Recherche avancée       Liste groupes



      
OCCULT BLACK SYMPHO  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style + Membre : Rotting Christ

NECROMANTIA - Scarlet Evil Witching Black (1995)
Par JULIEN le 27 Avril 2004          Consultée 4604 fois

Singulière formation que NECROMANTIA ! Voici des artistes hélléniques qui ne se contentent pas de perpétrer des percées Black dans une scène majoritairement scandinave ! Non, ils charient en plus avec eux une forte originalité. Oui, originalité, car NECROMANTIA possède une caractéristique sonore rare : l’absence totale de guitare rythmique, avantageusement remplacée par une énorme basse huit cordes ravageuse, la guitare n’intervenant que pour nous ciseler d’impressionnants solos néo-classiques ! Effet de surprise garanti !

D’une majesté en cela différente de celle des autres combos, puisant son essence dans les entrailles brulantes de terres inhospitalières, NECROMANTIA développe à sa façon une musique Black étonnante, agressive et très heavy, franchement épique et sombre, et majoritairement symphonique. En 1995, date de parution de ce « Scarlet Evil Witching Black », il n’y avait guère qu’EMPEROR qui, dans le genre, était parvenu à mêler aussi intelligemment la violence du Black et la luxuriance de claviers et pianos atmosphériques.

Très varié dans ses tempos, y allant d’un Black sympho assez haineux habité de nombreux passages atmosphériques et ténébreux (le génial « Black Mirror », les intrigants « Spiritdance » et « The Serpent And The Pentagram », le monstrueux « Devilskin »…), « Scarlet Evil Witching Black » est un album qui détonne franchement par sa force incandescente, sa férocité stupéfiante – fichtre, ces deux basses ! - et son alliance de chants Black sans pitié et de vocaux déclamatoires inquiétants, ainsi que par son allant Heavy Metal certifié : le "riff" inoubliable de « Black Mirror » est un modèle du genre, tandis que les deux volets de « Pretender To The Throne » ne se montrent pas avares de rythmiques superbement épiques et accrocheuses.

Bref, vous l’aurez compris, ce disque bien produit est une énorme réussite, particulièrement réjouissante et profondément unique. Et ce n’est pas le fabuleux « The Arcane Light Of Hecate », diablement occulte et atmosphérique avec ses percussions, son chant clair malsain et ses saxophones aussi pertinents que décalés (oui, oui !), qui va apporter un bémol à cet ouvrage furieux... qui se classe sans problèmes parmi mes disques de Black préférés ! Décidément, entre NIGHTFALL, SEPTIC FLESH et NECROMANTIA, la Grèce possède(ait) vraiment une scène extrême originale et de toute beauté !

A lire aussi en BLACK SYMPHO / ATMO par JULIEN :


GEHENNA
Malice (third Spell) (1996)
Black sombre et occulte à l'agressivité accrûe




NECROMANTIA
Crossing The Fiery Path (1993)
Du Black, un esprit occulte, et deux basses !


Marquez et partagez




 
   JULIEN

 
   PERE FRANSOUA
   ZODD

 
   (3 chroniques)



- M.w. Daoloth (chant, basse)
- Baron Blood (basse 8 cordes)
- Inferno (claviers,piano)
- Divad (guitare solo)
- Yiannis (saxo,percussions)


1. Devilskin
2. Black Mirror
3. Pretender To The Throne (opus I : The Us
4. The Arcane Light Of Hecate
5. Scarlet Witching Dreams
6. The Serpent And The Pentagram
7. Pretender To The Throne (opus Ii : Battl
8. Spiritdance



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod