Recherche avancée       Liste groupes



      
PORNO GRIND  |  E.P

Commentaires (7)
Questions / Réponses (1 / 2)
Lexique grindcore
L' auteur
Acheter Cet E.P
 



GRONIBARD - Satanic Tuning Club (2004)
Par JULIEN le 9 Août 2004          Consultée 7014 fois

Ils sont de retour, avec leur « gerbos-style » humour ! Mais de qui parles-tu, petit schtroumpf en tutu ? Mais de GRONIBARD, mon cher Jobard ! Bon, c’est pas bientôt fini ces rimes débilos, oui ? Bon, bon... mais il fallait bien m’attirer votre tolérance avant lecture de cette chronique du nouveau mini-cd de GRONIBARD. Car il va en falloir à tous ceux qui, lors de la sortie du premier album de ce quartet français dégénéré, se sont généreusement livrés au lynchage !

Notez que je vous comprends : un groupe de quatre français bien secoué comme il faut, et qui s’amuse à triturer un grin Death constellé de hurlements pas possibles, de voix trente-deuxième degré, avec intro chipées à des films de boules sortis d’on ne sait quel esprit tordu... Le tout emballé dans des paquets aussi graveleux que "Pacifuck (Force Anus)" ou "J’ai fait Des Ecouteurs Pour Mon Walkman Avec Tes Trompes"... fallait s’accrocher à son caractère conciliant pour supporter avec le sourire ce gros délire bruyant, bidonnant pour les uns, scandaleux pour les autres.

Pourtant, avec ce mini-cd, un espoir était permis : Pochette soft, intitulé rigolo mais découenné du caractère « pipi-caca-vomi » d’antan (référence au film "Fast And Furious" ainsi qu'en atteste le livret)... nos quat’z’amis de la poésie seraient-ils tombés sur une cassette de « Babar apprend à se tenir à table » et, l’esprit lourd de remords quant à leurs agissements pas vraiment civilisés, se seraient-ils mis en demeure d’ingurgiter quelques règles de savoir-vivre ? Réponse après dix secondes d’une intro à la « M6 présente le nouvel étron fashion de l’été » : bordel de caca fécal, réponse négative mon commandant !

Eh non, on ne nous les aura pas changés : Gros Grind sans pitié où chaque piste s’inaugure d’un extrait de film de cul tout ce qu’il y a de plus lamentable (avec quelques incartades toutefois, comme la participation d’Homer Simpson sur « Arrête De Boire, Mets-toi Au Foutre »). Vraiment pas mal fichu (riffs accrocheurs, percutants, parfois même guerriers), ce Grind se voit salement défiguré de grosses verrues et autres comédons en forme de vocaux incontestablement stupides, hurlements hystériques et diverses éructations de gamins privés de Kinder... la voix Death bien profonde en paraîtrait presque timide dans ce gros galimatias digne d’une kermesse de marmots perfusés à l’élixir d’ineptie !

A part ça, la production est cinglante mais vraiment correcte, le groupe joue pas mal du tout (même si tout ça reste de l’ordre du joyeux tintamarre bordélique), et plusieurs riffs titillent même très agréablement l’oreille. Mais il est clair que l’argument majeur sur lequel compte le groupe, c’est le délire pur et simple : « Satanic Tuning Club » est une farce de vingt minutes qui voit GRONIBARD s’éclater à reprendre en acoustique quelques titres de leur premier album (une occasion de discerner les tranches de poésie qui tiennent place de texte chez GRONIBARD, comme sur l'immortel et "Nouvelle Starisé" "Va Faire La Vaisselle") et recycler quelques mélodies populaires ultra connues ("Arrête de Boire, Mais Toi Au Foutre" ), dont la fameuse fanfare de Cirque (« J’te Lacère Les Tétons A Coups De Brosse A Dents »), sans oublier les hommages décalés rendus à DISRUPT (un "A Life’s A Life" qui passe très bien), EXIT 13 (leur "Fingernails" se fait bien truculent entre les grosses papattes poilues de nos quatre voyous) et David Guéta (l’innommable "David Gay Tha").

La question se pose cependant : Quel est l’intérêt de ce mini-cd ? Pour cautionner la démarche sans prétention bêtement beauf du groupe, le choix du tuning comme "cadre" n'étant pas innocent (par association d'idée fréquente : Beauf = Tuning...= GRONIBARD ^_^) ? Pour faire rire ses copains désoeuvrés ? Pour mettre un peu d’ambiance dans la soirée Goth de votre petite soeur ? A vous de voir. Mais que les réfractaires à la démarche grasse de GRONIBARD se rassurent : le groupe referme ce mini-cd sur un pur moment de « pochtronnade attitude », avec guitare sèche et vocaux avinés énonçant la sentence à leur place : « arrête d’écouter ce disque de merdeeuuu, va plutôt tuner ta caiiiiisseeeuu, et faire briller tes janteuuuus ». Ben voilà, pas de quoi s’énerver... Enfin, un peu quand même : personnellement, je trouve que les textes et vocaux vils, abrutissants et déraisonnablement grossiers du groupe (plus présents et audibles que sur le premier album) gâchent une musique qui me plaît vraiment bien, et qui aurait conservé sa façade souriante et parodique en leur absence (par exemple avec "Dans Le Fion D'Hélène"). Que voulez-vous, je suis un petit schtroumpf précieux et distingué, moi !

A lire aussi en GRINDCORE :


MUMAKIL
Customized Warfare (2006)
Mmmh! mumak !!! à que c'est bon le grind!!!




AGORAPHOBIC NOSEBLEED
Bestial Machinery (2005)
Inégalable et inécoutable. Le grindcore ultime !


Marquez et partagez




 
   JULIEN

 
  N/A



- Anal Capone (chant)
- Necronembourg (guitare, chant)
- Albatard (basse, claviers, chant)
- Ptite Bite (guitare)
- Godemichel (batterie, chant)


1. 30 Millions De Zobies
2. J'te Lacère Les Tétons A Coups De Brosse
3. Arrête De Boire, Mets Toi Au Foutre
4. Ta Gueule Cédric
5. Dans Le Fion D'hélène
6. T.a.f. (tout A Fond)
7. David Gay Tha
8. A Life's A Life (disrupt Cover)
9. Fais-moi Pas Chier Connasse
10. Fingernails (exit 13 Cover)
11. March Of The Gronibard (unplugged)
12. Prout De Bite (unplugged)
13. Va Faire La Vaisselle (unplugged)
14. Pacifuck (force Anus) (unplugged)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod