Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  DEMO

Questions / Réponses (1 / 1)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 



EITHEL SIRION - La Splendeur Du Néant (2004)
Par JEREMY le 8 Avril 2006          Consultée 1055 fois
Eithel Sirion, c’est un duo originaire du grand froid, du pays où le brouillard tombe aussi vite que la pluie, là où les hommes s’emmitouflent chaudement dans leurs lainages en redoutant le crépuscule, là où la nuit, le froid et la mélancolie semblent ne jamais s’arrêter… Eithel Sirion vient du pays où l’été est un mot quasiment inconnu, où la lumière solaire n’en a illuminé les paysages qu’en de très rares occasions, et où les arbres, exceptés les conifères plus souvent recouverts de neige, sont dépourvus de leur feuillage. Le pseudonyme du chanteur résume le traumatisme. Rappelons que « Frost », est, aux côtés de « Satan » et de « Dark », l’un des mots les plus employés dans le black metal ; que ce soit comme ici en tant que pseudonyme, en nom de groupe (« Celtic Frost » pour ne citer que le plus connu), en titre de chanson (là je fais moins le malin car aucun ne me vient à l’esprit), ou même en nom d’album (« Land Of Frost », la première et quasi inconnue démo de Burzum). Les exemples sont légions.

Ce qu’on retient à la lecture du paragraphe précédent et à la vue de la pochette, c’est que Eithel Sirion, c’est :
1. Un logo indéchiffrable, accompagné de l’immanquable pentagramme.
2. Un énième groupe de black metal scandinave fier de son pays
3. C’est tout.

Et bien vous avez faux ! Enfin, sauf pour le logo. En effet, Eithel Sirion vient du froid, mais leur affiliation au grand Nord s’arrête dans le département 59, à Lille pour être plus précis. Ici point de référence à la mythologie nordique. Tout du moins pas ouvertement, puisque les paroles sont absentes du livret et les grognements du talentueux Frost ne permettent pas à notre oreille, pourtant habituée à ce genre d’exubération, de se faire une idée précise des thèmes abordés, bien que le message « Support the extermination of humanity », immensément apposé sur la double-page interne du livret, nous en indique une possibilité.

Et ce n’est pas tout.

Yamaël, compositeur et multi-instrumentiste, est un batteur d’exception. Le problème, c’est que ce n’est pas lui qui bat dans Eithel Sirion. Inutile de revenir en haut de la chronique, vous avez bien lu que Eithel Sirion est un duo. Serait-ce Frost qui s’occuperait du martèlement des tambours ? Non. Il n’y a point de batteur en ce sombre combo. Inutile non plus d’imaginer un groupe de black sans batterie, cela ne se peut. Venons-en donc à l’intêret principal du goupe : la boîte à rythme, dûment programmée par les soins de Yamaël, un bougre qui s’y connaît en matière de martèlements fou-furieux. Sur les premières minutes d’écoutes, impossible de deviner la supercherie. Mais au bout d’un certain moment, le manque de variété dans les rythmiques saute aux yeux (ou plutôt aux oreilles), et on remarque enfin le côté synthétique des blast-beats, néanmoins extrêmement bien réalisés.

Ceux-ci sont accompagnés de guitares en total décalage avec leur vélocité, puisque les riffs décernés par l’ami Yamaël (qui se révèle à l’occasion un très bon guitariste) sont empreints de douceur et de mélancolie, se prolongeant en de longues notes rassurantes, et qui procure l’effet qu’un voyageur égaré dans les steppes désolées ressentirait en se drappant dans des fourrures bien chaudes. Le contraste entre les sentiments de hargne et de haine des blast-beats et l’humanité mélancolique des lents riffs de guitare est saisissant. Effet garanti.

La courte durée du CD évite la lassitude dûe à la répétition des mêmes schémas rythmiques, mais on regrette de voir nous abandonner la chaleur rassurante de ces guitares dont la beauté des mélodies est égale au temps qu’il faudra pour les appréhender. Ceux qui passeront le cap, ceux qui oseront affronter la tempête, la tourmente, ceux qui iront au-delà de la violence déshumanisée de ces blast-beats intransigeants découvriront la chaleur et la bienveillance d’une Terre Misanthropique. Avis aux amateurs.




Marquez et partagez




 
   JEREMY

 
  N/A



- Yamaël (musique, paroles)
- Frost (chant)


1. La Splendeur Du Néant
2. La Chair Et Le Sang
3. Terre Misanthropique
4. Par La Haine, La Guerre Et La Souffrance
5. Torn



             



1999 - 2014 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod