Recherche avancée       Liste groupes



      
POST BLACK METAL  |  STUDIO

Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

2022 Nova
 

- Style : Alcest

SYLVAINE - Nova (2022)
Par VOLTHORD le 24 Février 2023          Consultée 850 fois

Symbole ultime du recueillement autant que du repli sur soi, la position foetale s'associe aisément à celle de l'élément liquide (le cliché du personnage recroquevillé qui pleure sous la douche), évoque une nostalgie pré-natale, quelque chose d'insondable. Du point de vue de l'adulte, il évoque la perte de ce que nous étions avant d'être nous, l'avant notre big bang, où nous nous fondions dans l'infiniment grand comme notre être n'était alors qu'une infinité de possibles.

Les fans de Black Metal ont toujours du mal, devant leurs détracteurs, à arguer que cette musique porte une dimension métaphysique et transcendantale, bien plus que ses grands frères que sont le Death et le Thrash autant que son père le Heavy Metal, qui semblent plus pragmatiques dans les coups de poing qu'ils envoient à la figure. Il y a dans le blast beat et dans les dissonances du Black Metal quelque chose qui nous dépasse, tout comme un simple moment à regarder les étoiles. De ce dépassement vient alors le dépassement de soi, prenant la forme d'un antagoniste, du Diable, d'un nihilisme profond, ou d'un mysticisme ancien et païen. Il aura fallu que le "post" vienne donner au Black Metal une forme de douceur pour que ce besoin de représenter l'ennemi s'atténue.

Sylvaine, dans sa position foetale aux allures de naissances d'une étoile, prend la voie de l'apaisement total, d'une forme de nirvana. Le fait que la Norvégienne nous propose également des séances de Yoga sur sa chaîne YouTube peut prêter à sourire, mais croule finalement sous le sens dès fois que l'on se soit familiarisé avec sa discographie.
Une ouverture a capella incroyable entamera d'ailleurs ce troisième album, laissant une chanteuse seule mais à plusieurs voix qui se chevauchent. Le tableau est posé, si la suite sera plus tumultueuse, on cherche ici la sérénité, un grand tout qui n'a au final rien d'obscur, qui parcourt les astres autant que le pourraient DEATHSPELL OMEGA ou DARKSPACE, mais sans l'impérialisme et la volonté de puissance. Évidemment, ALCEST est déjà passé par là, et c'était déjà le principal commentaire que l'on pouvait faire sur les précédents albums de SYLVAINE. À l'instar du "Kodama" d'ALCEST, "Nova" ne paraît agressif qu'une fois bien serré dans une camisole cotonneuse. SYLVAINE garde ce spleen des étoiles, toujours rêveur, mais réduit ses blasts par rapport à un "Atoms Aligned, Coming Undone"; il a cette légereté presque souriante. On déplace donc encore davantage le curseur vers "Souvenirs D'Un Autre Monde", quelque chose qui abandonne, notamment avec ce long "Everything Must Come To An End", les contours Black Metal de son projet. Là, tessitures Dream Pop et éminence de cette "heavenly voice" prennent le dessus. Un "Océan Couleur De Fer" qui envisage l'apocalypse comme une ascension.

Une voix céleste sur la voie lactée.

Dans la droite continuité de ce qu'a fait la Norvégienne jusque là, "Nova" nous invite à nous perdre, nous soumettre au temps, s'abandonner au sein des choses qui nous dépassent, une perte sereine et humble, reconnaissance des faiblesses comme de l'incroyable force de notre présence terrestre. Black Metal du lâcher-prise contre le Black Metal nietzschéen et combattant, martial et écrasant, SYLVAINE nous invite à céder à sa fragilité. L'écriture des riffs toujours précise, les coups de reverb comme autant de bouffées d'air pour plonger de nouveau dans la tourmente. Si "Atoms Aligned, Coming Undone" reste à mon avis la meilleure porte d'entrée à l'univers du one-woman band, "Nova" n'en reste pas moins une subtile suite. Reste le cordon à couper avec le père spirituel qu'est ALCEST.

A lire aussi en BLACK METAL par VOLTHORD :


GLACIATION
Sur Les Falaises De Marbre (2015)
Presque le "Nightside Eclipse" français ?




ABORYM
Generator (2006)
Black martial haineux, et qui dépote :)

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   VOLTHORD

 
  N/A



- Dorian Mansiaux (batterie)
- Sylvaine (le reste)


1. Nova
2. Mono No Aware
3. Nowhere, Still Somewhere
4. Fortapt
5. I Close My Eyes So I Can See
6. Everything Must Come To An End



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod