le final à rallonge est un peu inutile. Le meilleur arrive avec "I am the hammer"(titre un peu clichesque, je vous l'accorde), une compo plus percutante, plus rapide, orientée speed/power metal appuyée par une rythmique déchainée, des riffs plus mordants et assez compacte, expéditive dans son propos. Pharaoh confirme ses bonnes dispositions avec "In the violet fire" qui, servi par une longue intro heavy, soutenue, alterne moments calmes et passages plus résolument heavy avec en prime un gros refrain soutenu par des choeurs monstrueux, le mid-tempo "By the night sky", une sorte d'hymne heavy guerrier avec changements de rythme, cavalcades de guitares conquérantes et quelques relents progressifs. Cette compo est prenante, tripante et offre un véritable voyage musical de plus de 8 minutes.

Comme autres bons titres, on peut mentionner "The longest night", une compo typiquement speed mélodique entrecoupée de passages plus modérés, d'un intermède plus doux, mélancolique, ou encore "Like a ghost", une compo rentre-dedans servie par des riffs tranchants, le chant survolté de Tim Aymar, une rythmique très musclée(dommage que le final soit répétitif).

On trouve aussi sur cet album des titres moins intéressants comme "Endlessly", un mid-tempo sans surprise, à la portée de très nombreux groupes du genre, "Fighting" ou l'instrumental "Never run", l'instrumental axé sur la vitesse d'exécution sur lequel il n'y a vraiment pas de quoi s'extasier.

Au final, il s'agit d'un album plaisant. Il est sans originalité, mais contient suffisamment de bonnes compos pour trouver ses adeptes. Pharaoh est un groupe qui a des capacités, mais reste encore perfectible et doit davantage développer sa personnalité s'il veut faire son trou. Quoiqu'il en soit, Pharaoh prouve qu'il existe aux USA des groupes qui continuent de défendre ce style heavy qui, espérons-le, bénéficiera à l'avenir d'un regain d'intêret au pays de l'Oncle Sam.

A lire aussi en HEAVY METAL par THE MARGINAL :


T.T. QUICK
Metal Of Honor (1986)
Heavy metal




CHASTAIN
The Voice Of The Cult (1988)
Heavy metal


Marquez et partagez




 
   THE MARGINAL

 
  N/A



- Tim Aymar (chant)
- Matt Johnsen (guitare)
- Kris Kerns (basse)
- Chris Black (batterie)


1. Sunrise
2. I Am The Hammer
3. In The Violet Fire
4. By The Night Sky
5. Endlessly
6. The Longest Night
7. Fighting
8. Like A Ghost
9. Up The Gates
10. Never Run



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod