Recherche avancée       Liste groupes



      
TRAP MéTALLISéE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

2022 Kiss Of Death

IC3PEAK - Kiss Of Death (2022)
Par VOLTHORD le 19 Juin 2022          Consultée 424 fois

Phénomène quelque peu ignoré par l'univers chevelu francophone, les silhouettes d'IC3PEAK sont pourtant difficiles à éviter dès lors que l'on se sort les doigts de la scène Metal. Duo charismatique en rébellion contre le parrain du gaz et le piétineur d'Ukraine, Nastya Kreslina et Nikolay Kostylevauront ont réussi à cristalliser, autour de rythmiques Hip Hop lourdes, de déclamations craillardes et d'expérimentations Noise déstabilisantes une identité sonore à la croisée de beaucoup d'étiquettes contemporaines Trap, Witch House, Horrorcore) qu'aucune ne parvient à correctement définir. D'une pertinence et d'une intelligence hors des zones de conforts que la musique streamée se charge d'industrialiser, ils nourrissent le double paradoxe d'être facilement digestes pour être qualifié de "Pop" mais relativement perturbants à l'écoute pour rester dans une niche Goth de génération Z.

Les deux rejetons de leur patrie profitent d'une liberté toute adolescente et spontanée. Parfois génialement arty, souvent étrangement cliché, ils diffusent à la fois une colère sincère et un activisme proclamé, matérialisés par une esthétique tantôt street ou militaire, tantôt baroque et gothique. Après le pic de créativité (et aussi d'écoutabilité) que fut "До Свидания" (aussi connu sous le nom de "l'album maquillage", que les anglophones nomment aussi "Goodbye"), "Kiss Of Death" voit IC3PEAK construire, depuis son confinement, un bricolage sonore empruntant aujourd'hui au Punk, au Hardcore, au Metal, à la Synth Pop, tout en gardant sa Trap expérimentale et mélancolique au centre.
Les atours métallisés sont donc une bonne manière pour moi de venir prêcher la bonne parole ici. Alors certes, IC3PEAK s'en branle de notre cause, elle n'est qu'un terrain de jeu comme un autre. Tout comme avec le cas de POPPY (chroniqué en ces pages par mon auguste personne, et qui par beaucoup d'aspects se rapproche de la démarche des Russes), le décloisonnement des Russes les rend simplement aptes à dériver vers le Punk et le Breakcore dans un "Dead But Pretty" explosif et addictif, à inviter Oli Sykes de BRING ME THE HORIZON pour venir poser un couplet se résumant à "je suis emo je suis emo" sur le son Alt-Metal rondouillard de "Vampir" (tubesque à souhait également) ou à foutre une grosse descente de guitares cradingues en plein milieu d'une promenade de santé avec GRIMES.

La musique "extrême" (si on postule déjà qu'IC3PEAK ne l'était pas) n'est pas une fin, à peine un moyen, elle permet de raccorder avec brutalité cette bête de Frankenstein qui ne demande qu'à intégrer sa colère en parallèle et en collision avec un romantisme simplet mais pas moins sincère. Car comme le suggère cette pochette "à la vie à la mort", "Kiss Of Death" file la métaphore du vampire avec un romantisme noir : on pense à la touche Synth du très beau "Let’s Die Together, Я Не Шучу", qui évoquerait KAELAN MIKLA autant qu'AIGEL (l'autre duo russe expérimental incontournable des dernières années), suivi par les nappes mélancoliques de "Are You Scared? I Am Not", ou encore aux guitares acoustiques de "Let It Go" succédant aux râles de douleur de "Любовь Как Яд /Love Like Poison".

Depuis ses débuts, IC3PEAK a temporisé ses infrabasses sursaturées, réduit ses dissonances tout en restant énervé : l'IC3PEAK "classique" se retrouve par exemple sur un titre comme "Червь / Worm", aux mélodies qui restent à jamais en tête, avec pour seul bémol ce couplet tout à fait ridicule de KIM DRACULA qui transforme le plaisir témoin en plaisir coupable. J'aurais voulu complimenter "Bad Night", mais on en arrive ici à la limite que j'ai avec cet album, c'est à dire cette concision toute TikTokienne qui forcément ne convient pas au vieux snob de merde que je suis. C'est une critique récurrente que je fais, voilà, j'aime les titres de plus de trois minutes et trente secondes, et ai tendance à penser qu'il est rare de pouvoir convenablement mener à bout une idée sur un temps inférieur. C'est mon biais. Toutes proportions gardées, il faut bien dire que contrairement à d'autres phénomènes meta-Metalliques comme ZEAL & ARDOR ou POPPY (auquel j'ai fait le même reproche), IC3PEAK décoche les droites certes rapidement mais en nous maintenant dans une boucle de déstabilisation perpétuelle. Je pourrais encore râler contre la concision de l'album, mais c'est encore réfléchir par une logique d'un autre temps. Verdict : "Kiss Of Death" est addictif et direct même s'il est rarement orgasmique.

Un poil en-deçà de son prédécesseur, pas pour toutes les oreilles, pas pour tous les âges, pas vraiment pour les metalleux qui mettraient encore un point d'honneur à se définir comme tel… mais à découvrir parce que vous êtes des gens bien.

A lire aussi en DIVERS par VOLTHORD :


CHELSEA WOLFE
Pain Is Beauty (2013)
Requiem pour un monde en cendre




ULTRA VOMIT
Objectif: Thunes (2008)
Les "FATALS PICARDS du Metal", ça fait insultant?

(+ 4 kros-express)

Marquez et partagez




 
   VOLTHORD

 
  N/A



- Anastasia Kreslina (chant)
- Nickolay Kostilev (le reste)


1. Kiss Of Death
2. Vampir (feat. Oli Sykes Of Bring Me The Horizon)
3. Last Day / Новый 
4. Bad Night
5. Червь / Worm. (feat.
6. Let's Die Together, Я не ш
7. Are You Scared? I Am Not
8. Мне хоте
9. Dead But Pretty
10. I'm Not Evil, I'm Sad
11. Любовь К
12. Let It Go



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod