Recherche avancée       Liste groupes



      
POST BLACK METAL  |  STUDIO

Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


FLUISTERAARS - Gegrepen Door De Geest Der Zielsontluiking (2021)
Par ANIMA le 18 Octobre 2021          Consultée 948 fois

"Bloem" était un superbe album. Lumineux, bucolique et faisant clairement du bien par où il passait. Tellement bon que j’ai passer un certain temps à l’écouter en boucle plutôt que de m’intéresser au reste de la discographie de FLUISTERAARS, et puis je suis passé à autre chose. C’est alors que, le souvenir de "Bloem" encore bien ancré dans ma tête, est survenu ce nouvel album au nom beaucoup trop long (mais heureusement, le copier coller existe) un an après le précédent.

Alors du coup, qu’est-ce qu’il a à nous offrir ce "Gepregen Door de Geest Der Zielsontluiking" ? Une suite logique pour "Bloem" ? Que dalle ouais. Le duo néerlandais a fait le pari de partir dans une direction différente plutôt que de rester dans son champ de coquelicots. Exit donc les fleurs et bonjour à la forêt. Dit comme ça, on pourrait penser que FLUISTERAARS a décidé de repartir sur du Black Metal disons plus traditionnel, sauf que non, il est toujours ici question d’un Post Black à l’identité bien estampillé FLUISTERAARS avec ce que ça implique d’ambiance lumineuse et de sens de la mélodie reconnaissable dès la première écoute. Et de ce côté-là, si l’ambiance générale se montre un poil moins lumineuse, les mélodies elles sont juste… wow. Vraiment, FLUISTERAARS a un truc qui le démarque, ce je ne sais quoi d’identité qui permet de ressortir directement le groupe de la masse en plus d’avoir un sens du riffing particulièrement délectable. Et là je pourrais vous citer à peu près tout les instants de l’album mais on va éviter sinon je tomberais dans la description pure et simple et ce serait un peu chiant. Autre constante qu’il me faut quand même signaler, le chant de Bob Mollema est là aussi excellent et se montre même particulièrement vindicatif par instants.

Quant aux différences avec "Bloem", je pourrais les résumer en un mot : dépouillement. Le groupe semble avoir voulu enlever tout ce qui pourrait paraître superflu pour arriver à la substantifique moelle de leur musique. On jarte donc tous les instruments en plus pour ne garder que le classique combo guitare / basse / batterie / chant (ce qui est dommage, j’aimais vraiment bien les cuivres de "Bloem", ça donnait une petite saveur supplémentaire à l’album) et on jette aussi ce truc-là qui sert à rien… des morceaux ! C’est ça ! Bon je rigole un peu, il y en a quand même des morceaux, trois d’ailleurs, pour trente-cinq minutes (deux de plus que "Bloem"). Mais en réduisant le nombre de pistes, je sens encore cette envie d’aller à l’essentiel, et en vrai, je prends l’album comme une seule piste et si clairement chaque morceau peut se suffire à lui-même, j’aime bien me dire que les outros des deux premiers ne sont que de simples respirations dans un long morceau. En plus de ça, le groupe a poussé sa démarche jusqu’au bout en enregistrant l’album en se donnant le moins de temps possible et en enregistrant chaque instrument en une seule prise. Si en soi, on ne ressent pas forcément d’urgence dans la musique liée à ça, on ressent un aspect presque improvisé par instants, surtout avec la batterie notamment dans ce passage de "Verscheuring In De Schemering" ou la batterie prend toute la place alors que les guitares ne lâchent que des cris stridents et lointains absolument hallucinants.

Je n’ai pas grand-chose de plus à dire sur ce "Gegrepen Door De Geest Der Zielsontluiking", c’est une masterclass qui montre une maîtrise de son sujet absolument ahurissante et jouissive. Mais si je ne lui mets pas forcément un 5/5 accompagné d’une sélection, c’est juste que personnellement, même si je reconnais sa très grande qualité, il me manque encore un petit truc pour me dire que FLUISTERAARS a atteint la perfection, genre un mélange des qualités de "Bloem" et de "Gegrepen Door De Geest Der Zielsontluiking", et là ce sera magnifique.

A lire aussi en BLACK METAL par ANIMA :


VAPOR HIEMIS
Enchantress Of Death (2019)
Le Pagan Black du turfu




DAWN OF OUROBOROS
The Art Of Morphology (2020)
L'art de la métamorphose


Marquez et partagez




 
   ANIMA

 
  N/A



- Bob Mollema (chant)
- Mink Koops (instruments)


1. Het Overleugen Der Meute
2. Brandt Woedt In Mjin Graft
3. Verscheuring In De Schemering



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod